altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 septembre 2020

Nouvelle production d’Orlando de Haendel dans une mise en scène de David McVicar et sous la direction d’Emmanuelle Haïm à l’Opéra de Lille.

Orlando assuré tout risque
© FrĂ©dĂ©ric Iovino

Sonia Prina (Orlando)

Réuni par l’Opéra de Lille après le succès de son Giulio Cesare trépidant, le duo formé par Emmanuelle Haïm et David McVicar partait gagnant. Trop peut-être. Car la fondatrice du Concert d’Astrée autant que le metteur en scène écossais demeurent comme prisonniers de leur savoir-faire. En deçà donc des audaces formelles que la folie d’Orlando inspira à Haendel.
 

Opéra, Lille
Le 14/10/2010
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Lorsque le 20 novembre 1732, Haendel met la touche finale Ă  son nouveau dramma per musica, son horizon semble parfaitement dĂ©gagĂ©. Son Ă©ternel rival Giovanni Bononcini vient de quitter Londres, discrĂ©ditĂ© par une mesquine histoire de plagiat, et l’idĂ©e mĂŞme de l’OpĂ©ra de la Noblesse, qui lui donnera tant de fil Ă  retordre dès l’annĂ©e suivante, n’a pas encore germĂ© dans l’esprit de rĂ©bellion de ses adversaires. Ainsi libĂ©rĂ© des diktats de la mode, le dramaturge se livre Ă  un subtil torpillage des canons de l’opera seria : magique, hĂ©roĂŻque, ironique, pastoral, moral, Orlando est tout cela Ă  la fois, jusqu’à la confusion des genres.

    Par une combinaison alerte, et rarement gratuite, de sens – et de goût – du spectacle, de maîtrise de l’espace et d’acuité dans le dessin psychologique des caractères brossés par l’alternance du récitatif simple et de l’aria da capo, David McVicar était a priori l’homme de la situation. Si elle ne déçoit pas, sa mise en scène ne suscite pas pour autant l’enthousiasme espéré.

    Question de goût assurément – et qu’on nous pardonne de verser ainsi dans la plus vaine subjectivité. Car dès le rideau de scène s’immisce le pinceau tout de grâce emperruquée d’un Watteau, puis celui d’un Boucher, qui sont, dans ce XVIIIe siècle français qui dans les autres arts que la peinture flatte absolument notre sensibilité, ce que l’on admire le moins.

    Par bonheur, l’Écossais emprunte aussi au trait caustique de Hogarth, qui tout au contraire nous émoustille, et dont l’esprit sans concession nous semble souvent si proche de celui de Haendel. À la manière de ces films en costumes que réussissent si bien les Anglais parce qu’ils y injectent une dose de vitalité toute contemporaine, le plateau constamment fourmille. D’idées, d’accessoires, de figurants et de danseurs. En somme, pas une minute d’ennui.

    Et pourtant, ce sens supérieur de l’entertainment, qui faisait merveille dans un Giulio Cesare façon musical, tourne à vide jusque dans la mise en abyme de la folie. Folie de théâtre, théâtre de la folie, devant et derrière la scène, qui est l’esprit malade d’Orlando. Passion et raison, baroque et Lumières se disputent les ficelles sous les traits d’un Amour quasi vampirique et de Zoroastre, non plus homme de l’art, mais des sciences. Quoi de plus pertinent ? Manque cependant l’essentiel : cette folie, justement, qui serait non pas une image léchée, un jeu parfaitement distancié, mais bel et bien une instabilité, un fil sur le point de rompre.

    Emmanuelle Haïm ne prend pas davantage de risques dans la fosse – la scène de la folie en est, encore, la preuve la plus flagrante. Sa direction file droit, fermement appuyée, nettement articulée, à mouvement qu’on dirait constant et dynamique contenue, alors même que le Concert d’Astrée révèle une palette affûtée. Comme si le galbe, qu’insinuent les arabesques d’un geste toujours enclos dans sa raideur, était l’apanage du chant.

    Laissons néanmoins Nathan Berg embourbé dans la colorature destinée à la basse phénoménale de Montagnana. Créé par Francesca Bertolli, que Haendel employa le plus souvent en travesti, Medoro échoit au contre-ténor attachant, duveteux, mais sans plus de relief de Stephen Wallace – le personnage, il est vrai, n’en présente guère.

    L’Orlando de Sonia Prina n’est à l’inverse que creux et bosses. Contrefaisant la cuirasse du paladin à force d’appuyer le larynx sur la poitrine, l’Italienne surmonte les principales embûches semées sur le chemin du castrat Senesino grâce au gargarisme infailliblement véloce qui lui tient lieu d’agilité et au naturel vigoureux de la déclamation, mais demeure trop adolescente de carrure comme d’emportements pour convaincre pleinement.

    D’une lumière, d’un frémissement exquisément mozartiens sur toute l’étendue, Henriette Bonde-Hansen se heurte à l’écueil qui menace toute Angelica insuffisamment rompue à la rhétorique expressive et ornementale du bel canto baroque : la placidité. D’autant que Lucy Crowe lui vole d’emblée la vedette, Dorinda au timbre opalin et à l’émission infiniment modulée, dont chaque apparition fait souffler sur cette production le vent de folie contre lequel elle paraît ailleurs assurée.




    Prochaines représentations :
    Opéra de Lille, 20 et 23 octobre
    Théâtre des Champs-Élysées, 3, 5, 7 et 9 novembre
    Opéra de Dijon, 20, 23 et 25 novembre




    Opéra, Lille
    Le 14/10/2010
    Mehdi MAHDAVI

    Nouvelle production d’Orlando de Haendel dans une mise en scène de David McVicar et sous la direction d’Emmanuelle Haïm à l’Opéra de Lille.
    Georg Friedrich Haendel (1685-1759)
    Orlando, dramma per musica en trois actes (1733)
    Livret anonyme d’après L’Orlando ovvero La gelosa pazzia de Carlo Sigismondo Capeci, inspiré de l’Orlando furioso de l’Arioste.

    Le Concert d’Astrée
    direction : Emmanuelle HaĂŻm
    mise en scène : David McVicar
    décors et costumes : Jenny Tiramani
    Ă©clairages : Davy Cunningham
    chorégraphie : Andrew George

    Avec :
    Sonia Prina (Orlando), Henriette Bonde-Hansen (Angelica), Stephen Wallace (Medoro), Lucy Crowe (Dorinda), Nathan Berg (Zoroastro), Colm Seery (Amore, rĂ´le muet).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com