altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 13 novembre 2019

Récital Beethoven de Stephen Kovacevich dans le cadre de Piano**** au Théâtre du Châtelet, Paris.

Testament beethovénien
© David Thompson

Leçon d'interprétation pour ce récital Piano**** de Stephen Kovacevich au Châtelet, dévolu aux trois dernières sonates de Beethoven. Aucune afféterie, ni artifice, ni paresse, ni surexcitation dans ces lectures à la rigueur et à la maîtrise intellectuelle confondantes de partitions parmi les plus géniales de la littérature pianistique.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 21/05/2007
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • MĂ©lancolie d’estampes

  • Comic strip

  • La fougue intacte de Martha

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dans l'atmosphère Ă©tonnamment chambriste d'un Théâtre du Châtelet rĂ©duit aux fauteuils d'orchestre et de corbeille et plutĂ´t clairsemĂ©, Stephen Kovacevich fait d'abord une fausse entrĂ©e, quittant la scène sitĂ´t après s'ĂŞtre aperçu que le porte-partition manque sur le piano. Une fois ce dernier installĂ© – on se demande bien pourquoi car le pianiste allemand joue de mĂ©moire – les douces lignes mĂ©lodiques de l'opus 109 de Beethoven commencent Ă  s'Ă©grener en toute dĂ©licatesse.

    Rondeur absolue, suavité des attaques, halo de pédale savamment entretenu, l'heure est à la confession, à la sérénité retrouvée. Cette antépénultième sonate, plutôt secrète, permet à Kovacevich quelques magnifiques libertés, sans jamais perdre jamais comme fil d'Ariane cette rigueur de la forme et cette puissance intériorisée de l'expression qui font le sel de son intégrale discographique pour EMI.

    On ne pouvait imaginer plus net contraste que le caractère frondeur, les coups de sang du Prestissimo central dont l'ardeur, la détermination rythmique seront portées au pinacle, décuplées en deuxième partie dans un premier mouvement d'opus 111 d'un dramatisme insolent, d'une sonorité d'acier trempé. Seulement entravée par un Scherzo légèrement trop épais et affaissé, l'opus 110 est l'occasion de la plus belle démonstration d'une lente et progressive montée en tension, à l'image de l'époustouflant crescendo qui clôt la fugue terminale.

    Belle quadrature du cercle quoi qu'il en soit de rĂ©ussir Ă  la fois ces ineffables pianissimi, chuchotĂ©s, murmurĂ©s con dolcezza, et ces grisants coups de patte gauche sur les octaves accentuĂ©es, les sforzandi dans le grave, affirmant par lĂ  mĂŞme la prĂ©Ă©minence de l'architecture. Quel bonheur aussi d'entendre un pianiste assumer l'affirmation conclusive des cadences Ă  une Ă©poque oĂą la mode exige de ne jamais, selon l'expression consacrĂ©e, « Ă©craser les toniques Â», quitte Ă  ce que la dĂ©termination beethovĂ©nienne en fasse les frais !

    Bien sûr, on pourrait chicaner sur cette virtuosité sans doute pas phénoménale, sur la tendance de certains traits à cavaler, d'autant que le pied droit s'appesantit souvent un rien sur la pédale, mais toujours le jeu fait sens et revêt caractère d'évidence, sans la moindre phrase anodine ni le moindre accent incongru. La plénitude polyphonique de l'Arietta qui referme l'opus 111, ses motifs tournoyants juste effleurés dans l'aigu, dans un tempo parfait – c'est-à-dire ne courant pas la poste – et cette atmosphère raréfiée sont autant de jardins suspendus dont la 5e bagatelle op. 126 donnée en bis sait prolonger l'état de grâce.

    Une leçon d'interprĂ©tation, un piano d'architecture et de fulgurants contrastes, idĂ©al face au caractère testamentaire de cette ultime « trilogie Â» beethovĂ©nienne.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 21/05/2007
    Yannick MILLON

    Récital Beethoven de Stephen Kovacevich dans le cadre de Piano**** au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Sonate pour piano n° 30 en mi majeur, op. 109 (1820)
    Sonate pour piano n° 31 en lab majeur, op. 110 (1821)
    Sonate pour piano n° 32 en ut mineur, op. 111 (1822)
    Stephen Kovacevich, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com