altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 mai 2018

Nouvelle production d'Andrea Chénier à l'Opéra de Nice, France.

Du sang mais pas trop de larmes

André Chénier est une oeuvre pleine de beaux sentiments et toute la difficulté consiste à ne pas tomber dans les bons sentiments. Mission réussie pour la dernière production niçoise.
 

Opéra, Nice
Le 03/06/2000
Antoine Livio (1931-2001)
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En quelques saisons, le choeur de l'Opéra de Nice a peaufiné son élocution et son émission vocale, mais surtout il sait désormais évoluer scéniquement. Pour un tel ouvrage, c'est essentiel, puisque le premier tableau se passe chez les aristocrates, à l'aube de la Terreur, et que la suite de l'ouvrage se déroule sur le pavé de Paris, au pied de la guillotine ! On se tient donc droit au premier acte, le coude au corps et le geste élégant, alors qu'ensuite le bras s'arrondit, le poing sur la hanche, quand il n'est pas brandi en direction d'un ci-devant.
    La scénographie simple et efficace de Michael Scott permet à la scène exiguë du " petit Palais Garnier " d'illustrer l'épopée sanguinaire de la Terreur autour du poète révolutionnaire qui n'en supporte plus les excès et se révolte, ce qu'il paiera de sa vie. Tout se complique avec une belle histoire d'amour entre le révolutionnaire et l'élégante Madeleine de Coigny, qui usurpera l'identité d'une condamnée à mort pour suivre sur l'échafaud celui qu'elle aime.
    Giordano a écrit des pages larmoyantes à souhait, pour ce drame de sang et de passion, mais Eugène Kohn - ancien pianiste de la Callas, avant d'être découvert par James Levine - a su insuffler à l'orchestre philharmonique de Nice ce qu'il faut d'ardeur, mais aussi de pudeur pour que jamais l'on ne sourie de ces flots mélodiques tempétueux.
    Toutefois le grand éclat du spectacle vient de la présence, et physique et vocale, de Fabio Armiliato qui, dans le rôle-titre, apporte à la fois la vaillance de sa voix et la fragilité de son long corps longiligne qui se plie à toutes les expressions possibles et inimaginables. C'est un tragédien de haute volée, dotée d'une voix ample, lumineuse et généreuse à souhait. A ses côtés, Daniela Dessi, qui parfois déconcertait par l'amplitude de son vibrato, a su le modérer pour conférer à son rôle de belles nuances, jusqu'à son grand air " la mamma morta ". Enfin, Jean-Philippe Lafont tient à nouveau un rôle à sa mesure. Il campe Charles Gérard, un laquais de la famille Coigny qui se révèle grand révolutionnaire, mais sacrifiera son amour pour Madeleine de Coigny par amitié pour Chénier. La production fut à la hauteur de cette grandeur d'âme.




    Opéra, Nice
    Le 03/06/2000
    Antoine Livio (1931-2001)

    Nouvelle production d'Andrea Chénier à l'Opéra de Nice, France.
    Andrea Chenier d'Umberto Giordano
    Orchestre philharmonique de Nice
    Choeur de l'Opéra de Nice
    Direction musicale : Eugène Kohn
    Mise en scène : Gian-Carlo del Monaco
    Scénographie : Michael Scott
    Chef de choeur invité : Fausto Regis
    Avec Fabio Armiliato (André Chénier), Jean-Philippe Lafont (Charles Gérard), Daniela Dessi (Madeleine de Coigny ), Milena Josipovic (la Comtesse), Hermine May (La mûlatresse Bersi), Mirella Caponetti (Madelon), Daniel Djambazian (Roucher), Bernard Imbert (Fléville, Schmidt), Eric Ferri (Fouquier), Anooshah Golesorkhi (Mathieu), Luca Casalin (Un incroyable), Gilles San Juan (L'abbé), Curtis Dabek (Le majordome), Luben Maslarov (Dumas), Joël Le Poitevin (Fiorinelli).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com