altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 novembre 2018

Reprise d'Haÿdée ou le secret d'Auber dans la mise en scène de Pierre Jourdan et sous la direction de Michel Swierczewski au Théâtre impérial de Compiègne.

Les trompettes d'Haÿdée

Reprise de la production donnée in situ en novembre 2004, l'opéra-comique d'Auber, Haydée ou le secret, nous transporte dans une Venise fantasmée, prétexte à une intrigue à la fois dramatique et légère, menée très efficacement par la plume experte de Scribe qui s'inspira d'une nouvelle russe traduite par Mérimée.
 

Théâtre Impérial, Compiègne
Le 12/03/2006
Jean-François LATTARICO
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Lucifer mène la danse

  • En fond de cale

  • Tout en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Créée à la salle Favart le 28 décembre 1847, Haÿdée, l'une des meilleures partitions d'un compositeur très prolifique (pas moins de 37 opéra-comiques et 10 opéras « sérieux »), connut un succès retentissant ? avec pas moins de 499 représentations ? qui le conduisit à traverser les frontières (en Italie et en Allemagne notamment où l'opéra connut une véritable consécration à Kassel et à Munich), avant de sombrer dans un oubli aussi long qu'immérité.

    L'amiral Lorédan, pressenti pour devenir le prochain doge de Venise suite à la victoire contre les Turcs, est pris de remords parce qu'il a sauvé sa fortune au jeu en ruinant son meilleur ami ; le jaloux et présomptueux Malipieri apprend la supercherie au cours d'une étourdissante scène de somnambulisme, l'un des moments les plus dramatiques de l'opéra, et tente de s'imposer. Haÿdée, une belle esclave orientale ? qui se révèlera fille d'un prince chypriote ?, amoureuse de Lorédan, se sacrifie pour sauver l'amiral en s'offrant à Malipieri. Ce dernier est finalement tué en duel à la fin de l'opéra par Andrea Donato, le fils de l'ami ruiné, et Lorédan peut ainsi devenir doge.

    L'opéra regorge d'airs et d'ensembles d'une grande variété, et nous rappelle qu'Auber fut l'un des créateurs du Grand Opéra à la française avec La muette de Portici. D'emblée, la musique séduit, avec une ouverture qui contient, comme autant de leitmotive, trois thèmes de l'opéra ; on citera aussitôt après l'introduction avec choeur et solo de Lorédan (Enfants de la noble Venise) des barcarolles et airs de matelot (Glisse ô ma gondole ou C'est la corvette leste et coquette, reprise avec un choeur tout en murmures à l'effet saisissant), le bel air de sommeil qui précède la scène de somnambulisme (C'est la fête au Lido), tandis qu'à Haÿdée échoit des airs d'une grande tension dramatique.

    Des ensembles de facture rossinienne

    Le pittoresque n'est pas absent de la partition ? c'est un des éléments structurels de l'opéra comique : on se souvient encore, dans ces mêmes lieux, de la chèvre protagoniste du Pardon de Ploërmel de Meyerbeer ?, avec une très évocatrice symphonie marine, au début de l'acte II, suggérant le combat naval des Vénitiens contre les Turcs et donnant lieu à une succession d'airs et d'ensembles martiaux, de facture très rossinienne.

    La distribution est dans l'ensemble d'une remarquable homogénéité, avec une mention spéciale pour Isabelle Philippe, habituée des lieux, dans le périlleux rôle-titre. Bruno Comparetti est un Lorédan au timbre vaillant et clair, tout comme Mathias Vidal, Donato très crédible. La basse Paul Médioni allie à un timbre idoine une réelle présence scénique, tout à fait conforme à la cruauté de Malipieri.

    Toute cette équipe engagée dans la réhabilitation de ce répertoire est accompagnée par un Orchestre Français Albéric Magnard au bel engagement, sous la conduite de Michel Swierczewski, dans une mise en scène sobre et toujours juste de Pierre Jourdan. Enfin, on signalera l'élégance des décors d'André Brasilier.

    L'intérieur d'un palais vénitien au premier acte rappelant, avec ses perspectives obliques et fuyantes, le travail d'un Bibbiena, le pont d'un vaisseau-amiral au second acte avec un décor maritime laissant découvrir peu à peu la lagune vénitienne, pour laisser la place, au dernier acte, à une salle du trône offrant la perspective de l'église de la Salute : tout cela concourt à la réussite d'une représentation placée sous le signe du raffinement et de la légèreté, traits distinctifs d'un compositeur injustement méconnu.




    Théâtre Impérial, Compiègne
    Le 12/03/2006
    Jean-François LATTARICO

    Reprise d'Haÿdée ou le secret d'Auber dans la mise en scène de Pierre Jourdan et sous la direction de Michel Swierczewski au Théâtre impérial de Compiègne.
    Daniel François Esprit Auber (1782-1871)
    Haÿdée ou le secret, opéra comique en trois actes
    Livret d'Eugène Scribe

    Choeur Fiat Cantus
    Orchestre Français Albéric Magnard
    direction : Michel Swierczewski
    mise en scène : Pierre Jourdan
    décors : André Brasilier
    costumes : Jean-Pierre Capeyron
    préparation des choeurs : Samuel Jean

    Avec :
    Isabelle Philippe (Haÿdée), Bruno Comparetti (Lorédan), Anne-Sophie Schmidt (Raphaela), Paul Médioni (Malipieri), Mathias Vidal (Andréa Donato), Lionel Muzin (Domenico).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com