altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 septembre 2020

Nouvelle production du Couronnement de Poppée dans la mise en scène de Nicolas Joel et sous la direction de Christophe Rousset au Théâtre du Capitole, Toulouse.

Fastueuse Poppée
© Patrice Nin

Qu'elle est fastueuse, cette Poppée toulousaine sertie dans le marbre ! La monumentalité sied-elle pour autant au théâtre de Busenello et Monteverdi, plongée inégalée dans les tréfonds de l'âme humaine ? Car les grandes voix et l'allégorie de la Rome mussolinienne ne seraient que luxes inutiles sans la réalisation aussi somptueuse que philologique de Christophe Rousset.
 

Théâtre du Capitole, Toulouse
Le 07/04/2006
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La Rome mussolinienne vaut bien, en dĂ©mesure comme en cynisme, la Rome nĂ©ronienne, d'autant que de la Domus Aurea au palazzo inspirĂ© de ce colosseo quadrato restituĂ© Ă  sa rotonditĂ© par Ezio Frigerio, oĂą dĂ©ambulent, sous le regard de marbre d'allĂ©gories sportives, les ragazze souplement vĂŞtus par Franca Squarciapino, l'analogie est Ă©vidente. Pour son entrĂ©e dans le temple du rĂ©pertoire qu'est le Théâtre du Capitole, Nicolas Joel couronne donc PoppĂ©e dans les heures les plus noires de l'Italie du siècle dernier, sans pour autant chercher Ă  en Ă©clairer les ambiguĂŻtĂ©s, Ă  en explorer les mĂ©andres, ni se plonger dans ces bas-fonds qui font la modernitĂ© mĂŞme d'un livret insurpassĂ©.

    Dès lors, la transposition, plutôt la parabole, ne peut que se suffire à elle-même, somptueux écrin pour un théâtre sans doute trop linéaire et littéral, mais le plus souvent habile, et surtout parfaitement lisible dans la caractérisation des personnages, alors même que certains y sont laissés pour compte. N'était son adieu à Rome, comme un adieu à la scène, Octavie devrait en effet se contenter d'un répertoire de poses mélodramatiques, à l'instar d'un Néron cousin du dictateur de Chaplin plutôt que du Duce.

    © Patrice Nin

    Précédée de sa réputation de tragédienne, Catherine Malfitano est ainsi livrée à elle-même, non sans intensité. Davantage Agrippine qu'Octavie – Busenello n'y est pas étranger –, la soprano américaine, qui fut une grande Poppée, peine dans une tessiture aussi bien que dans un style pour lesquels sa voix n'a plus l'assise nécessaire, mais sait encore parer l'impératrice de quelques éclats foudroyants.

    Plus problématique encore est le Néron de Sophie Koch, dont la voix merveilleusement épanouie dans Strauss et Mozart paraît embarrassée par la souplesse et la diction requises par ce répertoire, constamment obligé qu'il est de composer avec une absence totale de naturel et pour corollaire un contraste cruel, et d'autant plus dommageable pour l'équilibre de leurs duos, avec la Poppée blond platine d'Anne-Catherine Gillet. Passées quelques attaques d'une langueur stylistiquement douteuse, la jeune soprano incarne l'ambitieuse courtisane avec un brio vocal et scénique éblouissant, la souplesse de l'instrument faisant écho aux contorsions par lesquelles le metteur en scène la fait serpentine.

    Les portraits les plus savoureux n'en échoient pas moins aux nourrices, Arnalta de stentor de Gilles Ragon et Nutrice sèche et moustachue du très prometteur Anders Dahlin, comme au Lucain idéalement virtuose d'Emiliano Gonzalez-Toro, tandis que la Drusilla piquante de Sabina Puertolas a, de retour de sa partie de tennis, des allures de Damigella.

    Un Othon simplement prodigieux

    Et si le Sénèque aride du très verdien Giorgio Giuseppini n'a aucune envergure, l'Othon de Max Emanuel Cencic est simplement prodigieux. Par la beauté et l'égalité de son timbre naturellement sombre, le contre-ténor yougoslave parvient en effet à exprimer toute la fragilité d'un personnage dont la plupart des interprètes n'ont pu surmonter l'apparente fadeur.

    De cette distribution stylistiquement hĂ©tĂ©rogène, qui voit finalement triompher les « baroqueux Â», Christophe Rousset n'en obtient pas moins une belle unitĂ©. AgrĂ©mentant les voix de violons et d'alto de l'ornamento de flĂ»tes et de cornets, le chef et claveciniste tisse avec ses Talens Lyriques un continuo d'une variĂ©tĂ© de couleurs et d'une vivacitĂ© rythmique tourbillonnantes. Souvent attĂ©nuĂ©e par le monumentalisme des dĂ©cors, l'esthĂ©tique de contrastes si essentielle dans l'opĂ©ra vĂ©nitien se trouve ainsi exaltĂ©e par une rĂ©alisation musicale d'une mobilitĂ© exemplaire.




    Théâtre du Capitole, Toulouse
    Le 07/04/2006
    Mehdi MAHDAVI

    Nouvelle production du Couronnement de Poppée dans la mise en scène de Nicolas Joel et sous la direction de Christophe Rousset au Théâtre du Capitole, Toulouse.
    Claudio Monteverdi (1567-1643)
    L'Incoronazione di Poppea, dramma in musica en un prologue et trois actes (1642)
    Livret de Giovanni Francesco Busenello, d'après le livre XIV des Annales de Tacite.

    Les Talens Lyriques
    direction : Christophe Rousset
    mise en scène : Nicolas Joel
    décors : Ezio Frigerio
    costumes : Franca Squarciapino
    Ă©clairages : Vinicio Cheli

    Avec :
    Raffaella Milanesi (Virtu, Damigella, Pallade), Giorgia Milanesi (Fortuna, Valletto), Khatouna Gadelia (Amour), Max Emanuel Cencic (Othon), Emiliano Gonzalez Toro (Soldat, Lucain, Familier, Tribun), Anne-Catherine Gillet (Poppée), Sophie Koch (Néron), Gilles Ragon (Arnalta), Catherine Malfitano (Octavie), Anders Dahlin (La nourrice, Familier), Giorgio Giuseppini (Sénèque), Sabina Puertolas (Drusilla), Ivan Ludlow (Mercure, Consul, Licteur), Alfredo Poesina (Liberto, Soldat, Tribun), Laurent Labarbe (Familier, Consul).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com