altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 mai 2019

Sylvain Cambreling crée Michael Jarrell

La clarinette assonante de Michaël Jarrell

En ouverture d'un concert de musique française, comme il les aime, Sylvain Cambreling a créé la dernière oeuvre de Michaël Jarrell, un des jeunes compositeurs européens de pointe, radical de pensée, autrichien de séduction, suisse de précision et français de rigueur et de goût.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 31/03/2000
Antoine Livio (1931-2001)
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Aux hommes de bonne volonté

  • Songeuse nuit d'été

  • Une audace magnifiée

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • À l'Orchestre de Paris, on a surtout entendu Sylvain Cambreling dans Berlioz et Debussy, mais on le sait également à son aise avec un opéra de Mozart, le Pelléas de Debussy, Erwartung de Schoënberg, voire une création de Berio ou de Boesmans. Vu son passé, son éducation et l'évolution de sa carrière, Michael Jarrell est aussi " international " que Cambreling. Les deux hommes paraissaient donc faits pour s'accorder, mais je ne m'attendais pas à ce que la complicité aille aussi loin et que Cambreling sache aussi bien révéler ce que Jarrell avait souhaité inscrire dans les fibres de sa partition.

    Tout dans cette Assonance XI de Jarrell fait la part belle à la clarinette inspirée de Paul Meyer. Cela s'étend du son qui devient mélodie, de l'accent qui se transforme en rythme, de la plainte qui se métamorphose en architecture symphonique, autour de cette clarinette omniprésente, toujours différente et pourtant fidèle à son essence première, toujours douloureuse. Tantôt une amorce de dialogue avec la flûte, tantôt avec la harpe, et tout à coup tout s'envole en une cadence folle, alors que bientôt le premier violon et très vite toutes les cordes décrivent un univers inquiétant, où la clarinette se perd et pourtant règne et demeure, longtemps, très longtemps.

    C'est une partition étrange dans son écriture, surprenante dans ses allusions et ses références, mais d'une force bouleversante. Et Paul Meyer n'est pas étranger à l'envolée quasi mystique de l'oeuvre, ni à l'enthousiasme que cette page a suscité auprès d'un public peu habitué à ce que l'Orchestre de Paris puisse accoster des rives si lointaines mais si fascinantes. C'est aussi en définitive le prodige d'un chef qui sait lire et transmettre le talent d'un grand compositeur.




    Salle Pleyel, Paris
    Le 31/03/2000
    Antoine Livio (1931-2001)

    Sylvain Cambreling crée Michael Jarrell
    Création mondiale d'Assonance IX de Michaël Jarrell - Le Poème de l'Amour et de la Mer de Ernest Chausson - Shéhérazade de Maurice Ravel - Jeux de Claude Debussy
    Orchestre de Paris
    Direction : Sylvain Cambreling
    Avec Isabelle Vernet (soprano).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com