altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 septembre 2017

Nouvelle production d’Adriana Lecouvreur de Cilea, mise en scène par David McVicar et sous la direction de Mark Elder au Royal Opera House de Covent Garden, Londres.

Un couple charismatique
© Catherine Ashmore

Événement incontournable de la saison lyrique européenne, Adriana Lecouvreur n’a pas déçu l’attente générale. Non seulement le glamoureux duo Angela Gheorghiu-Jonas Kaufmann a tenu toutes ses promesses, mais la superbe production classique de David McVicar et l’élégante direction musicale de Mark Elder ont permis à ce pilier du vérisme de triompher.
 

Royal Opera House, Covent Garden, London
Le 07/12/2010
Monique BARICHELLA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Il Viaggio a Barcelona

  • Bruckner dans l’effet

  • Une Veuve assagie

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Casting de rêve justifiant la somptueuse – et onéreuse – production d’Adriana Lecouvreur proposée par le Covent Garden, qui n’avait plus donné l’ouvrage de Cilea depuis 1906, dans le spectacle de sa création in loco (1904), en présence du compositeur. De Magda Olivero, unanimement considérée comme l’Adriana de référence, à Mirella Freni, les plus grandes divas, Caballé, Tebaldi, Scotto, Sutherland, Kabaivanska, ont tenu à interpréter l’héroïne de Scribe et Lebouvé incarnée au théâtre par Rachel, Sarah Bernhardt et Eleonora Duse.

    Mais seule Angela Gheorghiu a convaincu la première scène lyrique britannique de monter fastueusement l’ouvrage à son intention en coproduction avec le Liceu de Barcelone, le Staatsoper de Vienne, l’Opéra de San Francisco et l’Opéra de Paris qui, espérons-le, bénéficiera d’une distribution aussi brillante que celle proposée par Covent Garden.

    Aux côtés de la soprano roumaine trouvant ici un rôle idéalement adapté à sa personnalité et à ses moyens, Jonas Kaufmann, qui passe allègrement de Werther à Lohengrin et de Florestan à Cavaradossi avec un idiomatisme confondant, est un Comte de Saxe d’une séduction vocale et physique superlative ; mieux que crédible, le couple est d’un irrésistible charisme.

    Certes, on a connu des Adriana plus vulnérables, émouvantes et passionnées, délivrant un chant plus ample et plus percutant, mais le timbre irisé aux couleurs si particulières de Gheorghiu qui rend sa voix immédiatement reconnaissable à une époque où il est quasiment impossible de distinguer une soprano d’une autre, son art de la mezza voce dans son air d’entrée, comme dans le duo final, l’impact du parlando dans le monologue de Phèdre délivré avec une superbe autorité, méritent d’être salués.

    Quant à Kaufmann, qui s’impose comme le meilleur Maurizio depuis Domingo, on est médusé par le raffinement de son chant, par ses incroyables pianissimi contrastant avec des aigus insolents. Son portrait très ambigu de Maurice de Saxe rend perceptible le double jeu politique et amoureux d’un personnage pas très net.

    Succédant à Michaela Schuster qui avait assuré les quatre premières représentations avant de chanter Vénus dans un nouveau Tannhäuser dirigé par Semyon Bychkov, Olga Borodina est une somptueuse Princesse de Bouillon, à la voix glorieuse. De son côté, malgré quelques signes de fatigue, Alessandro Corbelli est un Michonnet d’une justesse et d’une sensibilité parfaites, et les comprimarii sont tous irréprochables.

    Enfin, on redécouvre la partition grâce à la direction raffinée, délicate et d’une rare subtilité pour cet ouvrage, de Mark Elder. Dans un complexe et grandiose décor transformable de Charles Edwards évoquant à la fois ou tour à tour les coulisses, la scène et la salle d’une Comédie Française inspirée par l’Opéra des Margraves de Bayreuth, David McVicar signe une mise en scène d’une facture très classique mais toujours personnelle où le théâtre est omniprésent dans l’action, comme dans les rapports fouillés des personnages.

    Un très beau travail, intelligent et brillant sur les jeux du théâtre dans les théâtres avec, à la fin, la troupe de Molière rendant hommage à la tragédienne, qui vient d’expirer. Mention toute spéciale aux splendides costumes de Brigitte Reiffenstuel, dont le goût exquis est indissociable d’une grande soirée d’opéra, par bonheur captée pour une retransmission télévisée. Un DVD devrait suivre.




    Royal Opera House, Covent Garden, London
    Le 07/12/2010
    Monique BARICHELLA

    Nouvelle production d’Adriana Lecouvreur de Cilea, mise en scène par David McVicar et sous la direction de Mark Elder au Royal Opera House de Covent Garden, Londres.
    Francesco Cilea (1866-1950)
    Adriana Lecouvreur, opéra en quatre actes (1902)
    Livret d’Arturo Colautti d’après Scribe et la pièce Adrienne Lecouvreur d’Ernest Legouvé

    Royal Opera Chorus
    Orchestra of the Royal Opera House
    direction : Mark Elder
    mise en scène : David McVicar
    décors : Charles Edwards
    costumes : Brigitte Reiffenstuel
    éclairages : Adam Silverman
    préparation des chœurs : Renato Balsadonna

    Avec :
    Alessandro Corbelli (Michonnet), Iain Paton (Poisson), David Soar (Quinault), Janis Kelly (Mademoiselle Jouvenot), Sarah Castle (Mademoiselle Dangeville), Maurizio Muraro (Prince de Bouillon), Bonaventura Bottone (Abbé de Chazeuil), Angela Gheorghiu (Adriana Lecouvreur), Jonas Kaufmann (Maurizio), Olga Borodina (Princesse de Bouillon), Abramo Ciullo (Major-Domo), Keiko Hewitt-Teale (femme de chambre), Barbara Rhodes (Mademoiselle Duclos).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com