altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 01 octobre 2020

Reprise du Songe d'une nuit d'été de Britten mis en scène par Robert Carsen, sous la direction de Constantinos Carydis à l'Opéra de Lyon.

FĂ©erique comme au premier jour
© Jean-Pierre Maurin

Sandrine Piau (Tytania)

Accomplissement artistique et triomphe public accompagnent cette reprise de la célèbre mise en scène du Songe d'une nuit d'été par Robert Carsen à l'Opéra de Lyon. Un esprit de troupe infaillible, une direction idéalement narrative, et l'une des réussites majeures du metteur en scène canadien confèrent à cette production une fraîcheur inaltérée.
 

Opéra national, Lyon
Le 13/04/2008
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • VoilĂ  dĂ©jĂ  dix-sept ans que voyait le jour la mise en scène aujourd'hui considĂ©rĂ©e comme un classique du Songe de Britten par Robert Carsen pour le festival d'Aix-en-Provence, abondamment reprise depuis. Le risque, pour de telles productions au succès artistique comme public incontestable, demeure l'affadissement progressif, les alĂ©as du rĂ©chauffĂ©.

    Si l'on en juge par la vivacitĂ© théâtrale, la vĂ©locitĂ© des cabrioles de Puck, une HĂ©lĂ©na toujours aussi « remède Ă  l'amour Â», l'aura surnaturelle d'ObĂ©ron, le crĂŞpage de chignon d'anthologie entre les amants au II, les francs Ă©clats de rire du public Ă  la reprĂ©sentation de Pyrame et ThisbĂ© au III, la beautĂ© intrinsèque de la scĂ©nographie rehaussĂ©e par de fabuleux Ă©clairages, on peut affirmer sans risque que le Songe de Carsen n'a pas pris une ride et a encore de beaux jours – et de douces nuits – devant lui !

    La sobre ingéniosité du dispositif scénique fait mouche – une plate-forme inclinée en immense lit avec deux gigantesques oreillers au I, six lits pour les six amants confrontés aux sortilèges au II, puis les couples réunis au III dans trois lits en apesanteur qui disparaîtront dans les cintres –, permettant aux fées, aux dieux comme aux rustiques toutes les libertés, dans une direction d'acteurs au cordeau, sans une seconde de temps mort, calquée à la perfection sur la partition musicale. Il est jusqu'aux saluts de tenir un rythme d'enfer.

    © Jean-Pierre Maurin

    Mettant en valeur chaque élément nocturne ou magique de cet opéra du sommeil et du rêve, de l'engloutissement dans la forêt – les costumes des amants progressivement contaminés par le vert sauvage du monde sylvestre –, Constantinos Carydis opère en fosse des prodiges analytiques à la tête d'un Orchestre de l'Opéra de Lyon d'une absolue précision dans les trouvailles sonores de Britten, exaltant autant une narration tout en naturel et en réactivité que la parodie à la scène finale.

    Le plateau, soudé par un véritable esprit de troupe, permet une homogénéisation de prestations variables au niveau purement vocal. Superbement chantant, l'Obéron tout en sfumato de Lawrence Zazzo ose l'ineffable autant que l'aplomb sans lequel le roi des elfes peut vite apparaître comme un fétu de paille. Malgré une tendance néfaste à émettre chaque son du silence à la note et un legato négligent, Sandrine Piau réserve un timbre de la plus belle lumière à Tytania.

    Bon Bottom, un peu en force, de Matthew Rose, couples d'amoureux inégaux et excellents rustres complètent une distribution au final très équilibrée. Mention spéciale, enfin, pour la Maîtrise de l'Opéra de Lyon, aussi excellente que le Choeur d'adultes maison et finissant de nous convaincre que les forces chorales de l'Opéra de Paris sont aujourd'hui en tous points dépassées par celles de la deuxième ville lyrique de France !

    Un spectacle parmi les plus accomplis et attachants de ces vingt dernières années, qui a su préserver sa fraîcheur féerique intacte comme au premier jour.




    Opéra national, Lyon
    Le 13/04/2008
    Yannick MILLON

    Reprise du Songe d'une nuit d'été de Britten mis en scène par Robert Carsen, sous la direction de Constantinos Carydis à l'Opéra de Lyon.
    Benjamin Britten (1913-1976)
    A Midsummer Night's Dream, opéra en trois actes (1960)
    Livret du compositeur et de Peter Pears d'après Shakespeare

    Maîtrise et Orchestre de l'Opéra de Lyon
    direction : Constantinos Carydis
    mise en scène : Robert Carsen
    réalisation : Emmanuelle Bastet
    décors et costumes : Michael Levine
    Ă©clairages : Davy Cunningham
    chorégraphie : Matthew Bourne
    réalisation : Shelby Williams
    préparation des choeurs d'enfants : Karine Locatelli

    Avec :
    Lawrence Zazzo (Oberon), Sandrine Piau (Tytania), Miltos Yerolemou (Puck), Simon Kirkbride (Theseus), Élodie Méchain (Hippolyta), Ed Lyon (Lysander), Ivan Ludlow (Demetrius), Deanne Meek (Hermia), Sinead Mulhern (Helena), Matthew Rose (Bottom), Lynton Black (Quince), Iain Paton (Flute), Konstantin Wolff (Snug), Stuart Patterson (Snout), Marc Callahan (Starveling).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com