altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 octobre 2021

Nouvelle production de Jephtha de Haendel mise en scène par Jonathan Duverger et Jean-Marie Villégier, sous la direction d’Ivor Bolton à l’Opéra national du Rhin.

Dernières visions avant la nuit
© Alain Kaiser

Quatre ans après Theodora, présentée dans la fervente lecture de Peter Sellars, l’Opéra national du Rhin propose une version scénique du dernier drame sacré de Haendel, Jephtha. La puissance picturale avec laquelle Jonathan Duverger et Jean-Marie Villégier s’approprient les contraintes formelles du genre n’a d’égale que la palette infinie du Freiburger Barockorchester.
 

Opéra du Rhin, Strasbourg
Le 27/03/2009
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Vaisseau prend l'eau

  • Guillaume Tell Ă  distance

  • Le grand pardon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La tentation de mettre en scène les oratorios de Haendel est grande, tant ces authentiques drames sacrĂ©s, bien plus que ses opĂ©ras, dĂ©veloppent une richesse visuelle inĂ©puisable – simultanĂ©ment Ă  la première de Jephtha Ă  Strasbourg, Claus Guth ne dĂ©voilait-il pas sa vision du Messie, que prĂ©sentera l’OpĂ©ra de Nancy Ă  partir du 24 avril, au Theater an der Wien ? Ă€ ce jour, l’expĂ©rience la plus aboutie en la matière demeure la Theodora Ă©levĂ©e au rang d’acte de foi par Peter Sellars, Ă  l’impact politique assurĂ©ment redoublĂ© lors de sa reprise Ă  l’OpĂ©ra national du Rhin Ă  quelques jours de la rĂ©Ă©lection de George W. Bush.

    Alors qu’il s’attelle au chœur final du deuxième acte de Jephtha, le compositeur est forcé de s’interrompre, trahi par son œil gauche. Et c’est sous la menace de la cécité, qui allait le réduire au silence durant les sept années qui lui restaient à vivre, qu’il achève sa dernière œuvre originale. Avec sa vue, le génie musical de Haendel s’éteint. Mais à travers cet élan ultime, sa capacité à susciter des images s’en trouve décuplée.

    Comme dans Rodelinda, la dramaturgie de Jonathan Duverger et Jean-Marie Villégier découle de la forme, dont la structure s’articule autour de ces piliers que sont les interventions du chœur, commentateur davantage qu’acteur, qui occupe durant les deux premiers actes la tribune du décor de Jean-Marie Abplanalp, temple autant que théâtre élisabéthain. Le contexte historique dans lequel s’inscrit dès lors l’histoire de Jephté, c’est-à-dire la fuite des Puritains persécutés vers la Hollande, puis le Nouveau monde, n’en est pas moins relégué au second plan par la force et la variété du vocabulaire pictural déployé.

    D’autant que la succession des tableaux, depuis la parenthèse idyllique mettant en scène Iphis et Hamor dans une nature mouvante, jusqu’aux scènes d’intérieurs empruntées à Pieter de Hooch, soudain transcendées par des clairs-obscurs dignes de Rembrandt, reflète exactement leur traitement musical. Véritable point culminant du drame sacré haendélien, le vaste mouvement qui clôt le deuxième acte concentre un regard épuré sur la figure de Jephté, statufié par les conséquences funestes d’un vœu inconsidéré. N’était le céleste Waft her angels, auquel répond le limpide adieu à la vie terrestre d’Iphis, l’oratorio pourrait s’achever là.

    Haendel peina en effet à venir à bout d’une fin conventionnelle, et qui pâlit, ô combien, devant celle de Theodora. Les metteurs en scène ne sont d’ailleurs pas plus dupes de l’apparition de l’Ange, dont le clinquant naïf de la pose et du costume jure avec l’austérité de la production, mais s’accorde avec une vocalité italianisante, dans ce qu’elle a de plus vainement décoratif. Plus d’une fois même, le compositeur paraît absent. Aussi, Duverger et Villégier s’effacent, solistes à la tribune, en version de concert, comme une simple observance du culte.

    Des chœurs exemplaires

    En pur chef de fosse, Ivor Bolton coordonne, sait animer, aussi, ce qui ne relève que du drame, beaucoup moins ce qui a trait à la métaphysique. Mais à dire vrai, le Freiburger Barockorchester jouerait aussi bien sans chef, porté qu’il est par l’archet de Petra Müllejans. La variété des couleurs, la profondeur de la dynamique, la réactivité dans l’articulation sont proprement stupéfiants. Aussi peu familiers de ce répertoire qu’il est possible, les Chœurs de l’Opéra du Rhin auraient pu souffrir de la proximité d’un tel orchestre s’ils ne s’étaient soumis à une discipline drastique : ils sont exemplaires, sinon tout à fait authentiques.

    Les solistes, eux, le sont assurément, à commencer par l’Iphis de Carolyn Sampson, haendélienne aguerrie et sensible, d’une lumière filée jusqu’au sacrifice. Tendu toujours, et acide parfois, le contre-ténor de Christophe Dumaux parvient pour ces raisons mêmes à donner corps à un personnage qui ne survivrait pas à la placidité d’un timbre étale, tandis que par la diction, la vaillance, Andrew Foster-Williams s’inscrit dans l’exact sillage des clefs de fa britanniques indispensables à ces emplois belliqueux.

    Dès lors qu’il s’agit de Haendel, Ann Hallenberg n’a pas de rivale dans sa tessiture. Mieux encore, qui a eu dans Storgè, qui est proprement inchantable, cette profondeur constante, jusqu’à ce degré d’hallucination dans l’articulation ? Et parce que son timbre, en mûrissant, emprunte de plus en plus de couleurs à celui de l’illustre Anthony Rolfe Johnson, insurpassé dans les rôles écrits pour John Beard, Topi Lehtipuu distille une sorte d’évidence, accrue par la conduite supérieure du chant. Nul doute que les ombres souterraines qui font encore défaut à son portrait de Jephtha se creuseront au fil des représentations.




    Prochaines représentations le 2 avril à l’Opéra de Strasbourg, le 4 avril à l’Abbatiale de Marmoutier (version de concert), les 17 et 19 avril au Théâtre de la Sinne à Mulhouse, le 26 avril au Théâtre municipal de Colmar.




    Opéra du Rhin, Strasbourg
    Le 27/03/2009
    Mehdi MAHDAVI

    Nouvelle production de Jephtha de Haendel mise en scène par Jonathan Duverger et Jean-Marie Villégier, sous la direction d’Ivor Bolton à l’Opéra national du Rhin.
    Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
    Jephtha, oratorio en trois actes (1752)
    Livret de Thomas Morell

    Chœurs de l’Opéra national du Rhin
    Freiburger Barockorchester
    direction : Ivor Bolton
    mise en scène : Jonathan Duverger et Jean-Marie Villégier
    chorégraphie : Sandra Pocceschi
    décors : Jean-Marie Abplanalp
    costumes : Patrice Cauchetier
    Ă©clairages : Patrick MĂ©eĂĽs
    préparation de chœurs : Michel Capperon

    Avec :
    Topi Lehtipuu (Jephtha), Carolyn Sampson (Iphis), Ann Hallenberg (Storgè), Christophe Dumaux (Hamor), Andrew Foster-Williams (Zebul), Suzana Ograjenšek (Angel).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com