altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 septembre 2018

Marathon Vivement dimanche ! de l'Orchestre Poitou-Charentes sous la direction de François-Xavier Roth à la Scène nationale de Poitiers.

Carrément à l'est
© Keith Saunders / LSO

Paris-Saint-Pétersbourg, tel est le voyage qu'offre François-Xavier Roth à la tête de l'Orchestre Poitou-Charentes lors d'une journée exceptionnelle. En trois concerts, un Orient-Express musical qui brosse le portrait d'une Europe centrale aux multiples visages et permet à la formation de montrer l'étendue de ses capacités.
 

Scène nationale de Poitiers, La Hune
Le 21/01/2007
Laurent VILAREM
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Lucerne 2018 (2) : Ainsi parlait Thomas Rolfs

  • Grandeur et carences

  • Lucerne 2018 (1) : Haute voltige

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Vivement dimanche ! Non, il ne s'agit pas de l'émission télévisée éponyme de Michel Drucker, mais du nom d'un marathon musical organisé chaque année par l'Orchestre Poitou-Charentes à Poitiers. Trois concerts sur une journée, déclinant un thème original concocté par son excellent directeur artistique, Jean-François Heisser. Après une journée Ravel, voici « De Paris à Saint-Pétersbourg ».

    L'idée était tentante : arpenter les rigueurs et climats de l'âme slave. Il faut en premier lieu mentionner l'impressionnante performance de l'orchestre, qui tout au long de cette journée ne se départit jamais de son abnégation à mener à bien un aussi colossal travail, groupe d'excellents musiciens qui dégage une assurance et un enthousiasme que pourraient lui envier nombre de formations.

    Après un Pelléas et Mélisande de Fauré et une Tarentelle styrienne de Debussy aussi légers qu'anecdotiques, on n'est pas mécontent de quitter Paris pour se lancer à l'assaut de la Mitteleuropa ! Et le Double concerto de Bohuslav Martinů emporte en effet dans une course fébrile où sourdent les angoisses d'une oeuvre écrite à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Si la pianiste Claire Désert fait montre d'un jeu trop réservé, le chef François-Xavier Roth enflamme l'énergie noire de ce concerto, digne pendant de la Sonate pour deux pianos et percussion de Bartók.

    Le voyageur, maintenant averti des menaces qui pèsent sur les contrées qu'il visite, ne pourra en conséquence plus écouter le Concerto pour violoncelle de Dvořák dans l'innocence d'une Bohème idéale. C'est aussi que l'orchestre y manque de puissance, opérant un contraste d'autant plus troublant que le violoncelle très charnu de Xavier Philips s'accommoderait mieux d'un accompagnement moins à vif.

    Néanmoins, cette journée compte, après le Martinů, une autre belle réussite, un Pelléas et Mélisande où une sonorité claire et nerveuse associée à un réel sens de la narration s'épanouit dans les brumes polaires de l'univers sibélien. Moins heureux, le 3e concerto pour piano de Bartók où le rapport soliste-orchestre n'est guère plus convaincant que dans Dvořák. La faute en incombe cette fois à la fatigue manifeste de l'orchestre et au jeu de Jean-François Heisser, qui ne parvient à atteindre la simplicité ambiguë de cette pièce testamentaire.

    C'est avec une 2e symphonie de Tchaïkovski aussi fraîche qu'enjouée que s'achève le voyage. On reste confondu par l'effort accompli par les musiciens et leur chef à l'énergie inépuisable. L'Orchestre Poitou-Charentes mène décidément une programmation originale : le week-end du 17 février sera consacré à un ensemble de conférences et de concerts sur la Seconde École de Vienne. Qui a dit que les orchestres de régions manquaient d'audace et d'ambition ?




    Scène nationale de Poitiers, La Hune
    Le 21/01/2007
    Laurent VILAREM

    Marathon Vivement dimanche ! de l'Orchestre Poitou-Charentes sous la direction de François-Xavier Roth à la Scène nationale de Poitiers.
    11h
    Gabriel Fauré (1845-1924)
    Pelléas et Mélisande, suite pour orchestre op. 88

    Claude Debussy (1862-1918)
    Tarentelle styrienne
    Orchestration : Maurice Ravel

    Bohuslav Martinů (1890-1959)
    Concerto pour double orchestre à cordes, piano et timbales, H. 271
    Claire Désert, piano

    15h30
    Antonin Dvořák (1841-1904)
    Concerto pour violoncelle en si mineur, op. 104
    Xavier Phillips, violoncelle

    Jean Sibelius (1865-1957)
    Pelléas et Mélisande

    17h30
    Béla Bartók (1881-1945)
    Concerto pour piano n° 3 Sz. 119
    Jean-François Heisser, piano

    Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893)
    Symphonie n° 2 en ut mineur op. 17, « petite russienne »

    Orchestre Poitou-Charentes
    Direction : François-Xavier Roth

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com