altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 27 janvier 2023

Christian Tetzlaff et Leiv Ove Andsnes à l'Auditorium du Louvre, Paris.

Les nouveaux héritiers

Signe des temps, la nouvelle génération d'instrumentistes a reconstitué des équipes capable de rivaliser avec leurs plus célèbres aînées. Christian Tetzlaff et Leiv Ove Andsnes viennent d'en donner une nouvelle preuve dans un superbe concert.
 

Auditorium du Louvre, Paris
Le 12/04/2000
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan sans coordination

  • L’art de la formule

  • A London Journey

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)





  • Ils ont l'habitude de jouer ensemble et, de fait, l'osmose est totale. Christian Tetzlaff et Leiv Ove Andsnes respirent la musique d'un même souffle et la vivent avec des pulsations identiques, dans ce qui semble la plus asbolue spontanéité mais qui ne peut être que le fruit d'un long et savant travail. Ils attaquent avec la troisième sonate de Bach, comme on n'ose presque plus la jouer, c'est à dire sans référence particulière à tout ce que la nouvelle tradition baroque a pu apporter dans le domaine du son ou du phrasé. Pour eux, ces pages sont avant tout l'occasion de bien faire sonner leurs instruments, dans une approche directe et assez romantique du compositeur. Changement absolu avec la deuxième sonate de Bartok où l'on est d'emblée fasciné par la variété des couleurs tant du violon que du piano, par la maîtrise des rythmes, par la synchronisation des deux interprètes et, en particulier par qualité permanente du son de Tetzlaff même dans les pizzicatti les plus acrobatiques ou les sons filés les plus arachnéens. Avec la sonate en fa majeur opus 57 de Dvorak, on plonge dans un romantisme chaleureux, dessiné par chaque interprète avec un phrasé d'une grande pureté et des accents parfaitement en place, le tout dans une belle couleur très Europe Centrale. Pour finir, et c'est peut-être le seul reproche que l'on puisse adresser à ce concert, le Rondo en si majeur D 895 de Schubert qui ne compte sans doute pas parmi les chefs d'oeuvre les plus émouvants du compositeur mais permet surtout une démonstration de virtuosité. Deux vrais tempéraments, en tout cas, et un immense souvenir avec la sonate de Bartok.




    Auditorium du Louvre, Paris
    Le 12/04/2000
    Gérard MANNONI

    Christian Tetzlaff et Leiv Ove Andsnes à l'Auditorium du Louvre, Paris.
    Récital Christian Tetzlaff (violon) et Leif Ove Andsnes (piano)
    Oeuvres de Bach, Bartok, Dvorak et Schubert.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com