altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 août 2018

L'ensemble le Poème Harmonique au Festival Couperin

Couperin en vieux " François "
© © Eric Sebbag

Le Poème Harmonique de Vincent Dumestre vient de créer l'événement avec un cd Moulinié qui tente pour la première fois au disque l'aventure de la prononciation française à l'ancienne. L'épreuve du concert était d'autant plus intéressante que, jusqu'ici, cette démarche provoquait souvent le rire.

 

Festival Couperin, Château de Champs-sur-Marne
Le 08/07/2000
Eric SEBBAG
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Lambert, Dubuisson, Marais, Bataille et surtout Moulinié sont sur les pupitres. Pas une note de Couperin donc ? Qu'importe puisque le programme est placé sous le signe de la création intellectuelle et artistique contemporaine (ou légèrement antérieure) du compositeur.

    Justifiant son enseigne, le Poème Harmonique invitait aussi Jean Denis Monory à déclamer du Racine en alternance avec le récit des Muses. Formé à l'école d'Eugene Green (un entretien avec ce dernier sera publié prochainement dans altamusica), Monory énonce toutes les consonnes des mots (" palais " s'entend " palaisse ", " mort " sonne " morte " etc.). Sa prosodie et son rythme oratoire sont déjà musicaux. On remarque aussi que l'articulation de certaines diphtongues (le Roy prononcé " Rouhé ") rétablit des rimes disparues avec le parlé moderne. Mais surtout, Monory tel un prédicateur extatique est capable de soutenir une emphase absolument inouïe sur certaines voyelles. On avait jamais entendu aussi clairement le chapeau d'un " ô " circonflexe. Surtout quand ce couvre-chef là s'abat sur les oreilles stupéfaites de l'auditoire avec la puissance d'une déflagration atomique.

    À côté, la soprano Claire Lefilliâtre éprouve bien du mal à se maintenir au diapason tellurique de son partenaire. Sa voix possède un beau timbre sombre mais son dessein déclamatoire se dissout rapidement au fil des mesures. Si le disque Moulinié est sensiblement plus convaincant, le projet vocal n'a pas encore acquis tout le pouvoir de démesure dont Green ou ses émules savent faire preuve. Reste que la démarche du Poème Harmonique est plus que méritoire. C'est en déjà fini des gloussements et rires sous cape pour le public confronté à son idiome natal déclamé à l'ancienne.

    Ensuite, si l'on remise de côté cette aune encore surdimensionnée, on peut goûter avec délectation le fameux Vos mépris chaque jour de Michel Lambert et céder aux jolis airs de facture presque populaire de Moulinié. Impossible non plus d'oublier le coup d'archet aérien de Sophie Watillon que l'on entend régulièrement au sein Hespèrion XX, et maintenant XXI.




    Festival Couperin, Château de Champs-sur-Marne
    Le 08/07/2000
    Eric SEBBAG

    L'ensemble le Poème Harmonique au Festival Couperin
    Musique et poésie au chevet du Roy
    ?uvres Lambert, Dubuisson, Marais, Bataille, Moulinié et Racine.
    Ensemble le Poème Harmonique
    Vincent Dumestre, direction, théorbe et guitare baroque
    Claire Lefilliâtre, soprano
    Jean Denis Monory, déclamateur
    Sophie Watillon, dessus et basse de viole

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com