altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 02 juillet 2020

Nouvelle production du Rake's Progress de Stravinski mise en scène par Carlos Wagner et sous la direction de Nicolas Chalvin à Angers Nantes Opéra.

Rake's Progress, troisième !
© Jef Rabillon

Gilles Ragon (Tom Rakewell)

C'est l'opéra à la mode. The Rake's Progress de Stravinski est pour la troisième fois à l'affiche depuis la rentrée sur une scène française. Après le Théâtre des Champs-Élysées et l'Opéra national de Paris, c'est le Théâtre Graslin qui entre en jeu avec la production d'Angers Nantes Opéra créée début mars à Angers. Une réalisation très convaincante.
 

Théâtre Graslin, Nantes
Le 04/04/2008
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

  • Pas si muet

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Coproduite par Angers Nantes OpĂ©ra et l'OpĂ©ra de Rennes, prĂ©sentĂ©e dĂ©jĂ  Ă  Angers et Ă  Rennes, cette production a poursuivi sa route jusqu'au si beau Théâtre Graslin de Nantes. Et avec un Ă©gal succès. Le travail rĂ©alisĂ© par Carlos Wagner pour la mise en scène, par Conor Murphy pour les dĂ©cors et les costumes et par Norbert Chmel pour les Ă©clairages a le grand mĂ©rite d'ĂŞtre Ă  la fois original, homogène, parfaitement lisible et fidèle Ă  l'esprit de l'oeuvre.

    Carlos Wagner a su s'éloigner juste assez de la lettre pour donner un éclairage personnel à l'histoire et aux personnages, sans jouer les iconoclastes irraisonnés. Il traite bien cet opéra décidément très particulier dans le ton d'une fable morale voltairienne, en la laissant dans les données du genre avec des moyens certes moins opulents que ceux dont disposait Olivier Py à l'Opéra de Paris, mais dans un esprit finalement assez proche, évitant le leurre de la comédie musicale comme l'avait tenté André Engel au Théâtre des Champs-Élysées.

    © Jef Rabillon

    Un dispositif scénique habile, jouant sur les possibilités offertes par une tournette des plus efficaces, lui permet de changer de lieu en restant sur place, de donner l'illusion de multiples déplacements, d'évoquer, grâce à quelques accessoires bien choisis et à des éclairages très vivants aussi bien la campagne que le bordel de Mother Goose, le tumulte de la vente aux enchères, les portes de l'Enfer ou l'asile de fous.

    Tout cela est, comme dans toute vraie bonne mise en scène, bâti sur une direction d'acteurs qui ne laisse rien au hasard et s'intéresse aux choeurs autant qu'aux solistes. Il n'y a pas de contre-portraits, mais chaque personnage a néanmoins une originalité qui amuse ou étonne. Ann qui part à la recherche de Tom avec son petit sac à dos, la manière dont Shadow devient mine de rien de plus en plus menaçant et dominateur, celle dont Tom se laisse berner avec complaisance, tout cela – et cent autres options – fonctionne à la perfection.

    Omniprésents et toujours différents dans leur apparence et leur jeu, les choeurs sont réglés de telle manière qu'ils apparaissent comme un série d'individualités. Du noir, du blanc, beaucoup de jeux de lumières pour compenser la rigueur du décor et apporter une note magique, cette économie de moyens met en valeur le moindre changement de costume, la moindre tâche de couleur. Et puis, il y a de vraies trouvailles, comme ces trous noirs d'où émergent Shadow et souvent les autres personnages, ou la scène de l'asile, aussi émouvante que théâtralement efficace.

    Un Nick Shadow de la plus belle composition

    Si la direction musicale de Nicolas Chalvin ne marque pas beaucoup les esprits, on apprécie une partie de la distribution, dominée par le Nick Shadow du jeune baryton-basse autrichien Josef Wagner, silhouette élancée, agile, voix d'excellente qualité, bien en place, bien employée, avec un sens aigu de ce qu'est une composition dramatique. L'avenir est à lui !

    Gail Pearson est irréprochable en Ann Trulove, avec la fraîcheur et l'intériorité voulues. Brian Bannatyne-Scott campe un papa Trulove adéquat et Christopher Lemmings un commissaire priseur bien présent, même s'il le joue plus qu'il ne le chante. C'est aussi le cas de Linda Ormiston, Mother Goose quasiment sans voix mais drôle, et d'Ann McMahon Quinterro, truculente Baba la Turque sans barbe, en petite forme vocale.

    Et Tom lui-même ? On voudrait pouvoir évoquer Gilles Ragon sans restrictions tant il s'investit avec ferveur dans le rôle, mais il faut bien reconnaître qu'il n'y est pas trop à l'aise vocalement. La voix semble forcée, et perd le charme de son timbre. Pas assez de nuances aussi, avec une tendance à tout chanter à plein gosier, et pas toujours parfaitement juste.

    Pourtant, le personnage existe, car les qualités artistiques et l'expérience du ténor sont là. On voudrait que la voix suive mieux les intentions. Il est vrai qu'après l'incarnation à tous égard quasi idéale de Toby Spence à l'Opéra de Paris, la tâche était rude. Peut-être Ragon aborde-t-il l'ouvrage un peu tard dans sa carrière ?

    Très gros succès en tout cas, devant un public en bonne partie jeune, qui sait, remarquons-le, très bien doser l'applaudimètre, réservant le meilleur accueil à ceux qui le méritaient.




    Théâtre Graslin, jusqu'au 12 avril.




    Théâtre Graslin, Nantes
    Le 04/04/2008
    GĂ©rard MANNONI

    Nouvelle production du Rake's Progress de Stravinski mise en scène par Carlos Wagner et sous la direction de Nicolas Chalvin à Angers Nantes Opéra.
    Igor Stravinski (1882-1971)
    The Rake's Progress, opéra en trois actes et un épilogue (1951)
    Livret de Wystan Hugh et Chester Kallman d'après une série de huit tableaux de William Hogarth.

    Coproduction Angers Nantes Opéra – Opéra de Rennes

    Choeur d'Angers Nantes Opéra
    Orchestre national des Pays de la Loire
    direction : Nicolas Chalvin
    mise en scène : Carlos Wagner
    décors et costumes : Conor Murphy
    Ă©clairages : Norbert Chmel
    préparation des choeurs : Xavier Ribes

    Avec :
    Gilles Ragon (Tom Rakewell), Gail Pearson (Ann Trulove), Brian Bannatyne-Scott (Trulove), Josef Wagner (Nick Shadow), Linda Ormiston (Mother Goose), Ann McMahon Quintero (Baba the Turk), Christopher Lemmings (Selem).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com