altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 juillet 2020

Concert du Mahler Chamber Orchestra sous la direction de Daniel Harding, avec la participation du flûtiste Emmanuel Pahud au festival de Lucerne 2006.

Lucerne 2006 (2) :
Le souffle de la vie

Pour ce deuxième grand concert symphonique du festival de Lucerne 2006, Daniel Harding dynamise le Mahler Chamber Orchestra dans une 9e de Schubert dont il se contente parfois d'approcher les célestes longueurs dont parlait Schumann. Étincelant de virtuosité, Emmanuel Pahud transcende la création de Transir de Matthias Pintscher, unanimement acclamée.
 

Konzertsaal, Kultur- und Kongresszentrum, Luzern
Le 13/08/2006
Michel LE NAOUR
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Très contestĂ© Ă  Aix-en-Provence dans la FlĂ»te enchantĂ©e pour sa prĂ©cipitation en fosse, Daniel Harding se montre sous un jour meilleur dans ce concert symphonique lucernois. En ouverture, la transformation rĂ©alisĂ©e par Anton Webern du Ricercare Ă  six de l'Offrande musicale de Bach sĂ©duit par la vigueur analytique de l'approche, la prĂ©cision sans failles, la souplesse de l'articulation, l'austĂ©ritĂ© lyrique, mais ne se prĂŞte pas Ă  l'opulence. Les instrumentistes du Mahler Chamber Orchestra, ensemble dont Harding a assurĂ© la direction musicale de 2003 Ă  2004 paraissent très concentrĂ©s et rĂ©pondent aux intentions du chef en se distinguant dans ce remake traitĂ© Ă  l'aune du sĂ©rialisme.

    Transir du compositeur allemand Matthias Pintscher convient parfaitement au thème du festival de Lucerne 2006 centré sur la parole (Sprache) dans une problématique straussienne – celle de Capriccio – où l'on débat de la prééminence du texte ou de la musique. En effet, la partition commandée par Betty Freeman pour le festival est une démonstration tout à fait suggestive de l'art du souffle qui se fait parole dans la magistrale exécution du flûtiste franco-suisse Emmanuel Pahud dont on sait qu'il occupe le poste soliste de l'Orchestre Philharmonique de Berlin.

    Par Transir, Pintscher entend un état transitoire qui prévaut à d'autres états. Pour rendre cet avatar – au sens étymologique de métamorphose ou de transformation –, le compositeur dans une pièce d'une trentaine de minutes convie toutes les possibilités dont est capable la flûte – exhalaison, respiration, vibration, glissandi. L'instrument soliste devient souffle cosmique et humain à l'image de la craie redevenue falaise comme l'imagine Prévert dans Paroles.

    © Emi Classics

    Deux cadences virtuoses entrecoupées de tutti d'une liquidité minérale mais aussi de chocs de blocs sonores, de glissements de cordes, d'agrégats percussifs et de kaléidoscopes de timbres, se résolvent en une musique des sphères dont Pahud devient partie intégrante tant la fusion qu'il opère est suggestive. L'oeuvre, d'une belle unité spatio-temporelle est aussi, grâce à la gestuelle très visuelle du soliste, en osmose avec celle du chef, d'un effet immédiat qui frappe autant l'oreille que les sens.

    Dans la Symphonie en ut de Schubert, l'Ă©lan semble l'emporter sur une conception plus profonde, celle d'un romantisme mystĂ©rieux par les chefs germaniques – Furtwängler, Sawallich. Nulle tendance non plus Ă  tirer la partition vers la pulsation viennoise et la rĂŞverie Ă©veillĂ©e – Walter, Krips –, mais plutĂ´t une urgence, un Ă©lan vital qui pousse sans cesse en avant le discours. Pour preuve, le tempo allant et plus Ă©lĂ©gant que tendu de l'Andante con moto dont Schumann, en redĂ©couvrant l'oeuvre, dĂ©clarait : « on dirait que cela nous arrive d'une autre sphère [
    ] comme si quelque hôte céleste rôdait à travers l'orchestre
     Â».

    Ivresse jubilatoire

    La mise en place est superbe et chaque instrumentiste se plie aux injonctions de Harding qui dirige à mains nues dans une chorégraphie très explicite. L'engagement, la douceur nostalgique – le Ländler central du Scherzo –, l'hymne à la création – proche de la 9e de Beethoven – de l'Allegro vivace final imposent une conception impressionnante par son ivresse jubilatoire, bien servie par une phalange que le maestro sait mettre en valeur avec la maîtrise de sa jeune expérience déjà confirmée – appel des cors dans l'Andante initial, équilibre entre cordes et vents dans le Scherzo, clarinette dans le Finale.

    Triomphe mérité pour ce chant de victoire qui termine en majesté cette partition qui ne peut susciter qu'enthousiasme d'un public venu nombreux et séduit par le charisme et le charme du chef britannique. En dépit des qualités de cette interprétation vigoureuse et exaltée, on préfèrera cependant le romantisme intérieur et la noblesse souveraine qui président aux versions de référence.

    Toutefois, à Lucerne, le ciel stellaire de la magnifique salle de concert due à Jean Nouvel s'est nourri de toute la dimension musicale dont ce concert était porteur. Le cru 2006 est à marquer d'une pierre blanche avec un plateau où se succèdent sans discontinuer les meilleures phalanges et les chefs de renom – Abbado, Boulez, Masur, Jansons, Chailly, Harnoncourt, Gielen, Tilson Thomas. La mariée n'est pas trop belle quand les membres de l'Orchestre du Festival se réunissent pour le meilleur de la musique de chambre.




    Konzertsaal, Kultur- und Kongresszentrum, Luzern
    Le 13/08/2006
    Michel LE NAOUR

    Concert du Mahler Chamber Orchestra sous la direction de Daniel Harding, avec la participation du flûtiste Emmanuel Pahud au festival de Lucerne 2006.
    Johann-Sebastian Bach (1685-1750)
    Ricercare Ă  six voix de l'Offrande musicale
    Version orchestrale d'Anton Webern (1935)

    Matthias Pintscher (*1971)
    Transir, pour flûte et orchestre de chambre
    Création mondiale
    Emmanuel Pahud, flûte

    Franz Schubert (1797-1828)
    Symphonie n° 9 en ut majeur D. 944, « la Grande Â» (1826)

    Mahler Chamber Orchestra
    direction : Daniel Harding

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com