altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 01 juin 2020

Cr√©ation de G√©rard Pesson au Th√©√Ętre des Amandiers, Nanterre.

Une jeune fille et la mort

G√©rard Pesson √©tait jusqu'ici connu comme un compositeur de petites formes d'une extr√™me sophistication. Avec " Forever Valley " au Th√©√Ętre des Amandiers de Nanterre, il vient de montrer qu'il √©tait capable du m√™me souffle et de la m√™me densit√© sur un op√©ra.
 

Th√©√Ętre des Amandiers, Nanterre
Le 25/04/2000
Olivier BERNAGER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La sc√®ne se passe dans un no man'land perch√© en haut de cimes enneig√©es, dans un village √† flanc de montagne qui sera bient√īt englouti sous les eaux d'un barrage en construction. Ce doit √™tre une r√©gion frontali√®re car s'y c√ītoient des douaniers, une r√©gion d'√©levage aussi car on y trouve des fermiers. Le samedi, les hommes vont au Dancing ouvert dans le village par l'entreprenante Massi. On y danse, on y boit, on peut aussi monter dans les chambres. Il y a l√† une jeune villageoise que l'auteur, Marie Redonnet nomme " La jeune fille ". Elle va perdre son innocence sans y prendre garde avec les douaniers. En semaine, elle occupe son temps √† creuser des fosses dans le jardin du presbyt√®re pour y d√©couvrir " les morts ". Chez elle, " Le p√®re " grabataire est immobilis√© par la paralysie qui le gagne. Il mourra. Une fosse l'accueillera, l'√©glise s'effondrera, un douanier mourra aussi. √Ä partir d'un roman √† la langue distanci√©e, au vocabulaire rare, au rythme po√©tique, le compositeur G√©rard Pesson et le metteur en sc√®ne Fr√©d√©ric Fisbach ont √©crit une succession de fragments qui d√©coupent le monologue int√©rieur de " La jeune fille " en autant de parcelles r√©fl√©chissant sa qu√™te d'elle m√™me.
    Est-ce une description clinique, une psychose naissante : voici une jeune fille qui parle de sa virginit√© comme si son corps ne lui appartenait pas, de la mort de son p√®re comme s'il n'√©tait qu'un min√©ral, qui creuse dans le jardin pour exhumer des d√©pouilles ? Est-ce une all√©gorie po√©tique : la solitude, l'interrogation m√©taphysique sur le pass√©, L'indiff√©rence, le temps qui d√©vore les corps et les lieux ? Ces deux lectures existent ensemble. L'esth√©tique de G√©rard Pesson s'accorde bien de la blancheur du texte, de son refus des redondances. Il a un catalogue d'oeuvres g√©n√©ralement courtes, d'une extr√™me sophistication quant √† l'√©criture instrumentale. Son raffinement, son souci constant d'une all√©geance aux mots sans jamais s'y superposer, part de l'id√©e que c'est le texte int√©rioris√© par la conscience musicale qui est traduit par les outils du compositeur. √Ä partir de cette soumission humble √† la sonorit√© du sens qui √©merge des mots, Pesson construit un univers o√Ļ la raret√©, l'inach√®vement, la brisure infime s√©parant les mots des sons qui les portent, expriment la finitude de l'homme dans l'infini de l'univers. Son langage musical se meut dans les limites de l'audible, l√† o√Ļ la musique balbutie, o√Ļ l'instrument est essouffl√©, d√©timbr√©, incapable de se supporter lui-m√™me. Pour lui, la musique n'est rien o√Ļ le texte ne passe pas. Il a une mani√®re personnelle d'√©crire pour la voix : syllabique souvent, madrigalesque parfois, simple toujours. Il m√©lange la voix parl√©e de la com√©dienne Judith Henry √† un ensemble de sept chanteurs et de sept musiciens. Le dispositif sc√©nique cr√©e un espace √©tonnant dans la grande salle des Amandiers de Nanterre. Une r√©serve cependant, √† ce spectacle d'une grande intelligence, manque le choeur professionnel qui aurait servi efficacement le projet de Pesson. Le raffinement de son langage √©tait contrari√© par des d√©s√©quilibres vocaux. √Ä part cela, c'est un spectacle √† voir d√®s maintenant tout en esp√©rant qu'il sera repris et bonifi√©.




    Th√©√Ętre des Amandiers, Nanterre
    Le 25/04/2000
    Olivier BERNAGER

    Cr√©ation de G√©rard Pesson au Th√©√Ętre des Amandiers, Nanterre.
    " Forever Valley "
    Opéra de chambre de Gérard Pesson
    Texte de Marie Redonnet
    Mise en scène de Frédéric Fisbach
    Avec la participation de Judith Henry (comédienne)
    (le spectacle se donne jusqu'au 20 mai 2000)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com