altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 01 juin 2020

Nouvelle production de l'Élixir d'amour de Donizetti dans la mise en scène d'Omar Porras et sous la direction de Sébastien Rouland à l'Opéra de Nancy.

Le philtre Porras enivre Nancy
© Ville de Nancy

Un vrai philtre de jouvence que cet Élixir nancéen, qui a enivré une salle comble où, aux applaudissements d'un public traditionnel se mêlaient, bien plus surprenantes, les acclamations déchaînées d'une centaine d'ados, installés au paradis. Et on les comprend tant cette production tranche sur les habitudes des scènes lyriques.
 

Opéra, Nancy
Le 03/02/2006
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Belle idĂ©e de Laurent Spielmann, directeur de l'OpĂ©ra de Nancy et de Lorraine, d'avoir confiĂ© la nouvelle production de l'Elixir d'amour Ă  Omar Porras. Metteur en scène, chorĂ©graphe et acteur d'origine bolivienne, installĂ© Ă  Genève, Porras signe sa première mise en scène d'opĂ©ra. Il apporte un imaginaire, une fantasmagorie baroque, un Ă©clat et un humour inusitĂ©s. Bien connu des spectateurs de théâtre, Ă  la tĂŞte de sa compagnie le Malandro composĂ©e autant d'acteurs que de danseurs et de funambules, Porras pioche gĂ©nĂ©ralement aussi bien dans la Commedia dell'arte que dans les arts de la rue, les théâtres balinais et indien. Ses Bacchantes, son Don Quichotte et sa Visite de la vieille dame ont rĂ©joui le public du Théâtre de la Ville, Ă  Paris, par la couleur, l'exubĂ©rance et surtout une drĂ´lerie mĂŞlĂ©e de profondeur dramatique.

    Sarcastique, parfois grimaçant jusqu'à la caricature, Porras sait faire émerger au milieu de mille contorsions cette pointe d'émotion qui touche au coeur. Dans cet Élixir, où le genre buffa s'allie au romantisme, il crée un univers bucolique d'une nature luxuriante, pleine de fleurs gigantesques et d'arbres qui semblent jaillir de contes enfantins. Visages masqués, les personnages ressemblent à un peuple de faunes et de nymphes, de lutins et de fantômes. Ils jouent une comédie pastorale qui tient de la fable. Le plus joli moment est le duo d'amour de Nemorino et Adina où le jeune benêt soupire et y va de sa Furtiva lagrima juché entre les hautes branches d'un arbre de bande dessinée.

    © Ville de Nancy

    L'Orchestre de Lorraine est dirigé par l'un des poulains de Marc Minkowski, le brillant et pudique Sébastien Rouland (33 ans). Celui-ci, de concerts en opéras, s'épanouit comme l'un des chefs les plus convaincants de sa génération. Il ne se prend pas au sérieux et sert l'oeuvre, simplement. On sent dans sa direction une ironie qui se marie admirablement avec la mise en scène.

    Ceux qui se souviennent, au début des années 1980, de Pavarotti en Nemorimo dans un Palais Garnier pris d'assaut vingt-quatre heures à l'avance par les fans du tenorissimo en attente de performance vocale, seraient ce soir sans doute déçus. Le dernier bel canto n'est plus ce qu'il était. Et on a envie d'applaudir. Car ce n'est plus un numéro de haute voltige musicale que le public attend désormais, mais une belle musique servie par des interprètes crédibles.

    De véritables acteurs de théâtre

    Ici, les chanteurs ont l'âge de leur rôle. Ils s'amusent autant que nous, jouent la comédie comme de vrais acteurs de théâtre. Virevoltant, grimpant tel un gymnaste dans son arbre-refuge, venant saluer au final en faisant la roue, le Turc Soner Bülent Bezdüz n'est pas seulement un excellent comédien dans le rôle d'un idiot-intelligent du village, le sot et beau Nemorino. Sa voix, bien qu'un peu faible, est lumineuse et on peut parier sur un épanouissement solaire dans le futur.

    Virtuose vocaliste, la soprano kazakhe Maïra Kerey est elle aussi un talent prometteur de merveilles quand elle aura su mieux modeler l'émission de sa voix ravissante. Autour d'eux, le baryton Nigel Smith (Belcore), issu du Centre de formation de l'Opéra de Paris, comme la basse Till Fechner (le docteur Dulcamara) : deux excellents chanteurs que l'on rencontre si souvent dans les productions en région et qui méritent une vraie reconnaissance.

    Cette délicieuse production qui rompt avec tant de fatuités parisiennes va faire le tour de plusieurs opéras, Caen, Rennes et Reims. Quant à Porras, on attend sa mise en scène du Barbier de Séville de Paisello à la Monnaie dans quelques semaines. Jean-Marie Blanchard, directeur de l'Opéra de Genève, a déjà commandé à Porras une Flûte enchantée de Mozart pour 2008. À Nancy, un metteur en scène d'opéra est né !



    Théâtre de Caen les 7 et 9 avril
    Opéra de Rennes les 17, 19 et 21 mai
    Grand Théâtre de Reims les 4 et 6 juin




    Opéra, Nancy
    Le 03/02/2006
    Nicole DUAULT

    Nouvelle production de l'Élixir d'amour de Donizetti dans la mise en scène d'Omar Porras et sous la direction de Sébastien Rouland à l'Opéra de Nancy.
    Gaetano Donizetti (1797-1848)
    L'Elixir d'amour, melodramma giocoso en trois actes

    Choeur de l'Opéra de Nancy et de Lorraine
    Orchestre symphonique et lyrique de Nancy
    direction : SĂ©bastien Rouland
    mise en scène, chorégraphie : Omar Porras
    décors et masques : Fredy Porras
    costumes : Coralie Sanvoisin
    Ă©clairages : Mathias Roche

    Avec :
    Maïra Kerey (Adina), Soner Bülent Bezdüz (Nemorino), Nigel Smith (Belcore), Till Fechner (le docteur Dulcamara), Laure Baert (Giannnetta). Et les danseurs Solane Caillat, Veronica Endo Olascuaga, Karine Girard, Linda Gonin, Isabelle Terracher, Romano Bottinelli, Jérémie Duval, Serge Helias, Esteban Pena Villagran, Michaël Vessereau.

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com