altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 09 décembre 2019

R√©cital de Daniel Barenbo√Įm dans le cadre de Piano**** au Th√©√Ętre du Ch√Ętelet, Paris.

Au pays des rêves
© Sheila Rock

Chaque r√©cital de Daniel Barenbo√Įm est une invitation au voyage, jamais le m√™me, mais toujours vers le pays des r√™ves. Avec Liszt, c'est le r√™ve romantique absolu, avec ses exc√®s et ses splendeurs, une exp√©rience bouleversante. Apr√®s la magie d'Alfred Brendel, deuxi√®me grand r√©cital Piano**** au Ch√Ętelet en deux jours !
 

Th√©atre du Ch√Ętelet, Paris
Le 30/05/2007
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort √† Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • C'√©tait peut-√™tre le programme id√©al, celui dans lequel on avait toujours eu envie d'entendre Daniel Barenbo√Įm sans jamais oser le lui demander. Du Liszt, rien que du Liszt ? et des pages parmi les plus po√©tiques, les plus folles, les plus imaginatives aussi. Ils sont tr√®s rares, les pianistes, m√™me parmi les plus grands, √† savoir aborder Liszt par le bon angle, c'est-√†-dire d'abord par celui de la pens√©e, de la libert√© d'inspiration po√©tique du romantisme.

    Les doigts suivent toujours. Commencer par la technique est impressionnant, surtout si l'on parvient √† retrouver l'ampleur du piano-orchestre voulue par le compositeur, mais c'est aussi frustrant car la pens√©e lisztienne et si riche, si prompte √† s'√©vader, √† multiplier les digressions, les commentaires, √† proposer une profusion d'images, de questionnements, qu'il faut savoir s'y abandonner avant tout. Pianiste inspir√© entre tous, Barenbo√Įm y est chez lui.

    Des Ann√©es de p√®lerinage, il avait choisi d'abord trois Sonnets de P√©trarque, les n¬į 47, 104 et 123, fort diff√©rents les uns des autres, mais tous d'une incroyable richesse √©motionnelle, pleins de contrastes d'humeur, alternant la r√©flexion int√©rieure et les √©lans tourment√©s, le bonheur et le doute angoiss√© ou m√©ditatif.

    Sous les doigts du pianiste, tout trouve sa traduction, sa dimension, sa place, sa vie. Apr√®s un fabuleux Saint Fran√ßois d'Assise pr√™chant aux oiseaux o√Ļ jamais ces derniers n'ont aussi bien gazouill√© ni le grand saint pr√™ch√©, c'est le tour d'un assez √©tonnant Apr√®s une lecture de Dante, pour lequel il faut aussi beaucoup de doigts, des poignets r√©sistants et une vitesse de d√©placement sur le clavier qui n√©cessite autant de pr√©cision que de mall√©abilit√© dans les nuances.

    On se demande alors comment, avec tout ce qu'il fait par ailleurs, Daniel Barenbo√Įm parvient √† garder une technique lui permettant d'aborder en toute s√©r√©nit√© des pages aussi muscl√©es. Mais au-del√† de l'avalanche de notes de ces pages tout en contrastes de d√©ferlements sonores et de plages de qui√©tude m√©ditative, c'est toujours la po√©sie qui domine, la porte qui reste ouverte au r√™ve, au fantasme.

    En deuxi√®me partie, trois Paraphrases de concert sur des op√©ras de Verdi : le Trouv√®re, A√Įda et Rigoletto. Ici, Liszt laisse libre cours √† ses impressions personnelles, √† son rapport intime avec ces musiques, faisant vibrer tel passage de la m√©lodie, favorisant ailleurs plut√īt un rythme ou un climat. Le piano chante, ou bien gronde, ou bien se lamente, mais il est sans cesse changeant, inattendu, somptueux d'ampleur ou touchant de confidentialit√©. Et on voudrait que ce r√™ve infini ne s'arr√™te jamais. Il ne reste plus qu'√† attendre le prochain r√©cital Barenbo√Įm




    Th√©atre du Ch√Ętelet, Paris
    Le 30/05/2007
    Gérard MANNONI

    R√©cital de Daniel Barenbo√Įm dans le cadre de Piano**** au Th√©√Ętre du Ch√Ętelet, Paris.
    Liszt
    Daniel Barenbo√Įm, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com