altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 février 2018

Nouvelle production d'Orphée et Eurydice de Gluck mise en scène par Roser Monttló Guberna et Brigitte Seth et sous la direction d'Emmanuel Olivier à l'Atelier lyrique de Tourcoing.

La simple clarté d'Orphée
© Danièle Pierre

Philippe Jaroussky (Orphée) et Ingrid Perruche (Eurydice).

C'est à l'Atelier Lyrique de Tourcoing et à Jean-Claude Malgoire, qui lui fit faire quelques uns de ses premiers pas sur scène, que Philippe Jaroussky a réservé son premier Orphée de Gluck. Malgré un orchestre non sans brutalité, le contre-ténor s'est révélé la parfaite incarnation de la belle simplicité prescrite par le compositeur et son librettiste.
 

Atelier lyrique, Tourcoing
Le 06/05/2007
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

  • Les goûts réunis

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dès son premier appel en réponse à la plainte funèbre du choeur, il apparaît que l'Orphée de Philippe Jaroussky ne sera semblable à nul autre. D'abord par la clarté du timbre, qui l'oppose à tous les contralti féminins qui s'y sont illustrés, et plus encore par sa concentration, qui lui permet, à l'inverse de la majorité des falsettistes, de passer l'orchestre sans effort. Certes, le grave a encore ses faiblesses, mais les tentatives de mixage des registres de tête et de poitrine se révèlent assumées, sinon toujours assurées, et le médium s'épanouit avec franchise, gagnant en étoffe comme en couleurs au fil de la représentation.

    C'est néanmoins le sobre raffinement de l'expression qui lui permet d'incarner cet idéal de simplicité et de clarté prescrit par Gluck, sous la plume de Ranieri de' Calzabigi, dans l'épître dédicatoire d'Alceste, véritable manifeste de la réforme engagée par le compositeur et son librettiste. Car jamais le contre-ténor français ne se laisse aller à cette facilité qui consisterait, pour une voix aussi ductile que la sienne, à se délester de quelques brillants aigus, se gardant même, dans le strict respect de la version de la création viennoise, d'achever Che farò senza Euridice par la conclusion développée par Gluck à l'intention du castrat soprano Giuseppe Millico lors de le reprise parmesane de 1769.

    Si elle n'égale pas son partenaire en termes de séduction et de singularité du timbre, Ingrid Perruche dessine une Eurydice d'une sensibilité musicale et théâtrale bouleversante, et hisse le dialogue qui ouvre le troisième acte sur les cimes de la sincérité. Quant à l'Amour d'Olga Pitarch, son phrasé réjouissant de fluidité se pare de teintes piquantes, typiques des voix ibériques.

    Confiée aux jeunes mains d'Emmanuel Olivier par Jean-Claude Malgoire pour les deux dernières représentations, la Grande Écurie et la Chambre du Roy révèle d'indéniables élans individuels, mais un manque de cohésion qui menace l'orchestre gluckiste tantôt de brutalité, tantôt d'imprécision, et dont l'Ensemble vocal de l'Atelier Lyrique de Tourcoing ne peut non plus se défendre.

    Et puisque le remède contemporain au statisme d'Orphée et Eurydice est ? pour ainsi dire systématiquement ? chorégraphique, la mise en scène revient à Roser Monttló Guberna et Brigitte Seth, codirectrices de la compagnie Toujours après minuit. Mais leur volonté d'épure se heurte à un traitement esthétique aux relents peace and love ? costumes aux teintes pastels et fleurs fluo géantes en guise d'ombres heureuses ?, que la scénographie de lumières paresseuses de Dominique Mabileau ne sauve pas de l'insignifiance.




    Atelier lyrique, Tourcoing
    Le 06/05/2007
    Mehdi MAHDAVI

    Nouvelle production d'Orphée et Eurydice de Gluck mise en scène par Roser Monttló Guberna et Brigitte Seth et sous la direction d'Emmanuel Olivier à l'Atelier lyrique de Tourcoing.
    Christoph Willibald Gluck (1714-1787)
    Orfeo ed Euridice, azione musicale en trois actes (1762)
    Livret de Ranieri de' Calzabigi

    Ensemble vocal de l'Atelier Lyrique de Tourcoing
    La Grande Écurie et la Chambre du Roy
    direction : Jean-Claude Malgoire/Emmanuel Olivier
    mise en scène et chorégraphie : Roser Monttló Guberna et Brigitte Seth
    scénographie et éclairages : Dominique Mabileau

    Avec :
    Philippe Jaroussky (Orfeo), Ingrid Perruche (Euridice), Olga Pitarch (Amore).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com