altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 février 2018

Version de concert d'Orfeo ed Euridice de Gluck, par l'Ensemble Matheus sous la direction de Jean-Christophe Spinosi au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Un grand Orphée est né

Marie-Nicole Lemieux

Depuis la légendaire Pauline Viardot, l'Orphée de Gluck est un passage obligé pour toute contralto. Forte de sa maîtrise du récitatif accompagné vivaldien, Marie-Nicole Lemieux a choisi la version italienne originale pour ses débuts très attendus dans le rôle, sous la direction frénétique de Jean-Christophe Spinosi. Promesses tenues, et plus encore !
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 03/04/2006
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Face à un opera seria usé jusqu'à la corde par des chanteurs plus soucieux de gloire que d'art, une poignée de réformateurs, au premier rang desquels Traetta et Gluck, a tenté de révolutionner le genre, encouragée par des librettistes au regard tourné vers la France. Créé à Vienne en 1762, l'Orphée de Gluck et Calzabigi apparaît, cinq ans avant la fameuse préface d'Alceste, comme un manifeste esthétique. Lignes mélodiques simplifiées privilégiant le texte, airs strophiques, introduction de choeurs et de ballets suivant le modèle de l'opéra français, et récitatifs intégralement soutenus par l'orchestre, marquent le triomphe de la sensibilité sur la théorie des affects, de l'humanité sur l'héroïsme.

    Passé au filtre de Berlioz, puis de Wagner, Gluck n'a pourtant eu de cesse de se figer jusqu'à l'avènement des baroqueux, qui ont su redonner à l'orchestre son statut de moteur de l'action. Dans sa lecture frénétique de l'azione teatrale, Jean-Christophe Spinosi va encore plus loin, lui octroyant le premier rôle. Exaltant les sonorités les plus crues, le chef français joue la carte de l'hyperexpressivité, sans éviter certains excès expressionnistes, à tel point que, malgré les interventions sobres de l'Ensemble Vocal Melisme(s), la théâtralité l'emporte le plus souvent sur la continuité du discours musical, semblant confirmer la tendance à ériger les faiblesses de l'Ensemble Matheus ? justesse approximative des vents, acidité des cordes ? en vertus expressives.

    L'Eurydice de Veronica Cangemi, qui crie, murmure, halète, mais jamais ne chante, comme pour mieux dissimuler les blessures d'une voix à l'intégrité souvent compromise, participe pleinement de cette esthétique stylistiquement discutable, contrairement à l'Amour limpide de Cora Burggraaf, au timbre frais et délicieusement conduit.

    Dosage parfait entre expression et beau chant, art de diseuse et instinct théâtral, Marie-Nicole Lemieux s'impose d'emblée comme un très grand Orphée. Cette présence digne, douloureusement investie, cet art du chiaroscuro qui sait jouer si subtilement de ruptures de registres plus ou moins marquées, et surtout ce sens inné de la phrase se déploient en récitatifs captivants, chaque mot se parant de la plus juste couleur.

    Si Orphée a connu timbre et grave plus opulents, plus troublants aussi, mais rarement plus naturellement émouvant, l'art de Marie-Nicole Lemieux est à chercher dans ces fines ciselures de l'âme d'où naît le rapport le plus intime au texte et à la musique.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 03/04/2006
    Mehdi MAHDAVI

    Version de concert d'Orfeo ed Euridice de Gluck, par l'Ensemble Matheus sous la direction de Jean-Christophe Spinosi au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Christoph Willibald Gluck (1714-1787)
    Orfeo ed Euridice, azione musicale en trois actes (1762)
    Livret de Ranieri de' Calzabigi

    Ensemble Vocal Melisme(s)
    direction : Gildas Pungier
    Ensemble Matheus
    direction : Jean-Christophe Spinosi

    Avec :
    Marie-Nicole Lemieux (Orfeo), Veronica Cangemi (Euridice), Cora Burggraaf (Amore).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com