altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 mai 2018

Récital de Maurizio Pollini au Théâtre du Châtelet, Paris, dans le cadre de Piano****.

L'évidence d'un maître
© Philippe Gontier / DG

Pour son rendez-vous annuel à Piano**** avec le public parisien, Maurizio Pollini avait choisi un retour au romantisme le plus pur. Une somptueuse démonstration qui prouve que de tels maîtres n'ont jamais fini d'évoluer, et de donner de plus en plus d'interprétations qui revêtent bien souvent un caractère d'évidence.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 15/06/2006
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • C'est quasiment dans le même répertoire que Maurizio Pollini avait gagné sa renommée internationale voici une trentaine d'années. Mais ceux qui se seraient attendus à entendre la même chose se seraient lourdement trompés. Aujourd'hui, ce que joue ce grand maître est le cumul des qualités qui l'ont distingué dans le passé et de l'expérience acquise par une réflexion toujours restée en mouvement.

    On l'a vu varier les répertoires, aller et venir entre l'ancien et le contemporain, mais toujours en avançant vers un approfondissement du jeu et de la pensée. Ce soir, il nous propose des évidences, qui s'imposent d'une manière si impérieuse que l'on ne peut guère qu'écouter, vivre avec passion les mille émotions qu'elles éveillent, et dont la force contraste étrangement avec la sobriété, on pourrait même écrire l'austérité du comportement de l'artiste.

    Le programme est complexe, avec des pièces très contrastées, allant des humeurs les plus pudiques et discrètes de Chopin comme de Liszt aux débordements les plus généreux. Deux nocturnes, la 1re ballade, deux autres nocturnes et la Polonaise op. 44 côté Chopin, et ces admirables pages peu jouées de Liszt : Nuages gris, Unstern, Die Trauërgonel et Venezia, précédant la Sonate en si mineur.

    Et partout, la vérité, comme celle de Furtwängler dirigeant Don Giovanni ou Tristan, de Guilels jouant les sonates de Beethoven, de Katchen jouant Brahms ou d'Irmgard Seefried chantant Pamina. Que dire d'autre ? On est coeur même des oeuvres, de la musique, de l'art pianistique. Il existe certes d'autres artistes qui donnent beaucoup dans ce domaine, des jeunes et des moins jeunes, chacun à leur manière, mais celle de Pollini, on est en droit de l'assumer ainsi, est actuellement l'une des plus impressionnantes qui soient. Et des plus enrichissantes aussi !




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 15/06/2006
    Gérard MANNONI

    Récital de Maurizio Pollini au Théâtre du Châtelet, Paris, dans le cadre de Piano****.
    Chopin?Liszt
    Maurizio Pollini, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com