altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 mai 2019

Louise de Charpentier au Théâtre du Châtelet, Paris.

Famille, je vous hais
© Capitole de Toulouse

Louise porte son âge, c'est sûr, mais c'est un ouvrage qu'il faut accepter tel qu'il est : avec son histoire désuète et sa musique délicieuse. Une fois de plus, Michel Plasson et son équipe plaident la cause du répertoire français avec noblesse et passion.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 19/05/2000
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Aux hommes de bonne volonté

  • Songeuse nuit d'été

  • Une audace magnifiée

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L'année 1900 s'ouvrit, à l'Opéra-Comique (l'actuelle salle Favart), par une création, le 2 février, celle de Louise, " roman musical " qui devait assurer la gloire de son auteur, Gustave Charpentier. " Roman ", hélas, car le texte est aujourd'hui passablement désuet et prête à sourire. " Musical ", tant mieux, car l'orchestration est superbe, et le chant, très sobre lorsqu'il est traité en récitatif, se déploie avec un lyrisme chaleureux. Bref, il faut y croire. Michel Plasson y croit, comme il défend avec énergie tout le répertoire français. Son Orchestre du Capitole possède aujourd'hui une couleur, un son, une homogénéité que bien d'autres pourraient lui envier ; et les chanteurs sont guidés, couvés avec autant d'affection que de discrétion. Jia-Linh Zhang, très charmante Chinoise qui fut, un temps l'élève de Régine Crespin, possède la voix du rôle, lumineuse, souple, suffisamment solide pour franchir l'écueil de la scène finale, redoutable. Markus Haddock n'est sûrement pas le Julien dont on rêve ; au moins est-il crédible, sans briller pour autant, et sans grand style. Les parents ont des rôles ingrats, la Mère surtout. Martine Dupuy, vocalement impressionnante, l'aborde en grande musicienne, avec subtilité, loin d'en faire la marâtre habituelle. Le Père d'Alain Vernhes, tout d'une pièce, est plus conventionnel, mais son efficacité est indéniable. Le personnage d'Irma, lors du tableau qui se déroule dans l'atelier de couture, n'a qu'un petit air mais très remarqué, que la Japonaise Rie Hamada enlève avec panache. Réglée par Nicolas Joël et décorée par Nicolas de Lajartre, la production, créée à Toulouse voici quatre ans, est sans histoire, et se tire au mieux d'un livret contraignant. Ces retrouvailles avec un ouvrage jadis fort populaire ne manquent pas d'agrément.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 19/05/2000
    Michel PAROUTY

    Louise de Charpentier au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Louise de Gustave Charpentier
    Direction musicale : Michel Plasson.
    Mise en scène : Nicolas Joël.
    Avec Jia-Linh Zhang (Louise), Markus Haddock (Julien), Martine Dupuy (la Mère), Alain Vernhes (le Père).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com