altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 11 décembre 2019

Nouvelle production de la Périchole de Jacques Offenbach mise en scène par Omar Porras et sous la direction d’Emmanuel Joel-Hornak au Théâtre du Capitole, Toulouse.

Une Périchole décoiffante
© Patrice Nin

Pas de fêtes de fin d’année sans Offenbach. Si Paris nous en prive, en revanche, à Toulouse, le metteur en scène d’origine colombienne Omar Porras a transformé la Périchole en un feu d’artifices, avec une première partie qui se termine dans l’éclat de pétards, d’étincelles et de rubans multicolores. Un spectacle décoiffant !
 

Théâtre du Capitole, Toulouse
Le 23/12/2008
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort Ă  Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Offenbach a Ă©tĂ© baptisĂ© le « Mozart des Champs-ÉlysĂ©es Â», tant sa musique allègre se pare de mĂ©lodies adorables et tendres comme ce ravissant Je t’adore brigand ou encore Ă” mon cher amour. Cent vingt-deux ans après sa mort, il fait toujours rire. Cette fois, il est associĂ© Ă  Omar Porras, un maĂ®tre de la caricature et de l’ironie. Celui-ci a fait toutes ses classes Ă  Paris avant de fonder une compagnie, le Teatro Malandro, basĂ© Ă  Genève. Ses mises en scènes d’Euripide, de Durenmatt au Théâtre de la Ville, de Lope de Vega Ă  la ComĂ©die-Française ont subjuguĂ© par leur fantaisie et leur poĂ©sie dĂ©calĂ©e.

    L’art de Porras tient à la manière dont il fait bouger, presque danser ses acteurs qu’il revêt de masques comme dans le théâtre antique. Point de masques pour les héros de la Périchole mais des maquillages extravagants et des coiffures qui décoiffent. Elles sont très écolos : le vice-roi de ce Pérou de fantaisie ressemble à un porc-épic, la Périchole à un massif d’orchidées ou de roses, Piquillo à une tête d’ananas. Tout cela ne serait que cocasserie folklorique si la partition n’était servie par une distribution de haut vol.

    Le rôle-titre bénéficie de la voix richement colorée de Karine Deshayes. Piquillo est le tendre Xavier Mas, qui supplée des moyens limités par une vraie intelligence vocale. Le vice-roi est le gargantuesque Jean-Philippe Lafont qui en fait des tonnes, mais il est toulousain, et son public lui passe toutes ses fantaisies gesticulatoires.

    À la baguette, Emmanuel Joel-Hornak s’amuse autant que le public à cet opéra-bouffe qui, en cette soirée de première, aura connu d’interminables rappels, avec quelques sifflets pour Porras. Sa mise en scène ne convainc d’ailleurs pas toujours. Un décor plutôt sombre, sans grande invention, veut donner à l’histoire, tirée de fort loin de la pièce le Carrosse du Saint-Sacrement de Mérimée, une dimension de dérision et de grotesque. Mais on sent souvent Porras à court d’idées, sans doute faute de temps, et on vient à regretter les productions débridées de Jérôme Savary.




    Théâtre du Capitole, Toulouse
    Le 23/12/2008
    Nicole DUAULT

    Nouvelle production de la Périchole de Jacques Offenbach mise en scène par Omar Porras et sous la direction d’Emmanuel Joel-Hornak au Théâtre du Capitole, Toulouse.
    Jacques Offenbach (1819-1880)
    La Périchole, opéra-comique en trois actes (1874)
    Livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy d’après la pièce de Prosper Mérimée, le Carrosse du Saint-Sacrement.

    Coproduction Théâtre du Capitole-Opéra national de Bordeaux-Opéra de Lausanne

    Chœur et Orchestre du Capitole de Toulouse
    direction : Emmanuel Joel-Hornak
    mise en scène : Omar Porras
    décors : Fredy Porras
    costumes : Coralie Sanvoisin
    Ă©clairages : Mathias Roche

    Avec :
    Karine Deshayes (la Périchole), Xavier Mas (Piquillo), Jean-Philippe Lafont (Don Andrès de Ribeira), Michel Vaissière (Don Pedro de Hiniyosa), Emiliano Gonzalez Toro (le Comte Miguel de Panatellas), Daniel Capelle (le vieux prisonnier), Laure Crumière (Guadalena / Manuelita), Martine Olméda (Berginella / Brambilla), Carine Séchaye (Mastrilla / Frasquinella), Till Fechner (le Marquis de Tarapote), Ricardo Cassinelli (premier notaire).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com