altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 01 aoűt 2021

Nouvelle production de Pirame et Thisbé de Rebel et Francoeur mise en scène par Mariame Clément et sous la direction de Daniel Cuiller à Angers Nantes Opéra.

Miniature tragique

Pour sa recréation par Stradivaria, Pirame et Thisbé de François Rebel et François Francoeur ne pouvait bénéficier d'un plus bel écrin que le Théâtre Graslin de Nantes, où la mise en scène de Mariame Clément et une distribution vocale d'une idéale jeunesse épousent avec raffinement les contours sensibles de ce miroir des goûts des Lumières.
 

Théâtre Graslin, Nantes
Le 25/05/2007
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Montpellier 2021 (5) : Un drame d’aujourd’hui

  • Aix 2021 (5) : La maison des morts

  • Aix 2021 (4) : Noces barbares

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les destinĂ©es musicales de François Rebel et François Francoeur, fils de musiciens illustres, furent intimement liĂ©es jusqu'Ă  ce que la Querelle des Bouffons mettent fin Ă  leur direction bicĂ©phale de l'OpĂ©ra, dix ans après qu'ils en eurent obtenu la licence pour trente ans. Première tragĂ©die lyrique commune, Pirame et ThisbĂ©, crĂ©Ă© le 15 octobre 1726 et plusieurs fois remaniĂ© jusqu'Ă  la version de 1771, Ă©ditĂ©e en 1779, et considĂ©rĂ©e comme dĂ©finitive par Francoeur, reflète la transformation des goĂ»ts du siècle des Lumières, dès lors que la sensibilitĂ© rousseauiste s'immisce dans les passions lullystes.

    Pour se plier aux lois du genre – avec prologue, divertissements, et monstres obligés –, le librettiste Jean-Louis Ignace de la Serre a dû enrober quatre actes durant une fable qui, chez Ovide, tient en une centaine de vers, en ajoutant trois personnages qui tissent la toile de la jalousie et de la vengeance fatale aux jeunes amants : Ninus, roi de Babylone, épris de Thisbé au grand dam de la princesse Zoraïde, qui attirera sur son fiancé inconstant les foudres de son père, le magicien Zoroastre. Par une belle simplicité que la réforme de Gluck érigera en principe, le cinquième acte rompt totalement avec la convention, et s'achève sur un récitatif sec, imposant une émotion nue.



    La mise en scène de Mariame Clément épouse cette épure progressive avec invention et raffinement, mais évite l'écueil de la reconstitution en désamorçant l'esthétisme du décor de Julia Hansen, qui intègre jusqu'aux éléments ornementaux de la miniature persane pour circonscrire l'action des quatre premiers actes à l'espace de la page, grâce à une appropriation ironique des codes du théâtre baroque, du prologue, où Vénus et la Gloire s'invectivent depuis leurs loges, telles deux abonnées d'un certain âge réfractaires à la tragédie lyrique, à l'apparition d'un monstre de carton échappé du théâtre d'ombre balinais.

    Dépouillé de ces déguisements chatoyants, le cinquième acte renoue avec les gestes de jeunes gens d'aujourd'hui, de par cette familière distance déjà mise en oeuvre par la metteuse en scène dans sa Belle Hélène à l'Opéra du Rhin. Le langage de la tragédie lyrique avait-il jamais paru aussi naturel, aussi simple, aussi proche que durant l'attente de Thisbé au pied d'un arbre mort, reflet du mûrier de la légende originelle ?

    Judith Van Wanroij y déploie son timbre pulpeux et chaud avec une souplesse, un galbe à l'opposé de la rigidité par laquelle certains figent les récitatifs, qu'elle sert avec une diction finement ouvragée, magnifiée par un art subtil de la double consonne.

    Un Pirame qui coule de source

    Chez le Pirame de Thomas Dolié, au baryton à peine sorti de l'adolescence, les mots et la voix coulent de source, comme si la déclamation lui était quotidienne, formant un contraste idéal avec le Ninus de Jeffrey Thompson, que ses facilités conduisent parfois à déborder le cadre stylistique, mais dont la ligne tour à tour hystérique et rêveuse révèle les ambiguïtés d'un caractère qui doit davantage à l'effemminato de l'opéra vénitien qu'à l'héroïsme tendre de la haute-contre à la française.

    Du personnage peu gratifiant de la princesse Zoraïde, Katia Velletaz sait tirer parti grâce à sa clarté d'élocution, et si l'autorité vient parfois à lui manquer, faute de grave, sa robe éventail y supplée dans l'invocation à Zoroastre, auquel Jean Teitgen prête sa vigoureuse basse de velours.

    Recruté pour l'occasion, le choeur de l'Académie baroque est d'une belle verdeur, mais le geste souvent instable de Daniel Cuiller, aussi artiste soit-il dans le soin qu'il apporte à la variété de la phrase, n'évite pas les décalages, d'autant que pour son baptême de la fosse, l'ensemble Stradivaria apparaît en ordre dispersé durant la première partie, accumulant les incertitudes, avant de se rassembler au troisième acte pour dévoiler ses arêtes les plus vives dans cet écrin acoustique idéal qu'est le Théâtre Graslin.




    Les 29, 31 mai et 1er juin Ă  Nantes.
    Les 8, 10 et 12 juin Ă  Angers.




    Théâtre Graslin, Nantes
    Le 25/05/2007
    Mehdi MAHDAVI

    Nouvelle production de Pirame et Thisbé de Rebel et Francoeur mise en scène par Mariame Clément et sous la direction de Daniel Cuiller à Angers Nantes Opéra.
    François Rebel (1701-1775) et François Francoeur (1698-1787)
    Pirame et Thisbé, tragédie lyrique en cinq actes et un prologue (1726)
    Ultime version créée le 5 février 1771, éditée en 1779
    Livret de Jean-Louis Ignace de la Serre

    Choeur de l'Académie baroque
    Ensemble Stradivaria
    direction : Daniel Cuiller
    mise en scène : Mariame Clément
    décor et costumes : Julia Hansen
    éclairages : Hervé Audibert

    Avec :
    Thomas Dolié (Pirame), Judith Van Wanroij (Thisbé), Jeffrey Thompson (Ninus), Katia Velletaz (Zoraïde), Jean Teitgen (Zoroastre) Leonor Leprêtre (la Gloire), Adèle Carlier (Vénus), Fabrice Maurin et Jean-Sébastien Nicolas (deux Africains).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com