altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 07 décembre 2019

Nouvelle production de Cosi fan tutte au Festival d'Aix-en-Provence, France.

Cosi Fan Tutte Ă  Aix (Contre)

Un opéra de Mozart est presque une figure imposée au Festival d'Aix. L'idée originale cette année consistait à confier la réalisation scénique à un metteur en scène chinois : Chen Shi-Zheng. Son travail a néanmoins été très contesté et à l'image de la controverse, voici les avis partagés de nos collaborateurs : après l'opinion favorable d'Olivier Bernager, en voici une plus réservée signée Sylvie Bonier.
 

Théâtre de l’Archevêché, Aix-en-Provence
Le 11/07/2000
Sylvie BONIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Carnage light

  • Construire un toit

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Quand il est loupĂ©, Cosi devient d'une longueur insupportable. La torpeur qui saisit l'auditeur dès les premières minutes du spectacle mis en scène Ă  Aix-en-Provence par le Chinois Chen Shi-Zheng en dit long sur la pertinence et l'intĂ©rĂŞt de cette nouvelle production. Quelques bonnes idĂ©es (l'aire de jeu dans laquelle Ă©voluent inlassablement les personnages, la relation saphique entre les deux soeurs Dorabella et Fiordilidgi) ne sauvent pas un ensemble hĂ©tĂ©roclite qui tient plus du collage que du vĂ©ritable projet. Quelle nouvelle rĂ©flexion sur l'oeuvre de Mozart ? La provocation basique et le souci de soulever l'esprit de farce ne datent pas d'hier. Et ce ne sont pas les timides vulgaritĂ©s de Despina, saisissant les hommes au froc entre ses lessives de petites culottes, qui apportent un supplĂ©ment d'humour au texte de Da Ponte. SignĂ©s Peter Pabst, les dĂ©cors du plus parfait kitsch chinois, entre rose bonbon et bleu layette sur fond de saule pleureur et de petit pont de bois enjambant des nĂ©nuphars, veulent rendre l'exotisme extrĂŞme. Ils n'apportent qu'un fatras d'images inutiles dans lesquelles tout le monde s'empĂŞtre allègrement. La dessous, RenĂ© Jacobs fait figure de dĂ©calĂ©. On dirait qu'il double la fausse bobine d'un mauvais film. Quel dommage ! Car sa finesse de lecture, la retenue et la pudeur avec laquelle il aborde cet opĂ©ra dont il gomme, lui, tout l'aspect buffa, pose de jolies tendresses sur le discours de Mozart. Les voix mordorĂ©es d'Alexandra Deshorties (Fiodilidgi remarquable) et de Liliana Nikiteanu (Dorabella) tranchent sur celle de Graciela Oddone, mal Ă  l'aise dans une tessiture aux graves dĂ©timbrĂ©s. On a connu Pietro Spagnoli (Don Alfonso) plus convaincant, alors que Jeremy Ovenden (Ferrando) et Stephan Genz (Guglielmo) forment un couple masculin de belle tenue. En fermant les yeux, on avait donc de quoi se satisfaire de musique. C'est dĂ©jĂ  ça.

    Lire l'avis plus favorable d'Olivier Bernager




    Théâtre de l’Archevêché, Aix-en-Provence
    Le 11/07/2000
    Sylvie BONIER

    Nouvelle production de Cosi fan tutte au Festival d'Aix-en-Provence, France.
    Cosi fan Tutte de W.A.Mozart.
    Concerto Köln
    Choeur de l'académie européenne de musique.
    Direction musicale : René Jacobs
    Mise en scène : Chen Shi-Zheng.
    Avec Alexandra Deshorties (Fiordilidgi), Liliana Nikiteanu (Dorabella), Graciela Oddone (Despina), Stephan Genz (Guglielmo), Jeremy Ovenden (Ferrando), Pietro Spagnoli (Don Alfonso).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com