altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 octobre 2019

Concert des Wiener Philharmoniker sous la direction de Daniel Barenbo√Įm au festival de Lucerne 2007.

Lucerne 2007 (4) :
Populaire par excellence

Dans un programme d'une grande coh√©rence consacr√© √† la Hongrie et √† la Roumanie, Daniel Barenbo√Įm, apr√®s un Bart√≥k trop sage, d√©livre √† l'aide des Wiener Philharmoniker une seconde partie exceptionnelle, dans laquelle l'orchestre le plus populaire du monde d√©montre qu'il m√©rite sa r√©putation en tous les sens du terme.
 

Konzertsaal, Kultur- und Kongresszentrum, Luzern
Le 08/09/2007
Benjamin GRENARD
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Mort et transfiguration

  • A√Įda entre deux eaux

  • Quatre sur Six

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Barenbo√Įm sait qu'il dirige ce soir la phalange orchestrale la plus populaire du monde : √† la fois la plus connue et c√©l√©br√©e, mais aussi la plus proche de l'esprit de la musique populaire, dont la large notori√©t√© s'est acquise avec la musique straussienne dans laquelle l'esprit du folklore s'incarne √† travers tout le raffinement de la science orchestrale occidentale. Il cherche donc √† imposer davantage sa griffe dans la Musique pour cordes de Bart√≥k, o√Ļ la rigueur et l'aust√©rit√© de l'√©criture supposent un engagement plus profond.

    Coutumier du répertoire germanique, il s'essaie à redonner une épaisseur aux cordes avec beaucoup d'assise dans les graves. En résulte une image sonore souvent trop mate, le surplus de puissance des graves n'étant pas compensé par des aigus ici trop éludés. Cette matière un peu sourde n'est donc pas la plus efficace pour traduire tout l'impact d'une pièce dont l'écriture induit des timbres plus acérées.

    Il n'emp√™che que Barenbo√Įm fait efficacement ressortir l'architecture de la fugue de l'Andante tranquillo initial, toujours d'une grande lisibilit√© dans son contrepoint. Mais en d√©pit d'un ind√©niable engagement, son Bart√≥k reste trop sage quand il ne manque pas tout √† fait sa cible. Dans les passages d'√©criture rar√©fi√©e seulement, √† l'image de la toute fin du mouvement liminaire et de l'Adagio, s'installe un r√©el climat.

    La seconde partie aura au contraire toute la force de l'√©vidence. Dans les Danses de Galanta comme dans la Rhapsodie roumaine, le chef isra√©lien s'efface derri√®re un orchestre qu'il sait particuli√®rement talentueux dans un style mariant avec plus d'√©galit√© le r√©pertoire folklorique √† la science de l'√©criture orchestrale. Dans une interpr√©tation vivante et color√©e faisant la part belle aux talents individuels, chacun des solistes ¬Ė exceptionnelle clarinette, fl√Ľte d'un velout√© in√©galable ¬Ė se distingue par des timbres de toute beaut√© et un sens incroyable de la respiration musicale et de la libert√©, peu commun en orchestre o√Ļ les solos sont bien souvent enferm√©s dans un carcan.

    Miracle sonore

    √Ä l'inverse, l'esprit de groupe et des individualit√©s fortes donnent ici naissance au miracle le plus achev√©, sans compter que les tutti, m√™me dans leur puissance la plus extr√™me, restent d'un soyeux et d'une lisibilit√© extraordinaires. Jamais une formation n'aura illustr√© avec autant d'√©vidence la formule de Durckheim : ¬ę la tension juste ¬Ľ.

    Versant le plus complexe, mais non le moins passionnant, les Atmosph√®res de Ligeti r√©ussissent l√† o√Ļ Bart√≥k avait √©chou√©, √† savoir dans la v√©ritable rencontre entre un chef et un orchestre de haute stature. Quel plaisir alors que de b√©n√©ficier d'une formation aussi exceptionnelle dans le r√©pertoire contemporain ! Car la pi√®ce de Ligeti, d'√©criture proche de la musique spectrale, est id√©alement servie ; le moindre agr√©gat devient un joyau et les Wiener Philharmoniker touchent au plus pr√®s la concentration sonore du compositeur hongrois.

    Fort logiquement, Barenbo√Įm ne pouvait pour les bis que laisser la parole aux Viennois dans leur propre musique populaire avec une s√©rie de pi√®ces de Strauss, pierre de touche finale √† un concert qui aura d√©montr√© une fois de plus que l'orchestre le plus populaire de la plan√®te ne pouvait l'√™tre que par excellence.




    Konzertsaal, Kultur- und Kongresszentrum, Luzern
    Le 08/09/2007
    Benjamin GRENARD

    Concert des Wiener Philharmoniker sous la direction de Daniel Barenbo√Įm au festival de Lucerne 2007.
    Béla Bartók (1881-1945)
    Musique pour cordes, percussions et célesta Sz 106 (1936)

    Zoltan Kodaly (1882-1967)
    Danses de Galanta (1933)

    György Ligeti (1923-2006)
    Atmosphères pour grand orchestre (1961)

    George Enesco (1881-1955)
    Rhapsodie roumaine en la majeur op. 11 n¬į 1 (1901)

    Wiener Philharmoniker
    direction : Daniel Barenbo√Įm

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com