altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 juillet 2018

Concert de l'Orchestre national de France sous la direction de Kurt Masur, avec la participation du pianiste Nelson Freire au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Contraste nordique

Un abîme sépare le lyrisme à fleur de peau du Concerto pour piano de Grieg et l'épopée quasi cinématographique rendue par Chostakovitch dans sa Symphonie Leningrad. Au clavier toujours chantant et souple comme une liane du Brésilien Nelson Freire répond l'impact émotionnel de Kurt Masur à la tête d'un Orchestre national de France chauffé à blanc.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 18/05/2006
Michel LE NAOUR
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • La chair est triste

  • Aix 2018 (1) : Pâle Ariane

  • Munich 2018 (1) : Bella Zdenka

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Programme ambitieux mais remarquablement tenu que ce concert consacré à des musiques venues du nord. Le Concerto pour piano de Grieg se situe dans la descendance de Liszt par son aspect rhapsodique et a depuis longtemps séduit tant par sa couleur locale et son pittoresque que par ses effluves poétiques où la joliesse du détail et l'intimisme poétique le disputent à la force de l'expression.

    Nelson Freire, dont la venue est toujours un événement, n'est pas du genre à sombrer dans l'académisme. Son jeu pianistique, à l'instar d'un chat qui aurait rentré ses griffes, sait s'adapter aux pleins et aux déliés, à la courbe et au galbe sans jamais se montrer percussif. Accompagné avec puissance mais un rien de lourdeur par Kurt Masur, il décline tout au long des trois mouvements à la fois passionnés ou rythmés ? comme le sont les danses populaires norvégiennes transcendées par le compositeur de Peer Gynt ? un chant d'une suavité et d'une élégance qui porte la marque d'un art soulevé par la grâce. Certes, Freire n'a plus la technique aussi sûre que dans ses jeunes années, mais la sensualité et la classicisme sans fard qui se dégagent de son interprétation demeurent un modèle.

    Le soviétique Dimitri Chostakovitch ne s'inscrit pas dans le même registre car il ressent intimement les bouleversements de son époque telle sa propre tragédie. Solomon Volkov, dans son livre Chostakovitch et Staline, souligne que la 7e symphonie possède, au-delà de son apparence anecdotique ? le siège de Leningrad ?, le sentiment d'un rituel religieux qui n'exclut pas l'aspect d'une épopée. Soucieux d'abord de mettre en musique les Psaumes de David, Chostakovitch délivre un message à la fois politique, mais aussi se fait l'écho du destin de son peuple à la fois opprimé et révolté.

    Familier des grandes fresques symphoniques, Kurt Masur sait rendre à cette partition gigantesque de plus d'une heure et quart toute la dimension dramatique exprimée par une marche funèbre d'une intensité dominée (Allegretto), la rêverie à la sérénité perturbée (Moderato), la désespérance (Adagio), la ferveur d'un optimisme démonstratif (Allegro non troppo), dans une interprétation de haute volée de cette symphonie de guerre où soufflent la force évocatrice, l'inquiétude, la tension, portées par un orchestre d'une concentration jamais prise en défaut.

    Chaque pupitre, remarquablement mis en valeur ? en particulier la flûte de Philippe Pierlot ?, fait flèche de tout bois avec une efficacité digne de cette partition démesurée que Chostakovitch emporta avec lui lors de son évacuation de Léningrad assiégée, témoignant ainsi de l'importance qu'il y attachait.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 18/05/2006
    Michel LE NAOUR

    Concert de l'Orchestre national de France sous la direction de Kurt Masur, avec la participation du pianiste Nelson Freire au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Edvard Grieg (1843-1907)
    Concerto en la mineur pour piano et orchestre op. 16 (1868)
    Nelson Freire, piano

    Dimitri Chostakovitch (1906-1975)
    Symphonie n° 7 en ut majeur « Leningrad » op. 60 (1942)

    Orchestre national de France
    direction : Kurt Masur

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com