altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 août 2018

Deuxième concert de la Staatskapelle Berlin sous la direction de Daniel Barenboïm, avec la participation du pianiste Lang Lang dans le cadre de Piano**** au Théâtre du Châtelet, Paris.

Rencontre choc de fortes personnalités
© DG / Kasskara

Programme sans surprise, axé sur deux poids lourds du répertoire, mais Daniel Barenboïm, pour son second concert parisien à la tête de la Staatskapelle Berlin, subjugue et reçoit une véritable ovation, tout comme Lang Lang, qui réussit à imposer une vraie personnalité, enfin reconnue et saluée par la salle.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 24/10/2006
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Lang Lang perturbe, divise et ne laisse personne indifférent. Avec sa houppette et sa tendance à la gesticulation devant son piano, le jeune Chinois de 24 ans ressemble à un hybride de Tintin et du lapin Duracell. Étincelant, il l'est, sans doute même beaucoup trop dans ce concerto l'Empereur. Trop de brillant, il cogne comme un sourd, au point que même Beethoven lui-même pourrait l'entendre.

    Le pianiste rompt avec nos habitudes, avec notre sensibilité imprégnée de culture occidentale. Mais il sait aussi se jeter dans l'oeuvre avec autant de boulimie que de raffinement. Ses doigts d'acier sont au service d'une impétuosité fulgurante. Il est phénoménal, il impose une vision forte, énergique, à l'opposé de si fréquentes tiédeurs pianistiques. Il existe, tout simplement. Considéré naguère par un magazine américain comme « l'un des vingt jeunes qui vont changer le monde », Lang Lang revendique une véritable authenticité même s'il a pour idole Horowitz, dont il a d'ailleurs acquis le piano.

    Mouvements des bras un peu emphatiques, yeux mi-clos, chantonnant la partition : ces quelques péchés de jeunesse font partie du spectacle. Il nous rappelle, et ce n'est pas rien, qu'un concert est un spectacle vivant et doit être ressenti comme tel au même titre que la musique. Sans âme, dit-on parfois des virtuoses asiatiques? Lang-Lang balaie ce cliché dans la mélodie méditative du mouvement lent, d'une poignante beauté. Il émeut autant qu'il est ému, au point d'attaquer un peu faiblement le Finale.

    Daniel Barenboïm, qui a joué si souvent ce concerto en tant que pianiste, jette un coup d'?il par dessus son épaule gauche. Lang Lang a été parfois mal reçu par des mélomanes parisiens agacés par les trompettes de la renommée qu'embouchent à son propos les responsables des maisons de disques qui l'enregistrent. Cette fois, le voilà très applaudi par les Parisiens. Il paraît étonné. Il joue un bis mozartien accueilli avec encore plus de chaleur, notamment par les musiciens de l'orchestre.

    La Staatskapelle Berlin a un son bien à elle, une musicalité et une vigueur qu'elle déploie dans la 5e symphonie de Mahler. Chaque sonorité se détache : admirables cordes, vents éblouissants, cor magnifique, clarinette glorieuse. Barenboïm, dans des mouvements larges, presque sautillant, fait éclater la densité anxieuse, fiévreuse, mélancolique d'une oeuvre symbolisant la victoire de la création. Il refuse à la symphonie, et notamment au si célèbre Adagietto, ce que tant de chefs y ajoutent d'habitude de sirupeux et de larmoyant. Son orchestre et lui se contentent de nous dire la vie.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 24/10/2006
    Nicole DUAULT

    Deuxième concert de la Staatskapelle Berlin sous la direction de Daniel Barenboïm, avec la participation du pianiste Lang Lang dans le cadre de Piano**** au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Concerto pour piano n° 5 en mib majeur op. 73, « l'Empereur »
    Lang Lang, piano

    Gustav Mahler (1860-1911)
    Symphonie n° 5 en ut# mineur

    Staatskapelle Berlin
    direction : Daniel Barenboïm

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com