altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 octobre 2020

Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction d'Ilan Volkov à la salle Pleyel, Paris.

Volkov dirige et gagne

Ilan Volkov

Rempla√ßant presque au pied lev√© Esa-Pekka Salonen malade pour ce concert de l'Orchestre de Paris √† la salle Pleyel, le jeune chef d'orchestre Ilan Volkov a bien relev√© ce difficile d√©fi dans un programme assez √©trangement compos√©, o√Ļ Berlioz faisait office de parfait test. Une belle d√©couverte pour le public fran√ßais.
 

Le 29/11/2006
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint Fran√ßois SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant G√∂rge‚Ķ

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • √Ä 24 ans, il faut avoir les nerfs solides et une belle ma√ģtrise du m√©tier pour affronter un orchestre fran√ßais et le public parisien √† la place de l'un des rares chefs de dimension vraiment mythique du moment. Mais on le sait, bien des carri√®res de musiciens de toutes disciplines se sont jou√©es sur ce genre de paris quand ils sont gagn√©s. On peut donc dire qu'Ilan Volkov a marqu√© des points importants en sortant vainqueur de ce qui ne fut en fait pas un affrontement car, para√ģt-il, il avait su convaincre d'embl√©e les musiciens de l'orchestre et d'avance le public qui √©tait venu quand-m√™me. Beau succ√®s final, √† la satisfaction g√©n√©rale.

    Programme curieux par ailleurs avec en premi√®re partie deux oeuvres ne permettant gu√®re de juger en profondeur d'une direction d'orchestre ¬Ė on aurait aim√©, s'il √©tait venu, entendre m√™me Salonen dans des pages plus significatives ¬Ė et en deuxi√®me partie des extraits symphoniques du Rom√©o et Juliette de Berlioz, superbes, certes, mais pourquoi des extraits d'une oeuvre de Berlioz alors qu'il en est tant qui ne demandent qu'√† √™tre jou√©es en totalit√© ? Mais ne boudons pas notre plaisir. Le massif Finlandia de Sibelius ne nous apprend pas grand chose ni sur le chef ni sur l'orchestre, mais un Mandarin merveilleux brillant et pr√©cis, par√© des couleurs orchestrales qui peuvent le mieux le mettre en valeur, est une √©tape d√©j√† plus significative.

    C'est avec Roméo et Juliette, finalement, que l'on peut se rendre compte des vraies capacités du jeune chef. L'écriture instrumentale magistrale de Berlioz y est aussi limpide que celle de Mozart, mettant en permanence tout un chacun à découvert, instrumentistes comme chef. Ilan Volkov, armé d'une gestique aussi simple que rigoureuse et claire, trouve le climat général de romantisme généreux de ces pages tout en laissant à chaque partie soliste la possibilité de s'exprimer naturellement. Une très bonne gestion de la dynamique, un choix astucieux et équilibré des tempi, des accents bien trouvés donnent une vie pleine de poésie colorée à ces beaux moments de musique.

    On admire tout particulièrement les vents, les bois surtout, magnifique exemple de la permanence de l'école française en la matière. Personne n'est épargné dans l'écriture berliozienne, pas même les contrebasses, chargées entre autres d'un acrobatique passage en pizzicati du plus bel effet !

    Décidément, à l'issue de ce concert, on se dit qu'il est toujours aussi passionnant de découvrir une génération montante de jeunes interprètes que d'honorer les divinités en place.




    Le 29/11/2006
    Gérard MANNONI

    Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction d'Ilan Volkov à la salle Pleyel, Paris.
    Jean Sibelius (1865-1957)
    Finlandia, poème symphonique

    Béla Bartók (1881-1945)
    Le Mandarin merveilleux, suite d'orchestre

    Hector Berlioz (1803-1869)
    Roméo et Juliette, extraits symphoniques

    Orchestre de Paris
    direction : Ilan Volkov

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com