altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 27 mai 2018

Création française de Magdalena de Villa-Lobos dans une mise en scène de Kate Whoriskey et sous la direction de Sébastien Rouland au Théâtre du Châtelet, Paris.

Une curiosité au Châtelet
© Marie-Noëlle Robert

Chatoyante création au Châtelet : Magdalena, curiosité entre opéra, comédie musicale et folklore, et qualifiée de musical adventure par son auteur, le compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos, n’avait jamais été donnée en France. Une belle réussite encore pour Jean-Luc Choplin, grand défenseur des ouvrages rares.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 18/05/2010
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Jean-Luc Choplin, directeur du Châtelet, a le don de découvrir des œuvres rares. Musical adventure, tel est le sous-titre donné à Magdalena par son compositeur. Cette pièce créée à New York en 1948 est quasiment inconnue à Paris où pourtant elle se déroule en partie. Villa-Lobos adorait Paris où il séjourna à plusieurs reprises. Il habitait place Saint-Michel, fut ami avec Blaise Cendrars dont il partageait l’esprit de vagabondage romanesque, bourlinguant l’un et l’autre dans des aventures qui n’ont jamais existé.

    D’ailleurs, quand Villa-Lobos évoque les grandes forêts amazoniennes, on sait qu’il n’alla dans les bois que sur les hauteurs de Rio ! À Paris, il portait un culte à l’impressionnisme ravélien et, en retour, le public parisien adorait le primitivisme musical de celui qui s’appelait volontiers l’Indien blanc.

    Tout cela se retrouve dans la musique, une partition melting pot, vrai pot pourri où l’on retrouve quelques mélodies empruntées à ses œuvres précédentes, notamment à ses célèbres Bachianas brasileiras, mais aussi au folklore de son pays. Tout cela avec une ampleur, une opulence magnifiquement colorée.

    Créée par le metteur en scène Jules Dassin, l’œuvre qui fut la plus chère de l’époque à Broadway, joua de malchance en raison d’une grève des techniciens et ne rencontra guère de succès. Même si Leonard Bernstein devait y piocher des éléments pour West Side Story, c’est le livret qui fut peu apprécié.

    Il évoque un caudillo d’une Colombie fantaisiste, une aventureuse cuisinière parisienne maîtresse du tyran, le conflit entre l’église catholique et les religions locales, l’exploitation des Indiens dans des mines d’émeraude par les colonialistes, les amours entre un Indien et une convertie. Tout cela dans une lutte pour la justice, la nature.

    Aujourd’hui, le livret un peu naïf paraît plutôt écolo et donc d’actualité. Le décor et les costumes très colorés relèvent du livre d’images et la mise en scène rythmée souligne la fantaisie d’un musical qui ne se prend pas au sérieux. Il est fort bien chanté, notamment par les deux sopranos Aurélia Legay et Marie-Ève Munger. Méconnaissable en obèse Général Carabaña, François Le Roux est irrésistible.

    Un seul regret : la sonorisation puissante – comme trop souvent au Châtelet – enlève un peu de poésie à la musique.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 18/05/2010
    Nicole DUAULT

    Création française de Magdalena de Villa-Lobos dans une mise en scène de Kate Whoriskey et sous la direction de Sébastien Rouland au Théâtre du Châtelet, Paris.
    Heitor Villa-Lobos (1887-1959)
    Magdalena, musical adventure en deux actes (1948)
    Livret de Frederick Hazlitt Brennan & Homer Curran
    Adaptation et Lyrics de Robert Wright & George Forrest

    Chœurs du Châtelet
    Orchestre symphonique de Navarre
    direction : Sébastien Rouland
    mise en scène : Kate Whoriskey
    décors : Derek McLane
    costumes : Paul Tazewell
    chorégraphie : Warren Adams

    Avec :
    Mlamli Lalapantsi (Pedro), Marie-Ève Munger (Maria), Aurélia Legay (Teresa), François Le Roux (Général Carabaña), Harry Nicoll (The old One), Matthew Gonder (Docteur Blanco), Victor Torres (Padre Jose), Vincent Ordonneau (Zoggie).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com