altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 mai 2018

Version de concert de Fidelio de Beethoven sous la direction de Myung-Whun Chung au Théâtre du Châtelet, Paris.

Trois bêtes de chant
© M. N. Robert

Ben Heppner, Karita Mattila et Matti Salminen.

Feu d'artifice vocal pour ce Fidelio en version de concert du Châtelet, avec un trio Mattila-Heppner-Salminen à la hauteur des plus folles espérances. Que n'ont-ils eu d'autres partenaires qu'un Myung-Whun Chung et un Orchestre Philharmonique de Radio France en déconfiture ! Une soirée que l'on retiendra avant tout pour trois incarnations vocales majeures.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 26/06/2006
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour en vainqueur

  • Le sexe et l’argent

  • Un vrai ténor français

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ce devait être l'événement opératique de cette fin de saison parisienne, et si le plateau a en effet occasionné quelques incarnations anthologiques, le principal moteur de Fidelio, l'orchestre, aura quelque peu gâché la fête. Après avoir été capable de tenir des Wagner complets sous l'ère Janowski, comment le Philharmonique de Radio France a-t-il pu baisser de niveau à ce point ?

    Car l'orchestre sonne mat, plat et étriqué – les cordes –, sans relief ni couleurs – les vents –, et affiche surtout des insuffisances de mise en place et d'intonation absolument effrayantes – l'entrée du premier duo, tout en cafouillage ; le choeur des prisonniers, grand n'importe quoi rythmique. Et que dire de ces cors échoués, qui auront ce soir canardé presque systématiquement leurs entrées dans l'accompagnement du Komm Hoffnung de Leonore ?

    Des défaillances qui s'expliquent largement par la direction calamiteuse de Wyung-Whun Chung : absence d'une quelconque trajectoire dramatique, de la moindre vision d'ensemble, accompagnement des airs en pilotage automatique, tendance à l'excès – entre airs bâclés et lenteurs lénifiantes, dépourvues de climat. Il n'était dans ce cadre guère judicieux d'insérer une ouverture Leonore III ahanée, transformée en un pénible tunnel de quinze minutes.

    Une Leonore incendiaire

    Il fallait donc tout le génie d'un trio vocal de choc pour faire descendre le calice. Karita Mattila, dont Leonore est l'une des réussites majeures en scène, délivre une fois de plus un chant incendiaire, sciemment au bord du gouffre sans jamais y verser, avec ces feulements, cette présence féline à la Martha Mödl, et l'ardeur de graves admirablement poitrinés qui lui valent une véritable ovation.

    Nettement plus placide mais d'une facilité qui force l'admiration, Ben Heppner semble se jouer des inhumaines embûches vocales de Florestan. Émission lumineuse, parfaitement canalisée, châtiée quand nécessaire, sporadiquement héroïque – le dernier ensemble –, le Canadien fait feu de tout bois dans cet emploi indistribuable. Quant à Matti Salminen, son imposante carcasse et sa voix tout aussi immense sont toujours au service d'un Rocco plein d'humanité, de bonté, dans un chant d'une rare plénitude. Un tour de force à un âge vénérable où tant de chanteurs n'affichent plus que grisaille.

    On passera nettement plus vite sur le Pizarro aux évidents moyens mais souvent histrion de Juha Uusitalo, dont l'émission très dans le masque manque de toute façon de corps, sur le Fernando tout tubé et d'épaules bien chétives du jeune François Lis, tout comme sur un couple Marzelline-Jaquino gentiment anecdotique, pour ne retenir au final que la présence de ces trois bêtes de chant qui ont pour nom Mattila, Heppner et Salminen.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 26/06/2006
    Yannick MILLON

    Version de concert de Fidelio de Beethoven sous la direction de Myung-Whun Chung au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Fidelio, opéra en deux actes (1817)
    Livret de Joseph Sonnleither et Georg Friedrich Treitschke d'après le mélodrame de Jean-Nicolas Bouilly Léonore ou l'amour conjugal

    Choeur de Radio France
    direction : Matthias Brauer
    Orchestre philharmonique de Radio France
    direction : Myung-Whun Chung

    Avec :
    Karita Mattila (Leonore), Ben Heppner (Florestan), Matti Salminen (Rocco), Juha Uusitalo (Don Pizarro), Henriette Bonde-Hansen (Marzelline), Pavol Breslik (Jaquino), François Lis (Don Fernando), Patrick Foucher (premier prisonnier), Vincent Menez (deuxième prisonnier).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com