altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 mai 2018

Concert du Trio Wanderer aux Musicales de Mortagne 2010.

Musicales de Mortagne 2010 :
Les Wanderer au vert

© HM

Dans le cadre de la belle programmation des Musicales de Mortagne imaginée par Ludovic Liberge, le Trio Wanderer a donné un très brillant concert dans l’église de Bazoche sur Hoesne, au cœur du Perche. Un beau moment de musique pure et sincère, consacré aux différents aspects du romantisme de Beethoven, Mendelssohn et Smetana.
 

Église, Bazoche-sur-Hoesne
Le 04/07/2010
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour en vainqueur

  • Le sexe et l’argent

  • Un vrai ténor français

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Plus une place disponible dans cette église du village de Bazoche à quelques kilomètres de Mortagne au Perche pour ce concert des Musicales qui animent toute la région de fin juin à mi-juillet. Après notamment Pascal Amoyel, Claire-Marie Le Guay et le Quatuor Modigliani, avant l’Ensemble Private Musicke et en clôture un récital Pierre Hantai, le Trio Wanderer, fidèle de la manifestation, donne un concert tout romantique.

    On sait que cet ensemble est depuis une vingtaine d’années l’un des fleurons de nos interprètes de musique de chambre de par le monde et au disque. Parfaitement dosé et construit, leur programme nous entraîne dans un bouillonnant voyage partant des tous débuts du romantisme avec un trio de Beethoven encore rattaché à l’esprit des Lumières pour aboutir à l’expression plus opulente de Mendelssohn et de Smetana, deux images différentes du romantisme généreux d’un XIXe siècle en pleine tourmente intérieure.

    En France, on place toujours de manière trop hâtive Beethoven, comme d’ailleurs Schubert, parmi les romantiques avérés, alors qu’en Allemagne notamment, on n’oublie pas qu’une part importante de leur œuvre est encore liée à la pensée et à la sensibilité du XVIIIe siècle, même s’ils sont aussi des précurseurs de tout ce qui va se développer ensuite.

    Composé en 1798, le Trio en sib majeur op. 11 de Beethoven est très intéressant à cet égard. Si l’on y détecte déjà des états d’âme où alternent ombres et lumières, la forme reste celle qui prévalait alors du côté de l’Europe centrale, brillante mais sage, très soucieuse de mettre en valeur les trois instruments, piano, violon et violoncelle, dans une clarté toujours contrôlée.

    La qualité du son de Jean-Marc Phillips-Varjabédian au violon et de Rapahël Pidoux au violoncelle, la présence très intelligemment équilibrée du piano de Vincent Coq donnent une lecture aussi attachante qu’exacte de ces pages si emblématiques de toute une époque en pleine mouvance.

    Avec le Trio n° 2 en ut mineur op. 66 de Mendelssohn, changement complet d’univers, de monde sonore et sensible. Nous somme un demi-siècle plus tard et ici l’expression est plus libérée, plus généreusement communicative. Entre des mouvements passionnés se glisse un Scherzo scintillant, léger, tout à fait dans l’esprit shakespearien du Songe d’une nuit d’été, de ces pièces féeriques qui hantent l’imagination du compositeur. Un petit miracle de subtilité, d’agilité instrumentale, sur la pointe de la sensibilité.

    Et puis, avec le Trio en sol mineur op. 15 de Smetana, à peu près contemporain de celui de Mendelssohn, on voit comment, sur des bases formelles identiques, le contexte régional traditionnel a donné au compositeur tchèque des racines nourries d’autres rythmes, d’autres couleurs, d’autres paysages.

    Le Trio Wanderer parvient à rendre ce changement de climat, cette autre approche du rapport à l’instrument fondée sur une école déjà célèbre et qui le restera, où le contact de l’archet sur la corde a un autre impact, une autre franchise, peut-être moins de moelleux mais plus de chair, avec un brillante intelligence.

    Le succès est au rendez-vous et deux bis remercieront un public chaleureux, enthousiaste, qui repartira ensuite aux quatre coins de cette région du Perche aux coteaux verdoyants, aux forêts ombreuses et aux rivières poissonneuses. Un cadre idéal à retrouver après avoir écouté pareille musique !




    Église, Bazoche-sur-Hoesne
    Le 04/07/2010
    Gérard MANNONI

    Concert du Trio Wanderer aux Musicales de Mortagne 2010.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Trio en sib majeur op. 11
    Felix Mendelssohn (1809-1847)
    Trio n° 2 en ut mineur op. 66
    Bedřich Smetana (1824-1884)
    Trio en sol mineur op. 15
    Trio Wanderer

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com