altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 septembre 2021

Nouvelle production de la Finta Giardiniera de Mozart mise en scène par Doris Dörrie et sous la direction d'Ivor Bolton au festival de Salzbourg 2006.

Salzbourg 2006 (12) :
Les joies du jardinage

© Christian Schneider

Spectacle gentiment décapant et toujours amusant que cette Finta Giardiniera de Doris Dörrie se déroulant dans la réserve d'un Jardiland autrichien. Du rythme, des gags qui font mouche, une direction drue et un plateau remarquable ; de quoi entamer la dernière ligne droite de Salzbourg 2006 dans les meilleures conditions.
 

Landestheater, Salzburg
Le 29/08/2006
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Portrait incomplet

  • Totems et tabous

  • RentrĂ©e dissipĂ©e

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Grand succès auprès d'un public salzbourgeois pourtant pas vraiment friand de transpositions que cette Finta Giardiniera mise en scène par Doris Dörrie au Landestheater. DĂ©jĂ  auteur d'un Così fan tutte hippie Ă  l'OpĂ©ra de Berlin, l'Allemande plante le dĂ©cor de sa Finta dans la rĂ©serve d'un magasin de jardinage, et use de toutes les ressources possibles – l'arrivĂ©e de Belfiore sur un chariot Fenwick ; les rapports de sĂ©duction employĂ©e-patron de Serpetta et Don Anchise ; la rixe Ă  la pelle, Ă  la pioche et au râteau au Finale du I ; l'Ă©norme tourterelle claquant du bec sur la ligne de chant de Sandrina ; la plante carnivore qui en donne Ă  recoudre au Comte ; l'araignĂ©e gĂ©ante dans la scène nocturne.

    Ramiro est un jeune amoureux rĂ©voltĂ© Ă  tendance gothique, Serpetta la petite peste irrĂ©sistible après qui soupirent tous les employĂ©s masculins, Sandrina la Comtesse standard, pas mĂŞme fichue d'utiliser une colleuse d'Ă©tiquettes. Pendant l'ouverture, une courte scène rappelle, dans un espace XVIIIe au sein du dĂ©cor contemporain, la dispute entre Belfiore et Violante prĂ©liminaire Ă  l'intrigue et se terminant par le fameux assassinat ratĂ©. Puis l'action Ă  proprement parler peut commencer, et dès lors le lit du crime, Ă  saisir pour quelques centaines d'euros, se voit attribuer une Ă©tiquette « Rokoko-Bett Â».

    Beaucoup d'imagination, de rythme, d'astuces et de gags pour maintenir l'intérêt d'une partition qui tend à s'essouffler, mais aussi une mise en scène qui parvient à démêler au mieux les fils d'une intrigue passablement emberlificotée, et qui ne perd jamais de vue les enjeux moins souriants, plus amers de cet opera buffa d'un Mozart de 18 ans, même si l'on reste évidemment bien loin des ambiguïtés marivaudiennes de Così.

    © Christian Schneider

    La distribution, d'une remarquable homogĂ©nĂ©itĂ©, est seulement dĂ©pareillĂ©e par la Sandrina sans grâce d'Alexandra Reinprecht, voix dure et Ă©mission peu soignĂ©e. Car le reste du plateau frĂ´le le tableau d'excellence : PodestĂ  sonore et d'aigu conquĂ©rant de John Graham Hall ; Belfiore di grazia de John Mark Ainsley ; Arminda magnifiquement en voix de VĂ©ronique Gens ; Serpetta mutine d'Adriana Kučerová ; Ramiro sensuel et rayonnant – l'aigu – de Ruxandra Donose ; Nardo Ă©blouissant de Markus Werba, dont on se demande comment, avec de pareils moyens, il ne laisse pas une empreinte plus profonde en Papageno.

    Dans la fosse exiguë du Landestheater, Ivor Bolton défend un Mozart dru, parfois roide mais toujours roboratif, servi par les cordes aux coups d'archet tranchants d'un Orchestre du Mozarteum dans son jardin. Et si la formation salzbourgeoise sonne beaucoup, avec un impact rythmique toujours fort, ce n'est jamais au détriment d'un plateau qui a les moyens de se faire entendre. Quel confort en tout cas à notre époque de grands vaisseaux qu'un opéra de Mozart dans une salle à taille humaine !

    Un spectacle parmi les plus réussis de l'année Mozart à Salzbourg, un bonheur sans nuage dans une fin de festival pourtant copieusement arrosée et aux airs de Toussaint.




    Landestheater, Salzburg
    Le 29/08/2006
    Yannick MILLON

    Nouvelle production de la Finta Giardiniera de Mozart mise en scène par Doris Dörrie et sous la direction d'Ivor Bolton au festival de Salzbourg 2006.
    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    La Finta Giardiniera, dramma giocoso en trois actes, K. 196 (1774)
    Livret de Giuseppe Petrosellini

    Mozarteum Orchester Salzburg
    direction : Ivor Bolton
    mise en scène : Doris Dörrie
    décors et costumes : Bernd Lepel
    Ă©clairages : Georg Boeshenz
    vidéo : fettFilm

    Avec :
    John Graham-Hall (Don Anchise), Alexandra Reinprecht (Violante Onesti / Sandrina), John Mark Ainsley (Belfiore), VĂ©ronique Gens (Arminda), Ruxandra Donose (Ramiro), Adriana Kučerová (Serpetta), Markus Werba (Roberto / Nardo).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com