altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 septembre 2019

La Walkyrie de Richard Wagner au Grand Théâtre de Genève

Wotan tout de hargne et de faiblesse
© Carole Parodi

La nouvelle production du Ring déployée sur quatre ans tient ses promesses. Le deuxième volet de la Tétralogie mise en scène par le tandem Moshe Leiser-Patrice Caurier et dirigée par Armin Jordan fait la part belle à une humanité remise à nu.
 

Grand Théâtre, Genève
Le 06/05/2000
Sylvie BONIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après les magnifiques envolĂ©es baroquisantes de la dernière scène de l'Or du Rhin lors de la saison passĂ©e, le Ring genevois aborde aujourd'hui sa première journĂ©e en se recentrant sur les personnages et sur les projections intimes d'une histoire oĂą le symbole règne en maĂ®tre. Personne ne pourra reprocher au couple de metteurs en scène de s'ĂŞtre ainsi penchĂ© sur les rĂ©sonances intĂ©rieures d'un sujet si vaste. Pierre Strosser l'a fait avant eux, et de façon bien plus radicale. Ici, on pĂ©nètre dans l'âme humaine en s'appuyant sur les formidables dĂ©cors de Christian Fenouillat, qui tend des ponts entre les mythes et l'actualitĂ©. Du hangar dĂ©saffectĂ© dĂ©vorĂ© par la guerre, Ă  l'immense table de banquet de Dieux en tenue de soirĂ©e pour finir sur un plateau rocheux entourĂ© d'un vide vertigineux, la suggestion des diffĂ©rents mondes est très maĂ®trisĂ©e. Dans cet environnement oĂą l'action peut aisĂ©ment Ă©voluer entre onirisme et rĂ©alitĂ©, c'est l'exceptionnel Wotan d'Albert Dohmen qui domine une distribution de grande tenue. Rarement ce rĂ´le aura Ă©tĂ© assumĂ© avec tant de hargne et de faiblesse, rĂ©unies dans un tel abattage théâtral. Chaque mot prend sens dans un rapport idĂ©al entre le " sprechgesang "(parlĂ©-chantĂ©) et le chant, de façon aussi concrète qu'une figure de Janus. Il semble difficile d'aller plus au fond des affres affectifs, plus près des limites de la raison. Le baryton- basse allemand crache son impuissance et sa solitude sur une voix d'une incroyable noirceur, minĂ©rale et mĂ©tallique tout Ă  la fois. La Fricka tyrannique de Sally Burgess se range du mĂŞme cĂ´tĂ©. Implacable, elle manie l'aigu comme une arme, mais elle sait en tempĂ©rer le tranchant par le charme de son mĂ©dium. Il s'ensuit que la mezzo britannique est une saisissante dĂ©esse autant qu'une bourgeoise infernale. Le beau couple Siegmund-Sieglinde de Poul Elming et Tina Kiberg, la BrĂĽnnhilde fière et Ă©motive de Janice Baird, le Hunding sĂ©pulcral de Aage Hauglang et les dynamiques Walkyries sont portĂ©s par un OSR qu'Armin Jordan dirige dans un souci de fluiditĂ© et de lĂ©gèretĂ© qui confirme les intentions de la mise en scène. On reste lĂ , dĂ©finitivement, entre humains.




    Grand Théâtre, Genève
    Le 06/05/2000
    Sylvie BONIER

    La Walkyrie de Richard Wagner au Grand Théâtre de Genève
    La Walkyrie de Richard Wagner
    Direction musicale : Armin Jordan.
    Mise en scène : Patrice Caurier et Moshe Leiser.
    Avec Brünnhilde : Janice Baird et Karen Huffstodt. Siegliende : Tina Kiberg. Fricka : Sally Burgess. Helmwige : Valérie Millot. Gerthilde : Sylvie Pons. Ortlinde : Penelope Thorn. Waltraude : Hanna Schaer. Schwertleite : Sondra Kelly. Siegrunde : Christiane Hiemsch. Grimgerde : Sibyl Zanganelli. Rossweisse : Viktoria Vizin. Siegmund : Poul Elming. Wotan : Albert Dohmen. Hundig : Aage Haugland.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com