altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 novembre 2019

Création mondiale de Lady Sarashina de Peter Eötvös mise en scène par Ushio Amagatsu et sous la direction du compositeur à l'Opéra de Lyon.

Entre rêve et réalité
© Bertrand Stofleth

Après la création historique de Trois Soeurs, le nouvel opéra de Peter Eötvös, donné avec le fabuleux metteur en scène Amagatsu, ne pouvait laisser indifférent. Cette fois, l'argument est tiré de la littérature japonaise, Lady Sarashina, et la mise en scène qui seyait déjà parfaitement à la pièce de Tchékhov trouve ici son expression la plus naturelle.
 

Opéra national, Lyon
Le 07/03/2008
Benjamin GRENARD
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Grand PrĂŞtre de Bizet

  • Guère Ă  l’affĂ»t

  • MĂ©lancolie d’estampes

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Comme dans Trois Soeurs, la composition dramaturgique de l'opĂ©ra est parfaitement soignĂ©e quoique foncièrement diffĂ©rente. Construite en une arche avec un point culminant, la dramaturgie de Lady Sarashina se rĂ©vèle jusque dans la mise en espace : d'un Ă©quilibre parfait, composĂ©e de deux parties jumelles, dans lesquelles Ă©voluent un anneau au fur et Ă  mesure de l'oeuvre, anneau qui matĂ©rialise la conception cyclique du temps, mais qui symbolise aussi la route des astres, se rencontrant au point culminant ; le nÂśud nodal, oĂą se rejoignent en somme le rĂŞve et la rĂ©alitĂ©. De ce travail scĂ©nique se dĂ©gagent une indicible puretĂ©, une lĂ©gèretĂ© et une Ă©vidence rhĂ©torique rare qui font manifestement du bien sur nos scènes occidentales, un discours esthĂ©tique auquel ne pourrait pas mĂŞme prĂ©tendre les mises en scène de Bob Wilson, d'une mouvance proche.

    Certes, les acteurs ne sont pas japonais, et n'ont donc pas cette conception du centre, le hara, qui au milieu de cette souveraine légèreté, est le fil à plomb qui tient cet équilibre. Gêne donc un certain nombre de choses, comme le manque de présence pas toujours intentionnel de ces personnages quasi oniriques tout comme l'inélégance de la marche occidentale avec ses orteils benoîtement levés, détail certes, mais qui tranche de manière flagrante avec l'esthétisme japonais.

    La moindre imperfection saute aux yeux dans cet Ă©quilibre aussi harmonieux que prĂ©caire, ne serait-ce qu'un clignement d'Âśil du Ă  une dĂ©concentration et qui surseoit Ă  ce « regard de neige Â» typiquement japonais. C'est lĂ  toute la finesse et la subtilitĂ© aussi bien que la difficultĂ© d'une mise en espace ouvragĂ©e et dĂ©licate.

    Les chanteurs ont dans cette production les défauts de leurs qualités ; blancheur et évanescence de personnages vocalement et scéniquement parfois trop désincarnés, en particulier pour Peter Bording. Dans ce quatuor vocal, Mireille Delunsch est incontestablement celle qui gère le mieux cet équilibre entre l'incarnation et l'évanescence. L'ensemble demeure d'une bonne tenue et séduit par son unité et sa cohérence esthétique.

    En fosse, Peter Eötvös transfigure un Orchestre de l'Opéra de Lyon qui s'illustre dans une belle recherche de timbres, digne d'une phalange aguerrie à la musique contemporaine. La musique plante souvent un climat harmonique recherché, conte et raconte, dans une musique théâtrale autant qu'onirique. L'univers sonore de Lady Sarashina et l'univers visuel d'Amagatsu se complètent magnifiquement, l'une étant le contrepoint de l'autre ; se dégagent de Lady Sarashina comme de Trois Soeurs une poétique singulière et un métier sûr plaçant indéniablement Eötvös et Amagatsu parmi les collaborations les plus réussies de l'Histoire lyrique.




    Opéra national, Lyon
    Le 07/03/2008
    Benjamin GRENARD

    Création mondiale de Lady Sarashina de Peter Eötvös mise en scène par Ushio Amagatsu et sous la direction du compositeur à l'Opéra de Lyon.
    Peter Eövtös (*1944)
    Lady Sarashina, opéra en neuf tableaux (2008)
    Livret de Mari Mezei d'après As I Crossed a Bridge of Dreams (Mémoires d'une femme japonaise du XIe siècle)

    Orchestre de l'Opéra de Lyon
    direction : Peter Eötvös
    mise en scène et chorégraphie : Ushio Amagatsu
    décors : Natsuyuki Nakanishi
    costumes, maquillages et coiffures : Masatomo Ota
    Ă©clairages : Yukiko Yoshimoto, Ushio Amagatsu

    Avec :
    Mireille Delunsch (Lady Sarashina), Ilse Aerens (La Princesse / la Jeune Dame / une dame du rêve), Salomé Kammer (L'Impératrice / la Mère / la Soeur / une dame du rêve / la Dame d'honneur), Peter Bording (Le Garde / le Bouffon / le Messager / le Père / le Chat / le Bonze / le Gentilhomme).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com