altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 novembre 2019

Nouvelle production d'Eugène Onéguine de Tchaïkovski mise en scène par Peter Stein et sous la direction de Kirill Petrenko à l'Opéra de Lyon.

En attendant Moscou

Deuxième volet d'une trilogie consacrée sur plusieurs saisons à Peter Stein et Tchaïkovski, cet Eugène Onéguine lyonnais confirme l'incontestable excellence d'une équipe musicale quasi russe. Peter Stein parachève l'ensemble avec beaucoup de psychologie et une belle maîtrise de l'espace scénique. Une grande réussite.
 

Opéra national, Lyon
Le 27/01/2007
Benjamin GRENARD
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Grand PrĂŞtre de Bizet

  • Guère Ă  l’affĂ»t

  • MĂ©lancolie d’estampes

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Comme la saison passĂ©e dans Mazeppa, l'Ă©quipe musicale menĂ©e par Kirill Petrenko ne fait qu'une bouchĂ©e d'Eugène OnĂ©guine. Les femmes sont idĂ©ales, de la fraĂ®cheur raffinĂ©e de la Tatiana d'Olga Mykytenko, toujours rĂŞveuse, passionnĂ©e et dramatique, au timbre plus Ă©raillĂ© et rustique de la nourrice de Margarita Nekrasova. Elena Maximova est une Olga tout en abĂ®me vocal, dans la grande lignĂ©e des altos russes. Hasard de la scène ou choix judicieux du metteur en scène, le physique des deux soeurs Larina est on ne peut plus opposĂ© : Olga est une blonde pulpeuse Ă  la beautĂ© imposante dont elle abuse avec lĂ©gèretĂ© ; Tatiana une brune aux charmes moins clinquants, au visage angĂ©lique dont Ă©mane une beautĂ© secrète rĂ©vĂ©lant un monde intĂ©rieur plus riche.

    La distribution masculine apparaît plus hétérogène, dominée au premier chef par le Lenski presque méditerranéen de Marius Brenciu, remplaçant au pied levé Edgaras Montvidas. Le ténor roumain, après un premier acte plutôt terne, vole vers une ligne vocale aussi brillante que sensible, dans une incarnation dramatique parfaitement crédible. Le Monsieur Triquet de Christophe Mortagne est délicieux, avec un russe à l'accent français et une voix de fausset bienvenus. Le Prince Grémine de Michail Schelomianski suscite quelques réserves devant son timbre barytonnant frisant le contre-emploi, mais finit par s'imposer sans ambages. Seul Wojtek Drabowicz – fatigue d'un soir ? – s'avère un Onéguine décevant et pâle, manquant de relief et de virilité.

    On connaît l'importance des choeurs dans l'opéra russe depuis Glinka : ceux l'Opéra de Lyon s'imposent à merveille par leur acuité scénique, leur diction irréprochable et leur masse sonore à la fois souple et puissante. Après des sommets remarqués dans Wagner, même adéquation avec le répertoire russe.

    Le jeune Kirill Petrenko dirige l'ensemble d'une main inflexible, fort respectueux de la lettre et toujours avec un sens inné de la spontanéité, dans un compromis équilibré entre une intensité exacerbée et le respect d'une écriture éminemment chambriste. L'orchestre de l'Opéra de Lyon, hormis un cor désespérément chaotique, sonne au mieux de ses moyens et quelques solos, comme celui du violoncelle, ressortent avec une grande beauté.

    De surcroît, Peter Stein emporte cette fois littéralement l'adhésion par la pertinence psychologique et la simplicité de sa réalisation. À un beau travail sur la scénographie s'ajoutent une structuration intelligente de l'espace et une gestuelle procédant par leitmotiv – Tatiana se présente systématiquement au I tête baissée devant Onéguine, par timidité ou par humiliation.

    Cette nouvelle production a décidément tout pour séduire, de l'authenticité musicale à l'intelligence scénique ; on attend impatiemment la Dame de Pique la saison prochaine et si on regrette un rôle-titre un peu fade, on se demande déjà si les Russes du Bolchoï feront mieux dans les prochains jours...




    Opéra national, Lyon
    Le 27/01/2007
    Benjamin GRENARD

    Nouvelle production d'Eugène Onéguine de Tchaïkovski mise en scène par Peter Stein et sous la direction de Kirill Petrenko à l'Opéra de Lyon.
    Piotr Illitch TchaĂŻkovski (1840-1893)
    Eugène Onéguine, scènes lyriques en trois actes et sept tableaux (1879)
    Livret intégral de Tchaïkovski et Chilovski d'après le poème d'Alexandre Pouchkine

    Choeurs et Orchestre de l'Opéra de Lyon
    direction : Kirill Petrenko
    mise en scène : Peter Stein
    décors : Ferdinand Wögerbauer
    costumes : Anna Maria Heinrich
    Ă©clairages : Duane Schuler / Japhy Weideman
    chorégraphie : Lynne Hockney
    préparation des des choeurs : Alan Woodbridge

    Avec :
    Wojtek Drabowicz (Eugène Onéguine), Olga Mykytenko (Tatiana), Marius Brenciu (Lenski), Elena Maximova (Olga), Michail Schelomianski (Prince Grémine), Stefania Toczyska (Madame Larina), Margarita Nekrasova (Filipievna la nourrice), Christophe Mortagne (Monsieur Triquet), Jérôme Varnier (Zaretski), Paolo Stupenengo (Un capitaine), Jérôme Avenas (Un paysan).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com