altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 mai 2018

Les Larmes de Cocteau et Alexandre Bis de Martinu à l'Opéra du Rhin / Colmar, France.

Un atelier pour trouver sa voie

L'Opéra du Rhin présente, grâce à son atelier " les Jeunes Voix du Rhin ", un spectacle composé de deux opéras courts de Martinu qui met en relief les vertus mais aussi certaines failles de l'éducation lyrique.
 

La Manufacture / Opéra du Rhin, Colmar
Le 20/05/2000
Antoine Livio (1931-2001)
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Un vrai ténor français

  • Étincelant et superficiel

  • Werther en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Héritier du foisonnement rythmique et musical d'Europe centrale, mais marqué par Albert Roussel, Bohuslav Martinu ne peut rester indifférent à la révolution qu'apporte le jazz dès ses premières manifestations sur le continent européen. Voilà ce dont le spectacle organisé par l'Atelier du Rhin à Colmar a porté témoignage en présentant deux oeuvres en un acte, très différentes de style et de ton, mais baignées l'une et l'autre de surréalisme.
    Et l'on constate que Bohuslav Martinu est définitivement l'un des plus grands compositeurs lyriques qu'ait connu l'Europe après la guerre de 14-18. On lui doit riens moins que Juliette ou la clef des songes, la Passion grecque, De quoi vivent les hommes, le Mariage, Mirandoline, Les trois Souhaits, Ariane et la Comédie sur le Pont, etc.. Mais choisir de sa production deux oeuvres aussi subtiles que les Larmes de Couteau et Alexandre Bis pour des chanteurs qui n'ont pas terminé leur formation, c'est confronter ces apprentis chanteurs à l'exigence la plus rare d'un texte qui doit passer par-dessus la musique pour demeurer compréhensible ; car en retour c'est ce texte qui rend la musique intelligible, par ses références et ses images.
    Et c'est là que le spectacle pêche. À l'exception de Raphaëlle Hazard et de Vincent Karche (seuls français de la troupe), aucun des artistes ne maîtrise suffisamment le français pour que le texte soit non seulement intelligible, mais compréhensible. Privé de ce suppport essentiel, le surréalisme devient encore plus fou, puisqu'on n'entend qu'un magma sonore d'où émerge, de-ci, de là, un mot qui surprend.
    De son côté, la mise en scène de Matthew Jocelyn fourmille d'idées heureuses, et les décors d'Alain Lagarde sont au diapason. Mais on sort du spectacle, en se disant que ces jeunes artistes ont encore bien du chemin à parcourir, bien des choses à apprendre. N'était-ce pas trop tôt pour leur confier la responsabilité d'un tel spectacle ? Les éléments qui composent l'Orchestre du Conservatoire national de région de Strasbourg interprètent avec fougue les deux partitions de Martinu. Malheureusement David Cowan n'a pas su leur rendre sensibles toutes les subtilités et les références dont sont truffées ces deux partitions. De surcroît, dans un tel théâtre sans réelle fosse d'orchestre, ils jouent uniformément trop fort, couvrant les voix. En fin de saison ou de cycle de perfectionnement, il serait cependant intéressant de revoir ce même spectacle pour juger du travail accompli et de mesurer ainsi le bien fondé d'un tel Atelier.




    La Manufacture / Opéra du Rhin, Colmar
    Le 20/05/2000
    Antoine Livio (1931-2001)

    Les Larmes de Cocteau et Alexandre Bis de Martinu à l'Opéra du Rhin / Colmar, France.
    Larmes de Couteau - livret de Georges Ribemont-Dessaignes
    Alexandre Bis - livret d'après André Wurmser
    Les Jeunes Voix du Rhin - Orchestre du Conservatoire national de région de Strasbourg
    Musique de Bohuslav Martinu
    Direction musicale : David Cowan
    Mise en scène : Matthew Jocelyn
    Décors et costumes : Alain Lagarde
    Lumières : Stéphanie Daniel
    Mouvements chorégraphiques : Frederike Schultz
    Avec Eléonore (Giselle Minns), la Mère (Angelica Cathariou), Satan (James Martin)
    Pour les Larmes de Couteau
    et
    Armande (Raphaëlle Hazard), Alexandre (James Martin), Oscar (Vincent Karche), le portrait d'Alexandre (Diogenes Randes), Philomène (Gaby May)
    Pour Alexandre Bis

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com