altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 août 2018

Récital de la mezzo-soprano Angelika Kirchschlager accompagnée au piano par Helmut Deutsch au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Angelika au faîte de sa maturité

Silhouette de star hollywoodienne des années 1940, aisance scénique, moyens vocaux au meilleur de leur forme, Angelika Kirchschlager était venue, avenue Montaigne, pour séduire. Pari tenu pour la belle Autrichienne, dans un programme sérieux qui décline tous les atouts d'une maturité assumée.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 03/05/2006
Anne-Béatrice MULLER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

  • Bayreuth 2018 (1) : La Nuremberg céleste

  • Aix 2018 (4) : Retour gagnant

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Quelques visages connus, ce mercredi soir, ont déserté la première, à l'Opéra, de Simon Boccanegra, pour assister, au Théâtre des Champs-Élysées, au récital d'Angelika Kirschschlager. C'est dire si Paris prise la mezzo salzbourgeoise, connue notamment pour ses emplois mozartiens. Ce soir, c'est d'une très large palette romantique qu'il est question, étendue sur presque deux siècles, de Haydn à Poulenc.

    Dans les Canzonette de Joseph Haydn, mélodies mondaines appartenant à la période anglaise du compositeur, l'influence mozartienne est patente, et dans l'écriture, et dans l'interprétation tour à tour charmante, sensible, enjouée ou méditative. La Kirchschlager qui chante ici est celle de Chérubin, de Dorabella et d'Idamante.

    Avec Grieg, on aborde un répertoire sinon allemand, du moins sous influence germanique. Dans sa langue natale, la mezzo donne toute l'étendue de son talent. Musicalité sans défaut, articulation aisée et naturelle, émission puissante sans excès sont au service d'un chant plein et rond, à l'apogée de son talent.

    Mais c'est encore avec les Sechs Gesänge de Brahms que l'affinité de la chanteuse semble la plus évidente. Dans la fluidité et la simplicité de la ligne mélodique qui caractérisent les lieder brahmsiens, dans leur dynamique toute singulière, Angelika Kirchschlager trouve la liberté qui permet à une interprétation personnelle de s'épanouir, dans une alternance bien germanique de grande joie et de sombre tragique.

    On ne peut en dire autant, malheureusement, de la musique de Francis Poulenc. Le style français, en effet, avec son raffinement mélodique, son ironie légère, sa fantaisie mélancolique, ne parvient guère, ce soir, à un modus vivendi satisfaisant avec l'âme viennoise. Une prononciation déplorable (le « vent d'ouest » devient ici vent d'est), au demeurant, n'est pas pour rien dans le fait que la chanteuse reste définitivement étrangère à un répertoire qui accorde une telle importance au texte et à sa diction.

    Retour en territoire Mitteleuropa avec sept lieder de Franz Liszt ? même si les trois premiers sont encore des Mélodies françaises. À nouveau, et définitivement dans son jardin, se déploie ici la musicalité admirable, l'émotion et la poésie d'une voix qui tient toutes les promesses de sa maturité.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 03/05/2006
    Anne-Béatrice MULLER

    Récital de la mezzo-soprano Angelika Kirchschlager accompagnée au piano par Helmut Deutsch au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Joseph Haydn (1732-1809)
    The Mermaid's Song
    A Pastoral Song
    She never told her love

    Fidelity

    Edvard Grieg (1843-1907)
    Gruss
    Dereinst, Gedanke mein

    Lauf der Welt
    Die Verschwiegene Nachtigall
    Zur Rosenzeit
    Ein Traum

    Johannes Brahms (1833-1897)
    Spanisches Lied
    Therese
    Gang zur Liebsten
    Von ewiger Liebe

    Francis Poulenc (1899-1963)
    Chanson d'Orkenise
    Hôtel
    Fagnes de Wallonie
    Voyage à Paris
    Sanglots

    Franz Liszt (1811-1886)
    S'il est un charmant gazon

    J'ai perdu ma force et ma vie

    Oh ! quand je dors

    Vergiftet sind meine Lieder

    Der du von Himmel bist

    Über allen Gipfeln

    Die drei Zigeuner

    Angelika Kirchschlager, mezzo-soprano
    Helmut Deutsch, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com