altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 mai 2018

Récital du baryton Stéphane Degout accompagné au piano par Hélène Lucas dans le cadre des Grandes Voix au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Un baryton courageux

Le baryton Stéphane Degout a bravé les préjugés bien connus concernant notre patrimoine musical en donnant dans le cadre des Grandes Voix un récital de mélodies françaises exclusivement. Cet excellent chanteur remporte son pari devant un public du Théâtre des Champs-Élysées sinon très nombreux, du moins conquis. Un exemple à suivre.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 28/01/2010
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Un vrai ténor français

  • Étincelant et superficiel

  • Werther en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Stéphane Degout compte parmi les chanteurs français de la nouvelle génération qui mènent une vraie carrière internationale. C’est-à-dire qu’il se partage entre les cinq ou six plus grandes scènes du monde et les grands festivals comme Glynebourne ou Salzbourg, dans des rôles de premier plan comme Pelléas, Papageno, Hamlet, Franz et Fritz dans la Ville morte de Korngold ou encore le Comte des Noces de Figaro ou Dandini de la Cendrillon de Rossini.

    D’une couleur plus claire que celle d’un Ludovic Tézier par exemple, sa voix est parfaitement en place, belle de timbre et de matière, homogène, d’une musicalité absolue. C’est en outre un excellent acteur quand il est en charge d’un personnage théâtral intéressant.

    Pour cet important récital parisien des Grandes Voix au Théâtre des Champs-Élysées, il a donc choisi de mettre tout son potentiel, ou presque, au service d’un répertoire où la majorité des chanteurs ne s’aventurent qu’avec parcimonie, au concert tout au moins.

    Pour allécher ce qu’on nomme le grand public, il est plus prudent d’insérer une once de Schumann ou une dose de Schubert ou de Strauss au côté des mélodies françaises. Ces dernières, sans les Felcity Lott, François Le Roux et aujourd’hui Karine Deshayes notamment, resteraient souvent dans une ombre discrète.

    Si l’on a écrit « ou presque » au sujet du potentiel utilisé ce soir par Stéphane Degout, autant dire tout de suite pourquoi, afin de n’avoir ensuite et pour conclure que du positif à raconter ! En effet, il est dommage que le baryton n’utilise pas davantage son talent théâtral dans un récital comme celui-ci.

    Vêtu de gris, il reste trop peu animé devant son piano, le visage trop inexpressif, le corps trop peu habité par ce qu’il chante. Il ne s’agit pas de donner artificiellement la comédie, mais de vivre les mots et la musique spontanément comme le font les grands interprètes de mélodies, un Terfel ou un Kaufmann par exemple. Degout sait le faire dans un rôle, dommage qu’il n‘utilise pas cette possibilité d’impact scénique dans un récital.

    Hormis cela, il faut dire que, tant par le choix du programme que par l’intelligence, la musicalité, le sens des styles, le soin apporté au texte, ce que fait Stéphane Degout est un régal. Les étranges lumières de Verlaine ou de Villon vus par Debussy, en début et en fin de soirée, le climat toujours lourd de Duparc, le charme lyrique de Saint-Saëns, le dynamisme de Chabrier, la légèreté nostalgique de Hahn, l’humour poétique de Ravel dans les Histoires naturelles, et jusqu’au très subtil Bestiaire de Poulenc distillé en bis, tout est traité avec goût, précision, servi par ce timbre délicatement moiré et un phrasé toujours adéquat.

    Hélène Lucas le seconde au piano avec une rigoureuse efficacité, juste assez présente, juste assez brillante pour épauler sans envahir.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 28/01/2010
    Gérard MANNONI

    Récital du baryton Stéphane Degout accompagné au piano par Hélène Lucas dans le cadre des Grandes Voix au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Claude Debussy (1862-1918)
    Trois poèmes de Paul Verlaine
    Henri Duparc (1848-1933)
    Le Galop
    Lamento
    Élégie
    La vie antérieure
    Camille Saint-Saëns (1835-1921)
    Deux mélodies persanes
    Emmanuel Chabrier (1841-1894)
    L’île heureuse
    Chanson pour Jeanne
    Les Cigales
    Reynaldo Hahn (1874-1947)
    Trois jours de vendanges
    Cimetière de campagne
    Maurice Ravel (1875-1937)
    Histoires naturelles
    Claude Debussy (1862-1918)
    Trois ballades de François Villon
    Stéphane Degout, baryton
    Hélène Lucas, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com