altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 août 2018

Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction de Christoph Eschenbach, avec la participation de la soprano Karita Mattila à la salle Pleyel, Paris.

La diva survoltée

Voici le genre de concert dont on raffole, qui rompt avec le sempiternel cérémonial ouverture-concerto-symphonie. Ce jeudi 22 novembre, l'Orchestre de Paris brille de sa diversité avec des musiciens en sextuor, puis en quintette à vents précédant la formation complète dans des extraits de Salomé, dont la scène finale chantée par l'incandescente Karita Mattila.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 22/11/2007
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (4) : Blomstedt sans complexes

  • Salzbourg 2018 (3) : Au bord de l’épuisement

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Une soirée de plaisirs, un de ces concerts qui font trembler Pleyel, un grand concert symphonique hors des sentiers battus, et une prestation de celles qui restent dans les mémoires, avec de surcroît une palette de sonorités fascinantes. C'est ce qu'avait préparé en cette triste semaine de novembre un Orchestre de Paris gonflé à bloc, tout juste de retour d'une tournée triomphale en Asie.

    Dédié par Georges-François Hirsch, directeur général de l'orchestre, au chorégraphe Maurice Béjart disparu ce 22 novembre, le concert s'ouvre par la mélancolie ambiguë et très fin de siècle du sextuor initial du Capriccio de Richard Strauss, où la nostalgie célèbre en permanence la beauté d'un monde d'hier. Étrangement, chaque note égrenée par les cordes semble un écho à la magie de Béjart.

    Fluide, mélodique, désinvolte, la conversation mozatienne du Quintette pour piano, hautbois, clarinette, basson et cor a cette rigueur sans sécheresse et cette émotion tout en retenue que Christoph Eschenbach au piano, aussi magnifique que dans notre souvenir, communique à tout ce qu'il touche. Une première partie de concert qui prend en tout cas un malin plaisir à bousculer le rituel quasi immuable de l'ouverture suivie du concerto. Une petite escapade hors des chemins tracés tout à fait rassérénante.

    Mais le grand moment restait à venir après l'entracte. Qui a pu oublier la soprano finlandaise Karita Mattila, nue sur la scène de la Bastille dans la Danse des sept voiles de Salomé, lors de la première série de représentations de la production Lev Dodin à la rentrée 2003 ? La revoici, plus époustouflante encore ! Ce soir, de dénudé, elle n'a qu'une épaule et les pieds, dont les ongles vernis de rouge répondent à ceux de ses mains et au boa qu'elle arbore au bras gauche.

    Atmosphères expressionnistes

    Moulée dans un fourreau noir orné d'argent, le front et les cheveux or miroitant de strass, elle feule, gémit, hurle, rugit comme une tigresse, assoiffée du sang des lèvres de Iokanaan. Elle trépigne, illuminée, s'agenouille, habitée par cette partition hallucinée dont elle restitue plus que jamais les atmosphères expressionnistes, avant d'embrasser avec passion le premier violon, Roland Daugareil, qui n'en revient pas.

    Magnifique autant de beauté physique que d'une prestation vocale au rayonnement inouï ? plus encore qu'à la Bastille avons-nous dit, mais, ne chantant que la scène finale, elle n'a pas besoin de s'économiser, et se consume d'un inextinguible feu sacré ?, elle déchaîne le public, jusqu'à l'hystérie. Jusqu'à faire sourire Christoph Eschenbach !




    Salle Pleyel, Paris
    Le 22/11/2007
    Nicole DUAULT

    Concert de l'Orchestre de Paris sous la direction de Christoph Eschenbach, avec la participation de la soprano Karita Mattila à la salle Pleyel, Paris.
    Richard Strauss (1864-1949)
    Capriccio : Sextuor à cordes
    Roland Daugareil, violon I
    Eiichi Chijiiwa, violon II
    Ana Bela Chaves, alto I
    David Gaillard, alto II
    Emmanuel Gaugué, violoncelle I
    François Michel, violoncelle II

    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Quintette pour piano, hautbois, clarinette, basson et cor, K. 452
    Christoph Eschenbach, piano
    Alexandre Gatter, hautbois
    Philippe Bernod, clarinette
    Giorgio Mandolesi, basson
    André Cazalet, cor

    Richard Strauss (1864-1949)
    Salomé : Danse des sept voiles et scène finale
    Karita Mattila, soprano

    Orchestre de Paris
    direction : Christoph Eschenbach

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com