altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 10 décembre 2019

June Anderson incarne Norma à l'Opéra-Bastille, Paris.

June Anderson, une Norma assez crédible
© Eric Mahoudeau

Tr√®s attendue dans ce r√īle √† Paris, June Anderson a confirm√© sa vocation √† incarner Norma √† ce stade de sa carri√®re. Un spectacle tout en finesse et en musicalit√©.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 06/06/2000
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort √† Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il est des reprises qui paraissent plus marquantes que des premi√®res. Pour cette troisi√®me s√©rie de spectacle √† l'Op√©ra Bastille, la sobre et belle production de Yannis Kokkos, remarquablement √©clair√©e par Guido Levi a pris une vie nouvelle gr√Ęce √† la pr√©sence de deux excellentes cantatrices et √† la direction orchestrale tr√®s √©quilibr√©e de Bruno Campanella, soucieux de servir le chant avant tout. June Anderson a abord√© Norma en 1997 √† Chicago, l'a repris en 1999 √† Gen√®ve et continue donc √† approfondir un r√īle qui de toute √©vidence vient au bon moment dans sa carri√®re, sur une sc√®ne o√Ļ l'ont pr√©c√©de Carol Vaness et Jane Eaglen. Dramatiquement, sa composition est parfaite, silhouette id√©ale, gestuelle noble, m√™me dans la passion, comportement toujours exact et convaincant. La voix n'a aucun probl√®me pour affronter la tessiture redoutable du r√īle ni les moments p√©rilleux de son √©criture, ornements ou √©carts. Tout le cantabile est d'une grande beaut√©, contr√īl√© par un souffle sans fin, model√© en mille nuances, sans que jamais le timbre ne s'alt√®re. Que manque-t-il donc ? Sans doute un certain mordant dans la mati√®re m√™me de la voix pour que les passages les plus agressifs prennent tout leur relief et que le portrait musical de l'h√©ro√Įne soit absolument complet. Hormis cela, c'est une interpr√©tation de tr√®s grande classe. Comme celle de Sonia Ganassi en Adalgisa, belle voix riche en harmoniques, d'un timbre bien frapp√©, et men√©e aussi avec beaucoup de science et une extr√™me musicalit√©. Johan Botha chante les notes de son r√īle d'une assez jolie et grande voix, mais sa corpulence et son manque absolu de sens de la sc√®ne retirent toute cr√©dibilit√© √† Pollione.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 06/06/2000
    Gérard MANNONI

    June Anderson incarne Norma à l'Opéra-Bastille, Paris.
    Norma de Vincenzo Bellini
    Orchestre et choeur de l'Opéra national de Paris.
    direction musicale : Bruno Campanella
    mise en scène, décors, costumes : Yannis Kokkos
    Lumières : Guido Levi
    Avec June Anderson (Norma), Sonia Ganassi (Adalgisa), Johan Botha (Pollione), Giacomo Prestia (Oroveso), Robert Woroniecki (Flavio), Martine Mahé (Clotilde).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com