altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 mai 2020

Nouvelle production des Enfants du Capitaine Grant de Caballero mise en scène par Carlos Wagner et sous la direction de Tito Muñoz à l’Opéra de Lorraine.

Les Enfants de Jules Verne entrent dans la danse
© Marc Antoine

Les haletantes aventures des Enfants du Capitaine Grant ont passionné des générations d’amoureux de Jules Verne. Les voici sous le nom des Neveux du Capitaine Grant toutes aussi farfelues, dépaysantes et divertissantes à l’Opéra national de Lorraine, dans la remise à jour d’une dynamique et imaginative zarzuela.
 

Opéra de Lorraine, Nancy
Le 30/01/2009
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Moins de dix ans après sa publication en 1868, le roman Ă©tait adaptĂ© en zarzuela par le maĂ®tre du genre, le compositeur espagnol Manuel FernĂ ndez Caballero (1835-1906). La zarzuela est mal connue en France. Spectacle populaire total, nĂ© au XVIIe siècle avec des heures de gloire au XIXe et au XXe, elle a cohabitĂ© en Espagne avec l’opĂ©ra italien plus Ă©litiste.

    Elle n’a jamais été acclimatée en France, pays de l’opérette et de l’opéra-comique qui, comme la zarzuela, introduisent des textes parlés. Dans sa programmation pleine de diversité, Laurent Spielmann, directeur de l’opéra nancéen, fait œuvre de novateur en présentant ainsi des ouvrages surprenants.

    En passant du roman à la scène, les rocambolesques péripéties des héros de Jules Verne ont changé de nom. Ce ne sont plus les Enfants mais les Neveux du Capitaine Grant qui sillonnent l’Amérique latine et l’Australie. Le plateau se présente sous la forme d’un immense livre aux pages en relief comme les aiment les enfants.

    Sur une double page ouverte se dresse un seul décor, de guingois : celui d’un quartier populaire de Madrid. À partir d’un SOS trouvé dans les entrailles d’une daurade par un militaire à la retraite, le petit peuple madrilène rêve d’explorations mirifiques, d’aventures, de trésor et surtout d’une vie meilleure. Ils endossent en imagination les personnages de Jules Verne.

    Et ainsi, de la Patagonie à la cordillère des Andes, de l’Australie à la Nouvelle-Zélande y compris chez les Maoris, ils vont de tremblement de terre en inondation, enlèvement par un condor et incendie, de naufrage en bagarres avec malfaiteurs et cannibales.

    Aventures rêvées et musiques mélangées : le compositeur a trouvé l’occasion à partir de ce roman géographique d’utiliser les rythmes et les sonorités sud-américaines qu’il a associées à ceux de l’opéra bouffe et de la musique légère. Ainsi va-t-on de la séguedille à la polka, de la valse au paso-doble.

    Le metteur en scène d’origine vénézuélienne, Carlos Wagner, avait réalisé les deux versions de Salomé (Strauss et Mariotte) à Montpellier. C’est là que Laurent Spielmann a découvert son invention à la fois délirante et poétique. Les personnages ne quittent jamais leur immeuble : le condor qui enlève l’héroïne Ketty est une grue de chantier.

    À cet imaginaire s’ajoutent quelque deux cent-cinquante costumes colorés et miroitants de Patrick Dutertre. Deux tableaux sont particulièrement réussis : la découverte de l’épave du bateau au fond de l’eau au cours d’une formidable danse aquatique, ainsi que la danse des Maoris.

    Les interprètes se prennent au jeu avec un formidable entrain, notamment le baryton urugayen José-Luis Barreto qui joue sept personnages à lui seul, de la concierge poilue au séduisant capitaine Grant. Un comédien est lui aussi désopilant, Emiliano Suarez que l’on a souvent vu dans la troupe d’Omar Porras pour El Don Juan et Maître Puntila et son valet Matti.

    Voilà un spectacle bien supérieur à la plupart des comédies musicales actuellement sur les planches, un spectacle qui devrait voyager avec une correction : le texte parlé dans la première partie est trop long et d’un intérêt moyen. Il alourdit la représentation qui dure deux heures et demie sans compter l’entracte.




    Opéra de Lorraine, Nancy
    Le 30/01/2009
    Nicole DUAULT

    Nouvelle production des Enfants du Capitaine Grant de Caballero mise en scène par Carlos Wagner et sous la direction de Tito Muñoz à l’Opéra de Lorraine.
    Manuel FernĂ ndez Caballero (1835-1906)
    Les Neveux du Capitaine Grant, opéra-comique en quatre actes (1877)
    Livret de Miguel Ramos Carrión d’après Jules Verne

    Chœur de l'Opéra national de Lorraine
    Orchestre symphonique et lyrique de Nancy
    direction : Tito Muñoz
    mise en scène : Carlos Wagner
    chorégraphie : Ana Garcia
    décors : Rifail Ajdarpasic & Ariane Isabell Unfried
    costumes : Patrick Dutertre
    Ă©clairages : Marie Nicolas

    Avec :
    Victor Torres (Don Marcial Mochila), Blandine Folio-Peres (Soledad), Georgia Ellis-Filice (Ketty), José Luis Barreto (Capitaine Grant / La concierge), Emiliano Suarez (Le docteur Mirabel), Jean Segani (Sir Clyron), Nicolas Rigas (Escolàstico), Igor Gnidii (Jaime), Pascal Desaux (Genera).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com