altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 février 2018

Concert en plein air de l’Orchestre national de Montpellier Languedoc-Roussillon sous la direction d’Alain Altinoglu au festival de Radio France et Montpellier 2009.

Montpellier 2009 (1) :
Un concert dans le vent

© Luc Jennepin

Si le Festival de Radio France et Montpellier est connu pour exhumer des œuvres rares, il propose sous le mistral un concert en plein air de l'Orchestre de Montpellier dirigé par Alain Altinoglu. Au programme, des tubes et rien de que des tubes, et au final, une soirée bien agréable, chaleureuse et populaire, qui aura peut-être fait gagner à l’orchestre de nouveaux abonnés.
 

Place de l'Europe, Montpellier
Le 24/07/2009
Laurent VILAREM
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Un concert gratuit et en plein air. Comment ne pas songer à ces images télévisées de grands orchestres américains ou allemands dirigés par des stars de la baguette jouant sur une scène improvisée devant des pelouses noires de monde ?

    En France, on a bien la Fête de la Musique, mais en-dehors du sacro-saint 21 juin, pareilles expériences sont-elles si fréquentes en notre pays ? Il faut donc saluer l'initiative du Festival de Montpellier qui offrait un concert gratuit sur la gigantesque Place de l'Europe du quartier Antigone de Montpellier. Et un premier constat s'impose : la foule ! Traçant un vaste hémisphère autour de l'estrade, plusieurs milliers de personnes ont répondu présent à l'événement, rappelant à quel point le festival de Radio France s'inscrit désormais dans le paysage estival de la cité languedocienne.

    Certes, ce public-là est dissipé : d'aucuns viennent avec nappe et pique-nique pour savourer la musique un verre de vin rouge à la main, quand d'autres amoureux profitent de la tombée de la nuit pour se lover l'un contre l'autre. Mais qui diable songerait à s'en formaliser ?

    Au programme, une collection de tubes et même, promet le programme, « rien que des tubes ». On avancerait bien le mot scie devant telle Danse du sabre de Khatchaturian ou telle Marche de Radetzky, battue en rythme par le public à la manière du nouvel an viennois. Mais qu'importe, encore !

    Le chef Alain Altinoglu se prête à l'exercice et présente chaque pièce un micro à la main. Tout l'orchestre est par ailleurs amplifié et si l'on entend le moindre couac, on gagne le bénéfice d'entendre l'orchestre, même éloigné de plusieurs centaines de mètres, de la même façon que l'on serait assis dans son salon à écouter un disque.

    Plus que le public conquis, l'ennemi de ce soir sera donc le vent, qui, de partitions arrachées en rafales tourbillonnantes, deviendra l'autre personnage principal de la soirée. Et quant à la musique ? Du Te Deum de Charpentier à la Danse rituelle du feu de De Falla, le programme se déroule avec l'évidence du grand répertoire.

    Les petits morceaux courts s'enchaînent et par la présence de deux chanteurs , la soprano Naïra Abrahamyan, et le ténor Ricardo Bernal, on goûtera même au frisson de l'opéra, avec des airs aussi majuscules qu'Un bel di vedremo de Puccini, ou celui de la Wally de Catalani. Le critique spécialisé ou le mélomane exigeant auraient bien tort de jouer au blasé : les commentaires enthousiastes fusent de toutes parts, avant, pendant et après les morceaux.

    Petit jeu comparatif: qui sont les compositeurs capables de régaler le mieux en quelques minutes le public le plus divers ? Disons pour ce soir, Verdi et l'inusable Donna e mobile de Rigoletto, Bernstein avec I have a love tiré de West Side Story, et la Malambo d'Alberto Ginastera tirée d'Estancia, si merveilleusement exécutée par l'Orchestre de Montpellier qu'elle sera bissée, à la demande du public.

    Saluons encore la réussite, humaine comme artistique, de ce concert, qui témoigne avec grandeur de la popularité du festival de Radio France à Montpellier et de la nécessité cruciale d'offrir au public la possibilité d'écouter un concert symphonique pour la première fois.




    Place de l'Europe, Montpellier
    Le 24/07/2009
    Laurent VILAREM

    Concert en plein air de l’Orchestre national de Montpellier Languedoc-Roussillon sous la direction d’Alain Altinoglu au festival de Radio France et Montpellier 2009.
    Marc-Antoine Charpentier, Georges Bizet, Piotr Ilitch Tchaïkovski, Giacomo Puccini, Johann Strauss, Vincent Ypousman/Dmitri Chostakovitch , Alfredo Catalani, Giuseppe Verdi , Manuel de Falla, Alberto Ginastera, Agustin Lara, Leonard Bernstein, Aram Khatchaturian

    Naira Abrahamyan, soprano
    Ricardo Bernal, ténor
    Orchestre national de Montpellier Languedoc-Roussillon
    direction : Alain Altinoglu

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com