altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 07 décembre 2019

Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction de Frédéric Chaslin, avec la participation du violoncelliste Xavier Phillips à la salle Pleyel, Paris.

Quatre hommages et un enterrement

Frédéric Chaslin

Si le concert qui devait √™tre dirig√© par Armin Jordan mort le matin m√™me et remplac√© par le fran√ßais Fr√©d√©ric Chaslin, a √©t√© le lieu d'un hommage √©mu au grand chef suisse, la soir√©e n'en a pas moins √©t√© d√©cevante tant l'Orchestre de Paris, sans doute affect√© par l'√©v√©nement, s'est montr√©, tant√īt √©teint, tant√īt d'une perfection s√®che et glac√©e.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 20/09/2006
Laurent VILAREM
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Carnage light

  • Construire un toit

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On savait d√©j√† depuis presque une semaine que Fr√©d√©ric Chaslin remplacerait ce soir Armin Jordan, victime d'un malaise la semaine derni√®re. Pourtant, lorsque Georges-Fran√ßois Hirsch, le directeur g√©n√©ral de l'Orchestre de Paris, monte sur sc√®ne, la nouvelle vient de tomber dans l'apr√®s-midi : Armin Jordan est mort. Le public, invit√© √† se lever, respecte une minute de silence, et le concert est d√©di√© √† la m√©moire du grand chef suisse.

    La premi√®re oeuvre inscrite au programme ¬Ė inchang√© ¬Ė est le Pr√©lude √† l'apr√®s-midi d'un faune de Debussy. On se souvient de l'excellent debussyste qu'√©tait Armin Jordan. C'est ainsi que la fl√Ľte de Vincent Lucas devient naturellement un hommage au musicien disparu. Ravel lui-m√™me ne disait-il pas vouloir √™tre enterr√© au son de cette musique ? Si les solistes laissent √©chapper des bouff√©es somptueuses de musique, tr√®s vite, l'interpr√©tation para√ģt manquer de ligne d'ensemble, de souffle, d'intensit√©.

    M√™me constat pour la pi√®ce suivante : le concerto pour violoncelle Tout un monde lointain de Dutilleux, d'apr√®s des po√®mes de Baudelaire. L'orchestre, √©trangement √©teint, ne scintille pas des prodiges d'imagination que l'orchestration pourtant rec√®le. Le constat est d'autant plus douloureux que, si Xavier Phillips privil√©gie une interpr√©tation moins soucieuse d'humanit√© que de virtuosit√©, le chef ne l'aide pas dans cette vision originale qui consisterait √† jouer ce concerto pratiquement comme un concerto romantique. En l'√©tat, loin de l'envo√Ľtement digne d'une exp√©rience mystique que procurent d'autres lectures, le ¬ę monde lointain ¬Ľ devient le lent cauchemar d'un violoncelle trop charnu.

    Les rares √Čpigraphes antiques de Debussy

    Apr√®s l'entracte, l'Orchestre de Paris aborde les rares Six √©pigraphes antiques de Debussy orchestr√©s par Ansermet. Cette pi√®ce pour deux pianos, qui d√©veloppe une musique de sc√®ne √©crite en 1900, appartient aux derni√®res ann√©es de la vie de l'auteur de Pell√©as. On peut se demander pourquoi l'oeuvre est si rarement donn√©e, car tout Debussy y est : celui des premiers opus ¬Ė l'insouciance de la Suite bergamasque, la l√©g√®ret√© de la Damoiselle √©lue ¬Ė mais √©galement le Debussy sardonique et macabre de la derni√®re p√©riode. Si l'orchestration d'Ansermet semble trop charg√©e, on prend plaisir √† entendre l'Orchestre de Paris dans une musique aussi l√©g√®re et na√Įve.

    Dans la Rhapsodie espagnole de Ravel qui conclut la soir√©e, la formation fait √† nouveau √©tal de sa science des alliages et de son assurance, notamment dans une excellente Malaguena o√Ļ pourtant la direction plus brutale qu'inspir√©e de Fr√©d√©ric Chaslin ne construit un discours que par √†-coups. L'√©clatante Feria conclusive sera redonn√©e en bis apr√®s que le chef a une derni√®re fois rendu hommage √† Armin Jordan, cet homme qui ¬ę aimait la vie ¬Ľ.




    Salle Pleyel, Paris
    Le 20/09/2006
    Laurent VILAREM

    Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction de Frédéric Chaslin, avec la participation du violoncelliste Xavier Phillips à la salle Pleyel, Paris.
    Claude Debussy (1862-1918)
    Prélude à l'après-midi d'un faune

    Henri Dutilleux (*1916)
    Tout un monde lointain, concerto pour violoncelle et orchestre
    Xavier Phillips, violoncelle

    Claude Debussy (1862-1918)
    Six épigraphes antiques
    Orchestration d'Ernest Ansermet

    Maurice Ravel (1875-1937)
    Rhapsodie espagnole

    Orchestre de Paris
    direction : Frédéric Chaslin

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com