altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 février 2018

Reprise du Pelléas et Mélisande de Debussy mis en scène par Gilles Bouillon, sous la direction de Jean-Yves Ossonce au Grand Théâtre de Tours.

Un Pelléas pétri d'humanité
© François Berthon

Jean-Sébastien Bou (Pelléas) et Karen Vourc'h (Mélisande).

Après avoir ressuscité le mois dernier le Pays de Ropartz, le Grand Théâtre de Tours retrouve, avec la reprise de la production de Pelléas et Mélisande dans la mise en scène de Gilles Bouillon le chemin de l'authenticité grâce à une distribution homogène placée sous la direction juste et expressive de Jean-Yves Ossonce.
 

Grand Théâtre, Tours
Le 02/03/2008
Michel LE NAOUR
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis bientôt dix ans, Jean-Yves Ossonce offre au Grand Théâtre de Tours une programmation qui mérite véritablement le détour. En 2000 déjà, il avait proposé ce même Pelléas et Mélisande dans la mise en scène très intériorisée de Gilles Bouillon qui n'a pas pris une ride, entre panneaux coulissants, évocation minimaliste des lieux et des objets seulement effleurés, éclairages toujours en accord avec la scénographie.

    Certes, la distribution a changé, bien que Jean-Sébastien Bou continue de briller dans le rôle de Pelléas, mais les intentions d'ensemble demeurent les mêmes. Karen Vourc'h, en Mélisande très caractérisée, incarne un personnage plus volontariste et décidé que de coutume, mais son apparence physique ainsi qu'une voix assurée à la diction parfaite emportent l'adhésion. Son partenaire a l'étoffe, le registre de baryton-martin, la dimension vocale des meilleurs Pelléas, rôle dont il s'est fait une spécialité à travers le monde. François Harismendy, par la robustesse, voire la sauvagerie qu'il exprime, est un Golaud que l'on n'aimerait pas rencontrer au coin de la forêt tant il campe, avec la carrure qui sied, la brutalité et l'incompréhension qui sont attachées à son personnage.

    Les autres emplois possèdent peu ou prou la même évidence. Svetlana Lifar est une Geneviève qui sait, dans la scène de la lettre, donner du sens à sa déclamation comme d'ailleurs Emmanuelle de Negri, Yniold crédible et au chant très pur. Frédéric Bourreau est un Arkel un peu tendre pour s'affirmer en tant que grand-père noble, mais les années sauront y pallier. D'ailleurs, dans la scène finale, il parvient à susciter un profond sentiment d'humanité face à la mort bouleversante de Mélisande dont le lit de souffrance était déjà installé sur scène au lever de rideau pour créer cette impression d'unité qui prévaut tout au long de la représentation.

    La direction orchestrale alterne avec bonheur grands moments de poésie ? les interludes ? et emportements dramatiques les plus violents ? scène des souterrains, affrontement entre Mélisande et Golaud. Sans demander à l'Orchestre Symphonique Région Centre-Tours ce qu'il obtiendrait de phalanges plus réputées, en chef expérimenté habitué des scènes d'opéras, Jean-Yves Ossonce réussit à marier les couleurs diaphanes, la subtilité, l'intensité qui font la spécificité de la musique française et parvient à imprimer le sens des atmosphères, des émotions et des situations les plus contrastées.

    En avril, toujours à Tours, il officiera dans la Flûte enchantée mise en scène par Robert Fortune, puis s'envolera pour San Francisco où il dirigera Lucia de Lammermoor avec la participation de Natalie Dessay.


    Depuis bientôt dix ans, Jean-Yves Ossonce offre au Grand Théâtre de Tours une programmation qui mérite véritablement le détour. En 2000 déjà, il avait proposé ce même Pelléas et Mélisande dans la mise en scène très intériorisée de Gilles Bouillon qui n'a pas pris une ride, entre panneaux coulissants, évocation minimaliste des lieux et des objets seulement effleurés, éclairages toujours en accord avec la scénographie.

    Certes, la distribution a changé, bien que Jean-Sébastien Bou continue de briller dans le rôle de Pelléas, mais les intentions d'ensemble demeurent les mêmes. Karen Vourc'h, en Mélisande très caractérisée, incarne un personnage plus volontariste et décidé que de coutume, mais son apparence physique ainsi qu'une voix assurée à la diction parfaite emportent l'adhésion. Son partenaire a l'étoffe, le registre de baryton-martin, la dimension vocale des meilleurs Pelléas, rôle dont il s'est fait une spécialité à travers le monde. François Harismendy, par la robustesse, voire la sauvagerie qu'il exprime, est un Golaud que l'on n'aimerait pas rencontrer au coin de la forêt tant il campe, avec la carrure qui sied, la brutalité et l'incompréhension qui sont attachées à son personnage.

    Les autres emplois possèdent peu ou prou la même évidence. Svetlana Lifar est une Geneviève qui sait, dans la scène de la lettre, donner du sens à sa déclamation comme d'ailleurs Emmanuelle de Negri, Yniold crédible et au chant très pur. Frédéric Bourreau est un Arkel un peu tendre pour s'affirmer en tant que grand-père noble, mais les années sauront y pallier. D'ailleurs, dans la scène finale, il parvient à susciter un profond sentiment d'humanité face à la mort bouleversante de Mélisande dont le lit de souffrance était déjà installé sur scène au lever de rideau pour créer cette impression d'unité qui prévaut tout au long de la représentation.

    La direction orchestrale alterne avec bonheur grands moments de poésie ? les interludes ? et emportements dramatiques les plus violents ? scène des souterrains, affrontement entre Mélisande et Golaud. Sans demander à l'Orchestre Symphonique Région Centre-Tours ce qu'il obtiendrait de phalanges plus réputées, en chef expérimenté habitué des scènes d'opéras, Jean-Yves Ossonce réussit à marier les couleurs diaphanes, la subtilité, l'intensité qui font la spécificité de la musique française et parvient à imprimer le sens des atmosphères, des émotions et des situations les plus contrastées.

    En avril, toujours à Tours, il officiera dans la Flûte enchantée mise en scène par Robert Fortune, puis s'envolera pour San Francisco où il dirigera Lucia de Lammermoor avec la participation de Natalie Dessay.




    Grand Théâtre, Tours
    Le 02/03/2008
    Michel LE NAOUR

    Reprise du Pelléas et Mélisande de Debussy mis en scène par Gilles Bouillon, sous la direction de Jean-Yves Ossonce au Grand Théâtre de Tours.
    Claude Debussy (1862-1918)
    Pelléas et Mélisande (1902)
    Livret de Maurice Maeterlinck

    Choeurs de l'Opéra de Tours
    Orchestre Symphonique Région Centre-Tours
    direction : Jean-Yves Ossonce
    mise en scène : Gilles Bouillon
    décors : Nathalie Holt
    costumes : Marc Anselmi
    lumières : Michel Theuil
    préparation des choeurs : Emmanuel Trenque

    Avec :
    Jean-Sébastien Bou (Pelléas), Karen Vourc'h (Mélisande), François Harismendy (Golaud), Frédéric Bourreau (Arkel), Svetlana Lifar (Geneviève), Emmanuelle de Negri (Yniold), Vincent Deliau (le Médecin, le Berger).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com