altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 avril 2020

Concert de l'Orchestre national des Pays de la Loire sous la direction de Isaac Karabtchevsky avec la participation du pianiste Bruno Leonardo Gelber au Centre des Congrès d'Angers.

L'accord parfait

Bruno Leonardo Gelber

Le concert du pianiste argentin Bruno Leonardo Gelber, en état de grâce dans le 3e concerto de Rachmaninov avec l'Orchestre national des Pays de la Loire, n'a pas éclipsé la lecture très personnelle du chef Isaac Karabtchevski dans un Petrouchka plus symphonique que chorégraphique.
 

Cité des Congrès, Nantes
Le 10/11/2006
Michel LE NAOUR
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Réchauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Partition fleuve qui rebute plus d'un interprète, le 3e concerto pour piano et orchestre de Rachmaninov n'est pas à la portée de tous les doigts. Il ne faut pas non plus être un broyeur d'ivoire, car malgré la difficulté d'exécution, l'oeuvre suppose que l'on ait une tête aussi bien faite qu'elle est bien pleine. Bruno Leonardo Gelber est l'homme de la situation. Il sait conduire le discours avec un sens de la narration et une intelligence de conception, mais il façonne aussi la masse sonore tantôt comme un architecte, tantôt comme un graveur qui burine les pleins et les déliés de ce morceau de bravoure dans la lignée du romantisme de Chopin, Liszt et Tchaïkovski.

    Dès le premier thème de l'Allegro non tanto, énoncé comme une confidence, le ton est donné. Point d'emphase mais de la grandeur, point de démonstration outrancière mais du lyrisme et de la poésie – Intermezzo. La question si prégnante de la virtuosité qui en tétanise plus d'un est bannie, tant le soliste semble se jouer de la difficulté et porter son regard sur la musicalité seule. Le Finale Alla breve est un moment d'anthologie : dans la coda, la connivence entretenue entre le chef Isaac Karabtchevski et le pianiste, habitués à jouer ensemble – ils ont d'ailleurs enregistré l'oeuvre avec l'Orchestre de la Radio Suisse italienne –, atteint son paroxysme dans cette chevauchée fouettée par une énergie à revendre et maîtrisée de bout en bout.

    Gelber, par la puissance et la densité qu'il instille à cette pièce, ne craint personne. Le public, fasciné par la tension omniprésente, acclame cette remarquable prestation qui fait d'autant plus regretter l'absence sur nos scènes hexagonales de l'une des plus grandes figures actuelles du clavier.

    Parfaitement accordés à cette vision, les musiciens de l'Orchestre des Pays de la Loire se montrent sous leur meilleur jour, et la baguette de leur directeur musical suggestive. Dans Petrouchka de Stravinski, chaque instrumentiste répond aux intentions d'un chef qui accentue le caractère de cette pièce fauve de 1911, révisée par le compositeur en 1947 et annonciatrice du Sacre du Printemps.

    Proche de Rimski-Korsakov par la richesse d'une orchestration brillante, elle s'inscrit aussi dans la modernité par l'importance accordée au rythme ou au timbre – la place du piano, partie prenante de l'orchestre – qui subvertissent parfois la mélodie, et par l'intrusion de la musique populaire – Elle avait une jambe de bois – citée comme une rengaine.

    Plus discursif et narratif dans les différents épisodes qui jalonnent les avatars du pantin, que véritablement attaché au geste de la danse ou à l'âpreté du propos, Karabtchevski n'en réalise pas moins une fresque haute en couleurs – Danse russe –, très bien conduite, avec un art consommé des transitions. L'orchestre fait preuve d'une belle cohésion et de qualités de transparence – intervention en soliste des pupitres souvent sollicités parmi les cuivres et la petite harmonie.




    Cité des Congrès, Nantes
    Le 10/11/2006
    Michel LE NAOUR

    Concert de l'Orchestre national des Pays de la Loire sous la direction de Isaac Karabtchevsky avec la participation du pianiste Bruno Leonardo Gelber au Centre des Congrès d'Angers.
    Serge Rachmaninov (1873-1943)
    Concerto pour piano et orchestre n° 3 en ré mineur, op. 30 (1909)
    Bruno Leonardo Gelber, piano

    Igor Stravinski (1882-1971)
    Petrouchka (1910)
    Version de 1947

    Orchestre national des Pays de la Loire
    direction : Isaac Karabtchevski

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com