altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Nouvelle production de Don Giovanni de Mozart mise en scène par Michael Haneke et sous la direction de Sylvain Cambreling à l'Opéra de Paris.

Don Giovanni entre Mickey et Karl Marx
© Eric Mahoudeau

Mireille Delusch (Donna Elvira)

Le voilà enfin, ce Don Giovanni de toutes les rumeurs, de toutes les conjectures ! Artistes ne dévoilant pas un mot avant la première, répétition générale opportunément annulée, tout concourait à faire monter la tension devant la première mise en scène opératique du cinéaste Michael Haneke. Et pourtant, on s'y ennuie ferme !
 

Palais Garnier, Paris
Le 30/01/2006
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Un Don Giovanni contemporain, dans le dĂ©cor unique d'une tour du quartier d'affaires de La DĂ©fense, de nuit, avec les allĂ©es et venues du personnel d'entretien (parmi lesquels Zerlina et Masetto), c'est de cette manière que Michael Haneke entendait fĂŞter Mozart pour le 250e anniversaire de sa naissance. Les rapports de force dĂ©nuĂ©s d'humanitĂ© du directeur Giovanni avec ses subalternes, la violence de ses assauts sexuels – y compris sur Leporello –, ses doutes qui le poussent au bord du suicide, tout cela fonctionne au dĂ©part plutĂ´t bien.

    Mais le second acte s'Ă©choue progressivement dans le gauchisme le plus Ă©culĂ©. Haneke nous ressert, Ă  la manière du panzer, Karl Marx et sa lutte des classes : il est jusqu'Ă  Ottavio et Anna de revĂŞtir les blouses du personnel d'entretien, qui, sous des masques de Mickey tout droit sortis de Marne-la-VallĂ©e, dĂ©fenestre le burlador – au prĂ©alable poignardĂ© par Elvire –, symbole de l'intolĂ©rable condition des petites gens. La rĂ©volution est en marche, les patrons n'ont qu'Ă  bien se tenir ! De mĂŞme, la traduction amĂ©nagĂ©e pour le surtitrage (« paysanne Â» devient « employĂ©e Â», etc.) trahit la difficultĂ© du metteur en scène Ă  assumer le dĂ©calage entre ce que dit le livret et ce que l'on voit effectivement.

    © Éric Mahoudeau

    Mais surtout, on sent Haneke à l'étroit dans le carcan du temps musical, et chaque récitatif est ainsi gratifié d'une lenteur mortelle et de silences interminables ; aussi la tension chute après chaque numéro, privant l'opéra de trajectoire dramatique continue. Qu'est un Don Giovanni sans le rythme, sans la flamme, la passion, le sentiment de course à l'abîme qui mène inexorablement le séducteur à son anéantissement ?

    Enfin, si la direction d'acteurs est efficace, variée, les déplacements étudiés, cinégéniques, l'Autrichien a tendance à oublier qu'on ne dirige pas des chanteurs comme des acteurs. À quoi bon obliger les personnages à chanter presque un tiers de leurs airs dos au public ou tellement en fond de scène qu'on en perd le texte et la ligne de chant ? En résulte une synchronisation plateau-orchestre souvent catastrophique. Pas un air, pas un ensemble où les chanteurs ne soient en retard sur l'orchestre !

    Autre point noir de cette nouvelle production, la direction de Sylvain Cambreling, objet d'une véritable bronca aux saluts. Après avoir été à Salzbourg l'artisan de Noces de Figaro trépidantes, comment le chef français peut-il rater à ce point son Don Giovanni ? Le geste est brusque, raide, la battue séquentielle, sans nuances, incapable d'insuffler un semblant de continuité au sein des numéros. On a de même rarement entendu l'orchestre de l'Opéra aussi peu concerné – cordes anémiées, bois au vilain vibrato.

    Une très belle distribution

    Heureusement, la distribution sauve la donne. Le Leporello beau gosse de Luca Pisaroni, splendide de voix, latin de timbre, jamais en défaut d'italianità et à l'énorme capital sympathie rafle littéralement la mise, jusqu'à faire de l'ombre au pourtant excellent Don Giovanni de Peter Mattei, acteur consommé dont la voix connaît des hauts – l'air du champagne – et des bas – la justesse de la sérénade. Shawn Mathey est un Don Ottavio très tenore di grazia, un rien nasal, au beau legato, à l'aigu lumineux et ductile ; David Bizic un Masetto pataud et grognon à souhait.

    Les dames sont plus inégales. La Donna Elvira de Mireille Delunsch, troublante de fragilité, de musicalité à fleur de timbre, est un cas à part, avec son accroche très haute et ses sons pincés qui sont affaire de goût, mais elle reste le seul personnage touchant d'une mise en scène glacée. En revanche, la Donna Anna beaucoup trop légère de Christine Schäfer déçoit. Le timbre, qu'on a connu miraculeux, est comme voilé par de l'air, surtout dans le haut de la tessiture. Enfin, jolie Zerlina, un rien pointue, d'Aleksandra Zamojska.

    Un peu juste tout de mĂŞme pour faire triompher ce Don Giovanni entre Mickey et Karl Marx.




    Palais Garnier, Paris
    Le 30/01/2006
    Yannick MILLON

    Nouvelle production de Don Giovanni de Mozart mise en scène par Michael Haneke et sous la direction de Sylvain Cambreling à l'Opéra de Paris.
    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Il dissoluto punito ossia il Don Giovanni, dramma giocoso en deux actes (1787)
    Livret de Lorenzo da Ponte

    Orchestre de l'Opéra national de Paris
    direction : Sylvain Cambreling
    mise en scène : Michael Haneke
    décors : Christoph Kanter
    costumes : Annette BeaufaĂżs
    éclairages : André Diot

    Avec :
    Peter Mattei (Don Giovanni), Robert Lloyd (Il Commentadore), Christine Schäfer (Donna Anna), Shawn Mathey (Don Ottavio), Mireille Delunsch (Donna Elvira), Luca Pisaroni (Leporello), David Bizic (Masetto), Aleksandra Zamojska (Zerlina).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com