altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 janvier 2021

Récital Marc-André Hamelin au Festival Chopin dans les jardins de Bagatelle

Scriabine au fond des touches
© Malcolm Crowthers / Hyperion

Le Festival Chopin accueille pour la deuxième fois le pianiste canadien Marc-André Hamelin. Considéré dans son pays natal comme "le meilleur pianiste depuis Glenn Gould", sa virtuosité et sa maturité musicale se sont exprimées avec beaucoup d'intériorité.

 

Jardins de Bagatelle, Paris
Le 11/07/2000
Pauline GARAUDE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Vienne en finit avec 2020

  • Une femme fatale

  • Avant que le rideau ne retombe

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il aura fallu attendre la Première Sonate de Scriabine pour que Marc-André Hamelin se libère de l'hésitation et de la raideur des deux premières oeuvres. Une articulation fébrile et un manque de souplesse dans les gestes ont rendu l'attaque des notes et la sonorité rigides dans Fauré ; plans peu dissociés et phrasé pas assez ample. Dans Janacek, les montées d'accords en crescendo n'étaient pas toujours étagées à bon escient. Mais dès les premières mesures de Scriabine, là où tout le monde l'attendait, il a restitué avec la plus grande aisance l'intensité lyrique et le grand romantisme de cette oeuvre influencée par Chopin. Jouant plus au fond du clavier, son poids et son équilibre passent mieux sur les notes : le jeu est alors plus ferme, l'attaque plus précise, la sonorité plus étoffée. C'est dans le presto de cette Sonate que sa virtuosité étonne et étonnera jusqu'à la fin du concert ; une virtuosité basée sur l'économie des gestes. Nuances, timbres et volumes sonores sont obtenus par une position ramassée de la main, une articulation près du clavier et un enfoncement qui va loin dans les touches. L'écriture verticale de Liszt s'en trouve allégée – superposition de couleurs dans les accords -et les derniers moments de la Sonate de Chopin se distillent dans l'atmosphère rappelant l'inoubliable interprétation de Cortot.
    Pourtant, si l'on demande à M.-A. Hamelin la clé de son jeu, il confiera très modestement : "Les solutions pour le problème pianistique se présentent d'elles-mêmes. Je n'ai pas besoin nécessairement d'y penser et il s'établit une ligne directe entre mes intentions et leur réalisation sonore".




    Jardins de Bagatelle, Paris
    Le 11/07/2000
    Pauline GARAUDE

    Récital Marc-André Hamelin au Festival Chopin dans les jardins de Bagatelle
    Récital Marc-André Hamelin, piano
    Fauré : Onzième Nocturne
    Janacek : Sonate "Dans la rue"
    Scriabine : Première Sonate
    Chopin : Nocturne en ut mineur
    Liszt : La Lugubre Gondole
    Chopin : Deuxième Sonate

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com