altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 septembre 2020

Deuxi√®me concert Tcha√Įkovski de l'Orchestre Philharmonique de Saint-P√©tersbourg sous la direction de Yuri Temirkanov, avec la participation du violoniste Vadim Repin au Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris.

La v√©rit√© sur Tcha√Įkovski
© Jaydie Putterman

Avec le violoniste Vadim Repin en soliste, le deuxi√®me concert du cycle Tcha√Įkovski donn√© par l'Orchestre Philharmonique de Saint-P√©tersbourg au Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es a remis en ce d√©but d√©cembre les pendules √† l'heure en ce qui concerne l'approche de la musique du grand compositeur romantique russe. √Ä m√©diter.
 

Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris
Le 03/12/2007
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour √† la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : R√©apprendre la coh√©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : √Čvidence bruckn√©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Yuri Temirkanov dirige avec une d√©licatesse et un raffinement qui sont √† l'image de son physique, fin et rac√©. C'est une le√ßon pour tous ceux qui ne voient et n'entendent que de vastes flonflons dans la musique symphonique de Tcha√Įkovski. Avec des gestes f√©lins, sans baguette, souvent √† peine esquiss√©s voire minimalistes, il √©veille exactement ce qu'il veut et ce qu'il faut dans cette exceptionnelle masse sonore qu'est le Philharmonique de Saint-P√©tersbourg.

    Quelle somptueuse formation ! On chercherait en vain la faiblesse d'un pupitre. Les cordes b√©n√©ficient de la technique de l'√©cole russe. La sonorit√© est parfaite, diff√©rente de celle des orchestres germaniques, mais quasiment aussi sensuelle pour l'oreille. L'harmonie est d'une rigueur √† toute √©preuve et d'une musicalit√© exemplaire, comme en t√©moignent entre autres le magnifique solo de cor de la 5e symphonie ou les diff√©rentes interventions des bois et de la fl√Ľte. Et tout cela est mis en valeur par la mani√®re dont Temirkanov aborde de telles partitions.

    Avec lui, tout est lumi√®re, clart√©, limpidit√©. Au lieu de jouer l'√©panchement excessivement lyrique des sentiments, pi√®ge dans lequel on tombe si souvent, il fait totale confiance √† l'√©criture orchestrale de Tcha√Įkovski, √† ses √©quilibres de timbre, √† la g√©n√©rosit√© naturelle de son expression. Il sait qu'il n'est pas n√©cessaire d'en faire trop. Il suffit de laisser parler la qualit√© naturelle d'un lyrisme qui cache, on le sait bien, un d√©sespoir permanent, un irr√©m√©diable mal de vivre, m√™me quand il part dans les r√™ves de contes de f√©e, et qui est aussi marqu√© par une certaine froideur, celle du climat et des rigueurs de la vie dans la Russie d'alors.

    Plus proche de nous

    Rien de vraiment glacial ni de gel√© mais, sous les belles courbes de la phrase musicale, dans les √©lans des fortissimi, il ne faut pas perdre la t√™te. L'√©criture est tr√®s contr√īl√©e, tr√®s structur√©e, les effets naissent d'eux-m√™mes, sans √™tre forc√©s. Ainsi abord√©e, cette musique acquiert sa vraie grandeur, sa vraie dimension, devient infiniment plus proche de nous. Mais il est vrai qu'on l'entend peu souvent ainsi.

    En premi√®re partie, la plupart de ces qualit√©s se retrouvaient d√©j√† dans le Concerto pour violon, jou√© par Vadim Repin avec une aisance impressionnante. Avec lui aussi, pas question d'√©panchement larmoyant ou excessif. C'est du grand violon √† la O√Įstrakh, fond√© sur une tenue d'archet magistrale, des doigts infernaux, et surtout cette conscience que la partition dit tout si on lui est fid√®le, avec juste ce qu'il faut, bien s√Ľr, de subjectivit√©.

    Certains trouvent Repin trop froid. C'est un reproche injustifié. Son évident plaisir à jouer refuse tout simplement les démonstrations gratuites de virtuosité ou de sentimentalité. Son effarante virtuosité, son sens musical inné parlent d'eux-mêmes. De quoi se plaint-on ?

    Apr√®s le cycle Sibelius d'Esa-Pekka Salonen, ce cycle Tcha√Įkovski de Yuri Temirkanov aura √©t√© une source de plaisir mais aussi d'enseignements.




    Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris
    Le 03/12/2007
    Gérard MANNONI

    Deuxi√®me concert Tcha√Įkovski de l'Orchestre Philharmonique de Saint-P√©tersbourg sous la direction de Yuri Temirkanov, avec la participation du violoniste Vadim Repin au Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris.
    Piotr Ilitch Tcha√Įkovski (1840-1893)
    Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op. 35
    Vadim Repin, violon

    Symphonie n¬į 5 en mi mineur op. 64

    Orchestre philharmonique de St-Pétersbourg
    direction : Yuri Temirkanov

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com