altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 aoŻt 2020

R√©cital de Yevgueni Kissin au Th√©√Ętre des Champs Elys√©es, Paris.

Kissin, la tornade rêveuse
© Bette Marshall

© Bette Marshall

Yevgueni Kissin est une nouvelle fois passé par Paris. Toujours perdu dans ses rêves, le pianiste russe, qui approche maintenant la trentaine, reste un phénomène unique dans le monde musical. Une stature qui n'en finit pas de prendre de l'importance.
 

Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris
Le 25/04/2000
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'√©t√©

  • R√©ouverture

  • Des t√©n√®bres √† la lumi√®re

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On se rend compte peu √† peu qu'au-del√† du ph√©nom√®ne " enfant prodige " qui fascina les foules, Kissin est un r√©volutionnaire du piano comme le fut en son temps Richter. Il ne joue rien comme les autres et son approche de l'instrument est totalement personnelle car il se comporte librement, comme si aucune tradition n'existait dans l'interpr√©tation des diff√©rents compositeurs qu'il aborde. Il porte son jugement sur les ¬¶uvres, non sans exc√®s parfois, notamment dans les tempi rapides, et ne se r√©f√®re √† rien d'autre qu'√† son analyse et √† son temp√©rament. D'o√Ļ une certaine d√©route chez ceux qui pensent que Beethoven doit se jouer comme ci, Schumann commen√ßa. Trait√©e par Kissin, la sonate La Temp√™te devient une course √† l'ab√ģme, souvent haletante et √©tourdissante, mais travers√©e de pauses o√Ļ la r√™verie prend le temps de se d√©velopper, dans des demi-teintes admirables, avec un phras√© d'une d√©licatesse soudainement bouleversante. Peu de p√©dale pour Beethoven, un peu plus, mais mod√©r√©e pour Schumann et le Carnaval qui appara√ģt avec tous ses scintillements, toutes ses folies et toutes ses profondeurs. L'approche est √©tonnante quant au rapport avec le clavier, fait de fulgurances et de pudeurs, avec des violences que personne n'ose ici et des abandons que personne ne conna√ģt. C'est le Carnaval comme on ne l'a jamais entendu, mais qui d'autre pouvait oser ? L'opulente troisi√®me sonate de Brahms occupait toute la deuxi√®me partie du concert et l√†, comme dans la Temp√™te, on admire le travail de construction, lui aussi tr√®s inhabituel dans sa libert√©. Kissin ne suit pas ce que l'on pourrait consid√©rer comme la logique dans la mise en valeur des th√®mes et des d√©veloppements, mais il montre ce qu'il aime, ce qu'il juge ad√©quat et nous fait par l√† m√™me entendre bien des √©l√©ments que l'on n'entend jamais. Il trouve en outre un son plus large, plus ample, avec davantage de p√©dale, ce qui convient parfaitement √† la musique de Brahms et √† ses structures, et il sait que ce romantisme-l√† n'est plus celui des emportements irraisonn√©s, mais qu'il est porteur, encore plus que celui de Schumann, d'une sensibilit√© lourde d'arri√®res pens√©es intellectuelles et litt√©raires. Aucun doute, Kissin ouvre √† l'interpr√©tation des portes par lesquelles s'engouffreront plus d'un pianiste du troisi√®me mill√©naire.




    Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris
    Le 25/04/2000
    Gérard MANNONI

    R√©cital de Yevgueni Kissin au Th√©√Ętre des Champs Elys√©es, Paris.
    Récital Yevgueni Kissin
    Oeuvres de Beethoven, Schumann, Brahms.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com