altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 septembre 2019

Nouvelle production du Chevalier à la rose de Strauss mise en scène par Nicolas Joel et sous la direction de Jiri Kout au Théâtre du Capitole, Toulouse.

Un Chevalier tout d’un bloc
© Patrice Nin

Sophie Koch (Octavian) et Martina Serafin (la Maréchale).

C’est une production ultra-classique aux forces musicales musclées que propose le Théâtre du Capitole pour son nouveau Chevalier à la rose. La mise en scène aussi figurative que possible de Nicolas Joel s’inscrit d’emblée dans les grands classiques du genre et s’efface devant un plateau de grandes voix et la direction drue et surnuancée de Jiri Kout.
 

Théâtre du Capitole, Toulouse
Le 13/05/2008
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On sait pertinemment en se rendant Ă  Toulouse que les productions assurĂ©es par le maĂ®tre des lieux ne rĂ©volutionneront pas notre vision des grands ouvrages du rĂ©pertoire. Mais si son Elektra ou ses MaĂ®tres chanteurs savaient sporadiquement apporter une touche d’originalitĂ© bienvenue, son Chevalier Ă  la rose s’avère d’une littĂ©ralitĂ© absolue, et Ă  aucun moment Nicolas Joel ne s’aventure dans l’interprĂ©tation, Ă  l’instar d’un Otto Schenk dont la cĂ©lĂ©brissime mise en scène a Ă©tĂ© vue mille fois Ă  Munich, Ă  Vienne ou Ă  Salzbourg.

    Ce qui n’empêche un métier certain dans la caractérisation des rôles ou la gestion des scènes de foule, même si les rodomontades permanentes des hommes du baron finissent à la longue par lasser. La seule surprise du spectacle intervient lorsque le petit Mohammed renverse accidentellement le plateau du petit-déjeuner de la Maréchale, car même la scénographie d’Ezio Frigerio reste figée dans les somptueux stucs d’un palais blanc et or aux imposantes colonnes corinthiennes.

    © Patrice Nin

    En fosse, Jiri Kout fait pétarader l’Orchestre du Capitole comme rarement, coupant la parole aux applaudissements en démarrant chaque acte sur les chapeaux de roue. La virtuosité si redoutable de la partition éclate au grand jour sans que jamais la formation toulousaine ne soit prise en défaut, mais la battue pèche souvent par une raideur – les épisodes de valse – et une surnuanciation globale qui contraignent le plateau à chanter à gorge déployée.

    Et si le Chevalier à la rose bénéficie de tout l’attirail symphonique du génial orchestrateur qu’était Strauss, il est aussi et surtout, trois décennies avant Capriccio, art de la conversation et de la saveur des mots, aspect le plus lacunaire de cette production inattaquable quant à la qualité intrinsèque de ses intervenants.

    Ainsi, d’une santé vocale et d’un aigu d’airain à même de couvrir ses collègues comme l’orchestre dans le trio final, la Maréchale de Martina Serafin évolue loin de la fragilité, des tourments et des rêveries, preuve que le rôle a plus à perdre qu’à gagner d’être confié à un Hochdramatisch. L’énergie même de l’émission de l’Autrichienne, ses accès de poigne – pour ne pas dire de virilité – sacrifient par trop la féminité frémissante de Marie-Thérèse.

    L’Octavian fou d’amour de Sophie Koch

    Véritable triomphatrice de la distribution, Sophie Koch est un Octavian fou d’amour, d’une fougue, d’un emportement qui sont idéalement ceux du jeune amant de dix-sept ans. Si le bas-médium manque parfois de chair, l’aigu, incendiaire, est d’un sublime rayonnement. Un léger enrobement de l’émission n’enlève encore rien à la qualité de l’allemand, et la Française joue de surcroît divinement la gourde et les contorsions vocales de Mariandel. Face à elle, jamais un timbre ne nous a autant rappelé Hilde Güden que celui d’Anne-Catherine Gillet, Sophie pétulante et acidulée, typée même, dont l’aigu peu souple est au moins d’une acuité offrant un beau potentiel dramatique.

    Kurt Rydl est un Baron Ochs aussi kolossal qu’était la saison passée son Roi Marke, d’une présence écrasante. Jamais histrion ou ridicule, il distille au contraire un sérieux, une morgue qui ne peuvent que rendre le personnage plus antipathique encore, et se tire admirablement, au vu du poids de son instrument et d’un vibrato effrayant, des passages à haut-débit.

    Les comprimari sont excellents – le chanteur italien tout en soleil du jeune Ismael Jordi, les intrigants – avec une mention toute particulière pour le Faninal d’un époustouflant panache – l’impact du timbre comme le mordant de la diction – du vétéran Eike Wilm Schulte, aussi percutant que dans les plus beaux souvenirs d’il y a vingt ans.




    Théâtre du Capitole, jusqu’au 18 mai.




    Théâtre du Capitole, Toulouse
    Le 13/05/2008
    Yannick MILLON

    Nouvelle production du Chevalier à la rose de Strauss mise en scène par Nicolas Joel et sous la direction de Jiri Kout au Théâtre du Capitole, Toulouse.
    Richard Strauss (1864-1949)
    Der Rosenkavalier, comédie lyrique en trois actes (1911)
    Livret de Hugo von Hofmannsthal

    Coproduction avec le Teatro dell’Opera di Roma

    Chœur et Orchestre du Capitole
    direction : Jiri Kout
    mise en scène : Nicolas Joel
    décors : Ezio Frigerio
    costumes : Franca Squarciapino
    Ă©clairages : Vincio Cheli
    préparation des chœurs : Patrick Marie Aubert

    Avec :
    Martina Serafin (Die Feldmarschallin), Kurt Rydl (Der Baron Ochs von Lerchenau), Sophie Koch (Octavian), Eike Wilm Schulte (Herr von Faninal), Anne-Catherine Gillet (Sophie), Ingrid Kaiserfeld (Jungfer Marianne Leimetzerin), Andreas Conrad (Valzacchi), Elsa Maurus (Annina), Ismael Jordi (Ein Sänger), Scott Wilde (Notar / Ein Polizeikomissar), Rémy Corazza (Ein Wirt).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com